En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Du 20 au 30 mars, 10 jours sans pesticides

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

La 6ème édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides, lancée par l'ONG Générations Futures (ex MDRGF), se tiendra du 20 au 30 mars 2011. Comme chaque année pendant 10 jours, associations, collectivités, particuliers ou entreprises organiseront des actions visant à sensibiliser citoyens, agriculteurs, jardiniers et collectivités aux risques liés aux produits phytosanitaires et à la nécessité de réduire leurs usages.

Pour une agro-écologie

''Chaque année, la France utilise pas moins de 65.000 tonnes de pesticides dont 90% concernent l'agriculture'', rappelle l'ONG. Cela représente le tiers de la consommation européenne de produits phytosanitaires pouvant avoir un impact sur l'eau, les sols et le climat. La France se classe ainsi au premier rang européen des pays utilisateurs de ces substances, qui contiennent le plus souvent des molécules dangereuses pour la santé, susceptibles de provoquer selon les cas, des cancers, des problèmes de reproduction, des maladies neurologiques voire des perturbations du système hormonal.

Depuis 2008, le ministère de l'Agriculture a ainsi lancé le plan Ecophyto 2018 visant à ''réduire de 50 % l'usage des pesticides en 10 ans si possible''.

L'objectif est ''d'associer étroitement les communautés dans la promotion des alternatives écologiques et durables en lieu et place des pesticides chimiques dangereux'', souligne Générations Futures, alors qu'un ''autre modèle agricole, durable et intégrant l'écologie, est possible et qu'il est surtout le  seul capable aujourd'hui de répondre à l'enjeu alimentaire mondial, comme le prouve le  rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l'Alimentation, Olivier De Schutter, dans son rapport "Agroécologie et droit à l'alimentation'', publié le 8 mars, poursuit l'association. L'ONG plaide pour l'agriculture biologique ou une production intégrée (rotations longues, recours à des variétés résistantes aux maladies, semis moins denses et tardifs).

Plus de 700 manifestations en Europe et en Afrique

Plus de 700 actions (conférences débats, colloques, projections de films, etc.) sont prévues cette année au sein de 14 pays participants. Outre la France (métropole et la Réunion et la  Guadeloupe), d'autres pays européens participent : Belgique, Espagne, Luxembourg, Macédoine, Hongrie et Allemagne.

Nouveauté pour cette édition 2011 : des actions seront organisées en Afrique par le Sénégal, le Togo, le Burkina Faso, et le Gabon aux côtés du Bénin, de l'Algérie et de la Tunisie qui participaient déjà l'initiative. C'est l'ONG PAN Africa qui cordonne désormais la Semaine sur le continent africain.

Au programme de la Semaine en France : le 26 mars, des ''marches symboliques'' seront organisées en France et ailleurs pour dire ''Oui aux  alternatives aux pesticides'', a annoncé Générations Futures. L'ONG lancera également le 19 mars avec HEAL, l'association des victimes des pesticides à destination des professionnels.

Plus de 10.000 repas bio seront également servis dans les  cantines des collèges et lycées, du 21 au 25 mars à Draguignan (PACA) et aux alentours. Le 23 mars à Paris, l'association NatureParif organisera le colloque ''Objectif zéro pesticides dans les espaces à contraintes  dans les collectivités locales (cimetières, jardins historiques, terrains sportifs, golf)''. Le 30 mars, le film intitulé ''à l'origine de la pomme'' de Catherine Peix sera aussi projeté à l'auditorium de l'Hôtel de ville de Paris. Dans le secteur du jardinage, des ateliers et des visites de jardins biologiques seront en outre organisés par Jardiniers de France et Botanic, partenaires de la Semaine.

Biocoop, Patagonia,WWF-France, Agir pour l'environnement, la mairie de Paris, le REFEDD (Réseau des Etudiants Français pour le Développement Durable), les CPIE (Centre permanent d'initiatives pour l'environnement) ou la région Ile de France sont aussi partenaires de la manifestation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…