Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Sécheresse : l'adaptation plus rapide de certains microbes n'est pas une bonne nouvelle pour le climat

Biodiversité  |    |  F. Gouty

Les stress hydriques prolongés et à répétition atteignent autant les plantes que les micro-organismes qui constituent la biomasse vivante des sols. Cependant, à mesure que les sécheresses s'accumulent, toujours plus proches les unes des autres, plantes et microbes ne répondent pas à la même vitesse. Et d'après Steven Allison, écologue de l'université d'Irvine en Californie, ce déséquilibre pourrait jouer en défaveur du climat.

Le constat du chercheur américain s'appuie sur les capacités préalablement observées de microbiomes (communauté de micro-organismes) à « se reconfigurer » lors d'un stress : adaptation métabolique, basculement communautaire (où certaines espèces mieux adaptées prennent le pas sur d'autres) et développement de nouvelles résistances ou tolérances. Dans des sols en conditions aérobiques (orientés vers la surface et comprenant donc du dioxygène, O2), beaucoup de bactéries ou champignons sont hétérotrophes, c'est-à-dire qu'ils décomposent la matière pour se nourrir et rejettent ainsi du dioxyde de carbone (CO2). En s'adaptant à la sécheresse, ces micro-organismes présentent un risque « beaucoup plus important qu'escompté actuellement » de renverser la balance du carbone dans le sol.

Dans une analyse (1) publiée le 12 avril dans la revue scientifique Trends in Microbiology, le chercheur américain en déduit que « ces émissions discrètes de carbone auront besoin d'une population suffisante de plantes résilientes à la sécheresse capables d'en stocker pour être compensées » et ne pas inverser le principe de puits de carbone. D'autant que la séquestration du carbone par le sol n'a pas qu'un effet bénéfique pour le climat, il confère d'autres avantages physico-chimiques. « Les sols riches en carbone retiennent non seulement plus de nutriments, donc de plantes et leur système racinaire, mais ils atténuent l'effet de l'érosion, rappelle Steven Allison. Si un sol perd son carbone, une forte pluie après une sécheresse risque de l'éroder et de l'endommager plus facilement, favorisant les glissements de terrain, les coulées de boue et tout un tas de phénomènes déjà à l'œuvre lors de certaines inondations. »

1. Accéder à l'analyse dans Trends in Microbiology
https://www.cell.com/trends/microbiology/fulltext/S0966-842X(23)00078-1#%20

Réactions2 réactions à cet article

C'est encore un autre facteur de l'auto-emballement du dérèglement climatique. Tout y concourt : moins de séquestration de CO2 par les sols (rappelons, part exemple, qu'une forêt stocke autant de CO2 par son sol que par ses arbres...), moins de CO2 par les forêts qui commencent à dépérir, quand elles ne sont pas surexploitées, relargage de méthane par le permafrost qui fond, par les océans, etc., etc. Chaque effet accentuant l'autre.
Pas surprenant que, d'années en années, on mette en évidence que les phénomènes sont plus rapides et graves qu'escompté. Les données du GIEC sont toujours en retard sur la réalité (le GIEC ne fait pas de recherches, mais analyse et synthétise les recherches mondiales, donc forcément plus anciennes, lesquelles se fondent sur des données également plus anciennes). Au total : un décalage de plusieurs années. Et chaque année compte...

Gabriel Ullmann | 04 mai 2023 à 09h33 Signaler un contenu inapproprié

Et oui, il faut que la catastrophe survienne pour qu'on en analyse la cause. Depuis le Vème plan des années 60, en passant par le "Grand Bond en Avant", les prévisions exactes sont postérieures....

28plouki | 04 mai 2023 à 14h05 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Parafoudres destinés à la protection des installations Photovoltaïques CITEL
Barrière anti-inondation Acquastop Classic 2 L'eau Protection