En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sécheresse : premières mesures européennes sur fond d'inquiétude croissante

Le Conseil de l'Agriculture a donné un accord de principe pour des dérogations aux règles de la PAC afin d'aider les agriculteurs face à une situation exceptionnelle qui affecte l'Eurasie, de l'Angleterre à l'Extrême-Orient.

Eau  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Sécheresse : premières mesures européennes sur fond d'inquiétude croissante
   

Face à la sécheresse précoce sévissant en Europe, l'Union européenne a été sollicitée pour venir en aide aux agriculteurs. Cependant, la Commission européenne est désarmée et ne peut que valider des mesures dérogatoires d'urgence. C'est notamment le cas de l'autorisation de pâturage sur les jachères accordée par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, et validée par la Commission.

Aide au troupeau de vaches allaitantes

Lors du Conseil de l'Agriculture du 17 mai 2011, la délégation française a dressé un bilan de la situation et demandé l'autorisation "d'avancer au 16 octobre le versement de 80% de la prime au maintien du troupeau de vaches allaitantes" prévue par la Politique agricole commune (PAC). Une demande reprise "par d'autres délégations" et dont la Commission européenne va "[évaluer] la conformité au regard des dispositions légales de la PAC", selon les conclusions du Conseil.

La décision satisfait Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, qui se félicite de "l'accord de principe de la Commission européenne." L'accord, qui bénéficie du soutien de 12 des 27 Etats membres selon le ministère, est cependant suspendu à la transmission par la France "des informations sur la situation sur le terrain."

L'Europe asséchée

Globalement, l'Organisation mondiale de météorologie (OMM) estime que le niveau des pluies de février à avril représente de 40 à 80 % de la moyenne mesurée entre 1951 et 2000 et moins de 40 % pour de larges zones d'Europe.

En France, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a dépeint une situation inquiétante lundi 16 mai. Même constat pour le Royaume-Uni qui a connu des conditions "extrêmement sèches" en mars et avril : il faut remonter à 1953 pour connaître une telle sécheresse en mars et l'Angleterre a connu le mois d'avril le plus chaud depuis 100 ans, voire 350 ans pour le centre du pays. La Suisse affiche les mois de février, mars et avril parmi les plus secs depuis 1864 et l'Allemagne dresse un bilan similaire pour avril.

Quant à l'avenir, l'OMM est pessimiste. Elle juge que la situation actuelle "peut persister encore plusieurs semaines, ou même plusieurs mois". "Un front de hautes pressions atmosphériques très persistant sur l'Europe occidentale et centrale" est responsable de ce que l'OMM qualifie de "déficit pluviométrique considérable sur une de larges parties de l'Europe."

Faibles débits des rivières et premiers incendies

 
L'Amérique du Nord subit la fonte des neiges En Amérique du Nord, la fonte des neiges, suite à un hiver très enneigé, entraîne une crue historique du fleuve Mississipi qui bat des records vieux de 70 ans. Pour épargner La Nouvelle-Orléans et Bâton Rouge en Louisiane, une vanne de délestage a été ouverte noyant 1,2 million d'hectares en zone rurale et entraînant l'évacuation d'environ 25.000 personnes. L'Illinois, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri et le Tennessee sont déjà affectés par la crue.
Au Canada, la province de Manitoba vit une situation similaire : un territoire de 180 km2, ne comptant que 150 foyers, a été volontairement inondé pour éviter que la crue de la rivière Assiniboine n'entraîne une rupture brutale des digues et une inondation plus étendue. Cette crue, liée là aussi à la fonte des neiges, dépasse déjà le précédent record établi en 1997. Des inondations importantes touchent aussi les provinces de Saskatchewan et du Québec, alors qu'une centaine d'incendies sévissent en Alberta.
 
Première conséquence palpable, les cours d'eau affichent des débits particulièrement faibles pour la saison. En Grande Bretagne, le Centre pour l'écologie et l'hydrologie a annoncé que de nombreuses rivières ont un débit identique, voire inférieur, à celui de 1976. L'Europe continentale n'est pas en reste puisque l'Agence hydrologique allemande s'est inquiétée début mai du niveau particulièrement bas du Rhin qui impose des restrictions de navigation. Quant aux Alpes, qualifiées de château d'eau de l'Europe, la préfecture de Savoie a indiqué que les cours d'eau du massif souffrent d'un manque de soutien aux étiages et présentent des débits habituellement constatés en période estivale sèche. Enfin, selon l'AFP, le manque d'eau au premier trimestre 2011, aurait imposé à EDF une réduction de l'ordre de 20% de sa production hydraulique.

Par ailleurs, des incendies précoces ont déjà sévi en Europe, notamment en Russie qui fait l'objet d'une attention renforcée depuis l'été dernier. L'Extrême-Orient russe a connu des premiers incendies qui ont ravagé plus de 75.000 hectares, nécessitant l'intervention de plusieurs milliers de sapeurs pompiers. Selon le ministère russe des Situations d'urgence, le bilan est "légèrement inférieur à celui de l'année dernière à la même date."

En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, des feux de landes se sont déclarés et en Suisse un premier feu de forêt a nécessité l'intervention de 300 pompiers et militaires. Quant à l'Allemagne, l'Indice de risque de feux de forêt est au niveau maximal depuis le début du mois.

Coupures d'électricité en Chine

L'Asie fait face elle aussi à une situation critique. Des précipitations hivernales réduites de 40% par rapport à la moyenne des 50 dernières années imposent des mesures exceptionnelles afin de soutenir le débit du Yangtsé, le plus long fleuve d'Asie. Depuis le début du mois, la quantité d'eau relâchée par le barrage des Trois-Gorges, situé dans la province du Hubei, a été augmentée de 30% sur plusieurs jours afin d'alimenter les provinces en aval du plus grand barrage du monde.

Cependant ce soutien d'étiage impacte négativement la production électrique puisque, selon l'AFP, le niveau du réservoir est maintenant trop faible pour permettre aux turbines de fonctionner à pleine capacité. En avril, la production de la plupart des centrales hydrauliques du Hubei avait fortement chuté, et depuis le mois de mars, des coupures d'électricité ont dû être organisées dans plusieurs des provinces les plus industrialisées du pays. L'énergie hydraulique est la deuxième source d'énergie en Chine après le charbon, rappelle l'agence.

De même, 70.000 réservoirs d'eau et de nombreux petits cours d'eau sont à sec dans la province du Hubei ce qui risque d'affecter les récoltes de céréales et l'aquaculture d'eau douce, poussant les prix alimentaires à la hausse.

Réactions2 réactions à cet article

 

On a du oublier de payer la facture d'eau à la planète.

Ti Louis | 20 mai 2011 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai milité, en son temps, sans succès, pour la récupération des eaux de stations d'épuration, après bien sûr un complément d'assainissement par un passage en phytorestauration et conservation dans un bassin à destination de l'agriculture et des arrosages des collectivités voisines.
Mais nos chers ingénieurs ont préféré rejeter cette eau dans le Blavet...et bien tant pis............Pourtant à Bruxelles certaines études allaient dans mon sens.

RIANTEC | 20 mai 2011 à 16h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…