En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sècheresse et canicule : un air riche en CO2 favorise la résilience des prairies

Biodiversité  |    |  Marine CalmetActu-Environnement.com

Face aux évènements climatiques extrêmes, les prairies récupèrent mieux lorsque l'atmosphère est riche en CO2. C'est ce qui a été mis en évidence par l'étude menée par les chercheurs Jacques Roy (CNRS) et Catherine Picon-Cochard (Inra) à l'Ecotron européen de Montpellier publiée en anglais dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Pour réaliser cette expérience, les chercheurs sont partis du postulat que le changement climatique aura pour effet de soumettre plus fréquemment l'environnement à des périodes de stress hydrique extrême, entraînant des effets négatifs sur les prairies, un écosystème sensible à la sécheresse et dont dépendent notamment les éleveurs.

Afin de déterminer les effets de l'augmentation de la concentration en CO2 dans l'atmosphère, responsable du dérèglement climatique, les auteurs de l'étude ont mis sous cloche des blocs de prairies de 1m2 et de 60 cm de profondeur. Ils les ont ensuite soumis à des conditions météorologiques semblables à celles prévues à l'horizon 2050, avec un air ambiant à la fois plus chaud et plus sec ainsi qu'à des phénomènes de canicule. L'expérience a révélé que le CO2 présent dans l'atmosphère "a ralenti les effets négatifs du stress hydrique et thermique tout en maintenant les fonctions physiologiques des plantes. Il a stimulé la croissance des racines, leur permettant d'accéder à plus d'eau et de nutriments dans le sol, ce qui a accéléré la repousse de la prairie dès la fin de l'extrême climatique".

Cette étude conclut que l'enrichissement en CO2 atmosphérique compense les impacts négatifs des épisodes de sécheresse en améliorant la résilience de la matière organique du sol. Elle souligne cependant que l'effet cumulatif de ces phénomènes climatiques sur les autres écosystèmes ne peut être mis en évidence dans le cadre de cette expérience. Pour ses auteurs, il s'agit également de souligner l'importance de considérer l'ensemble des interactions afin de prévoir les impacts liés au changement climatique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…