En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La sécheresse gagne du terrain, Hulot annonce un plan d'action

Eau  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

Au 19 juillet 2017, 174 arrêtés de restriction d'eau sont en cours en France selon le site Propluvia du ministère de la Transition écologique et solidaire. Soixante-deux départements sont concernés contre 36 en juin dernier. La situation est surtout critique dans les départements de la façade atlantique. La Gironde, les Charentes maritimes et la Vendée sont d'ores et déjà en situation de "crise", le niveau le plus élevé en matière de restrictions. Ainsi, dans ces trois départements, les prélèvements non prioritaires sont interdits y compris les prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité). Dans les terres, la situation est similaire pour le Gers et certains secteurs des départements de la Vienne, des Deux-Sèvres, de l'Indre, des Ardennes et du Loir-et-Cher.

Une bonne partie de la Bretagne et de la Région Grand-Est ainsi que la Corse, la Haute-Vienne, la Creuse, l'Ardèche, la Drome et le Vaucluse sont en niveau d'alerte. Les prélèvements à des fins agricoles sont restreints et il est interdit à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver la voiture…

Selon le BRGM, au 1er juillet, les deux tiers des nappes (74%) affichent un niveau modérément bas à très bas. Seuls quelques rares secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne comme au Sud du bassin parisien et sur le secteur de Nîmes (Gard) et Montpellier (Hérault). Le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire bas. La vallée du Rhône au Sud de Lyon présente des niveaux très bas.

Auditionné par le Sénat, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a annoncé le lancement d'un plan sur la gestion de la ressource en eau qui sera présenté au Conseil des ministres du 9 août. "Nous sommes déjà dans une situation de stress hydrique importante que les variations climatiques ne vont pas arranger", a déclaré le ministre.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…