En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'"énergie durable" à l'honneur en Europe pendant une semaine

La semaine de l'énergie durable débute en Europe ; l'occasion de promouvoir les économies d'énergies et les énergies renouvelables. Surtout que certaines d'entre elles ne sont pas développées à hauteur des objectifs prévus dans les textes européens.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
L'"énergie durable" à l'honneur en Europe pendant une semaine
   

Du 11 au 15 avril, l'Europe a décidé de promouvoir "l'énergie durable", une seule expression regroupant l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables. 30.000 participants dans 43 pays ont prévu de mettre en avant ces thématiques via des évènements divers : portes-ouvertes, conférences-débats, initiatives de sensibilisation diverses… 150 événements seront organisés cette année rien qu'à Bruxelles. Le mercredi 13 avril par exemple aura lieu un événement visuel symbolique baptisé "Energy efficiency : the winning track" (Efficacité énergétique : la course en tête), qui verra sept réfrigérateurs s'affronter dans une course spéciale dont sortira vainqueur l'appareil le plus efficace en énergie. Cette manifestation vise à mettre en avant les avantages de l'étiquetage relatif à l'efficacité énergétique pour les consommateurs européens.

La part des EnR a presque doublé en 10 ans

Cette semaine est l'occasion pour l'Union européenne de faire le point sur la place des énergies renouvelables dans son mix énergétique et surtout les évolutions de ces dernières années. Ainsi selon Eurostat, le service de statistique de l'UE, même si le pétrole reste la principale source d'énergie dans l'UE27 avec 37% de la consommation totale intérieure d'énergie en 2009, les sources d'énergie se sont diversifiées. La part des énergies renouvelables a presque doublé, passant de 5% de la consommation intérieure brute d'énergie en 1999 à 9% en 2009, tandis que celle du gaz est passée de 22% à 24%. La part de l'énergie nucléaire est restée pratiquement stable à 14% au cours de cette période, tandis que celle du pétrole a diminué de 39% à 37% et celle des combustibles solides de 18% à 16%.

Ce gain de l'énergie renouvelable est visible dans tous les États membres mais les plus fortes hausses ont été enregistrées au Danemark (de 8% en 1999 à 17% en 2009), en Suède (de 27% à 34%), en Allemagne (de 2% à 8%), au Portugal (de 13% à 19%), en Slovaquie (de 3% à 7%), ou encore en Espagne (de 5% à 9%) et en Hongrie (de 3% à 7%).

En France en revanche la situation a très peu évolué en 10 ans : sur les 262,7 millions de tonnes équivalent pétrole nécessaire au pays en 2009, 7,5% ont une origine renouvelable contre 6,5% en 2000. L'énergie nucléaire et le gaz ont gagné quelques points avec respectivement 40,2% (contre 39,9% en 2000) et 14,6% (contre 13,4%). Les parts des produits pétroliers et des combustibles solides sont quant à elles passées respectivement de 36% en 2000 à 33,7% et de 6,1% à 4,3% en 2009.

Les objectifs du livre blanc en matière d'EnR n'ont pas tous été atteints

Si l'Europe a encouragé le recours aux sources renouvelables, ce développement n'a pas été homogène entre toutes les énergies et les objectifs volontaires fixés par le livre blanc européen n'ont pas tous été atteints selon le dernier baromètre Eurobserv'ER. L'éolien et le photovoltaïque ont ainsi largement dépassé leurs objectifs avec 86.000 MW d'éolien installés en 2010 pour un objectif de 40.000 MW et 23.700 MW de PV pour un objectif de 3.000. De même pour les pompes à chaleur avec un parc de 14.614 MW fin 2010 pour un objectif 5.000 MW.

En revanche le solaire thermique est bien en deçà avec un parc européen de 35,6 millions de m2 pour un objectif 3 fois supérieur (100 millions de m2). Le parc hydroélectrique de l'UE atteint quant à lui 13.000 MW fin 2010 pour un objectif fixé à 14.000 MW tandis que la géothermie approche son objectif de 1.000 MW avec 900 MW d'installation. Le biogaz est également à la traîne : 8,7 Mtep produits contre 15 attendus. Le constat est similaire pour les biocarburants: alors que la directive européenne sur les biocarburants prévoit un taux d'incorporation de 5,75% en 2010, ce taux ne s'élève qu'à 4,8%.

Dans le cadre du paquet Energie-Climat voté en 2008, l'UE s'est fixée de nouveaux objectifs de développement des énergies renouvelables. Contraignante cette fois, la nouvelle directive vise à atteindre 20 % d'énergie renouvelable dans la consommation brute d'énergie finale d'ici 2020. Elle comprend également un objectif minimum de 10 % d'énergie renouvelable (biocarburants ou autres) dans le secteur du transport. C'est désormais cette nouvelle référence qu'il faudra garder en ligne de mire pour mesurer les efforts réalisés par chaque pays membre.

Réactions1 réaction à cet article

 

Que j'aime l'indicible beauté de ce parc d'éoliennes sur fond de soleil couchant...

Tireman | 13 avril 2011 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager