En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dauphins tués : Sea Shepherd attaque l'État en justice pour faire interdire les pingers

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Dauphins tués : Sea Shepherd attaque l'État en justice pour faire interdire les pingers

L'ONG Sea Shepherd « attaque l'État en justice » pour faire interdire l'usage des répulsifs acoustiques de type « pingers » « destinés à chasser les dauphins de leur zone de nourrissage ».

« Agités comme la solution miracle pour réduire les captures de dauphins, les pingers pourraient en réalité, s'avérer bien plus nuisibles qu'avantageux pour les dauphins », prévient Sea Shepherd dans un communiqué, le 13 août. « L'idée même derrière l'usage des répulsifs acoustiques est d'exclure les dauphins de leur zone de nourrissage et de leur habitat naturel (pour laisser le champ libre aux bateaux de pêche) », estime l'ONG.

Pour rappel, le ministère de l'Agriculture a publié, fin décembre 2019, un arrêté rendant obligatoire l'équipement en répulsifs acoustiques des navires de plus de 12 mètres utilisant des chaluts pélagiques dans le golfe de Gascogne. Cette obligation s'applique, entre le 1er janvier et le 30 avril de chaque année. Selon le ministère, ces dispositifs visent à limiter l'entrée de dauphins communs dans les chaluts. Les expérimentations menées, dans le cadre du projet « PIC », porté par l'organisation de producteurs Les pêcheurs de Bretagne, ont montré une diminution de 65 % des captures accidentelles de cétacés, via les pingers.

Mais Sea Shepherd conteste ce chiffre de 65 % de réduction des captures qui porte sur une étude « dont le taux d'incertitude est de 95 % ». L'ONG ajoute que la puissance des pingers utilisés pour repousser les dauphins dépasserait les seuils « au-delà desquels la nuisance sonore est considérée comme du harcèlement d'espèce protégée, ce qui est interdit par la loi ».

Pour le dauphin commun dans le golfe de Gascogne, les scientifiques du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) ont recommandé, fin mai 2020, une combinaison de fermeture temporaire des pêches préoccupantes pendant les pics de mortalité (décembre à mars, juillet et août) mais aussi l'utilisation de pingers sur les chalutiers à paire en dehors des périodes de fermeture.

« Il est urgent de mettre en place des mesures sérieuses pour enrayer les captures de dauphins, cela ne pourra passer que par l'interdiction des méthodes de pêche non sélectives », juge Sea Shepherd.

Réactions2 réactions à cet article

 

J'ai travaillé des années dans la marée, on a toujours pensé que les pêches pélagiques seraient rapidement interdites.
On avait honte de cette pêche répugnante.
De toute façon on serait restés comme avant maîtres de notre partie du golfe de Gascogne, on n'aurait pas besoin de racler les restes des abus espagnols, merci l'Europe dans ce côté de ce qu'elle a de pire.

pemmore | 24 août 2020 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais qu'est ce qui empêche l'Europe de légiférer pour interdire cette pêche à quelque pays que ce soit ? Le manque de courage et les lobbies.

gaïa94 | 24 août 2020 à 20h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager