En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les pays de l'Union européenne s'engagent dans une nouvelle édition de la semaine de la mobilité

La 7e édition de la semaine européenne de la mobilité se tiendra du 16 au 22 septembre dans de nombreuses villes d'Europe. En France, les collectivités, entreprises et associations se mobilisent afin d'encourager une mobilité douce et durable.

Transport  |    |  Marie Bernard Actu-Environnement.com
Plusieurs centaines de villes européennes se préparent à accueillir la semaine de la mobilité qui se déroulera du 16 au 22 septembre dans les pays membres de l'Union.
Née en 2000 sous l'initiative de Margot Wallström alors Commissaire européenne à l'environnement, l'opération consistait à l'époque à se passer de sa voiture le temps d'une journée. Aujourd'hui, l'événement s'articule autour d'une série de manifestations visant à encourager les citoyens à adopter des modes de déplacement plus durables.

Cette année, l'Union européenne donnera la priorité aux risques sanitaires que laissent présager les modes actuels de mobilité urbaine dont la forte augmentation du trafic routier. Le transport étant le seul secteur qui a augmenté ses émissions de CO2 depuis le protocole de Kyoto.

Les manifestations s'articuleront ainsi autour du thème de l'air pour nos villes, dont le but est d'influer de manière positive sur les comportements de déplacement des citoyens en vue de réduire les émissions de CO2. L'opération devrait également inciter les autorités à prendre des mesures à l'encontre des modes de transport non durables.

La France se mobilise avec Bougez autrement

Présidente de l'Union européenne, la France participera cette année encore à l'événement baptisé sur son territoire Bougez autrement , du 16 au 22 septembre. Et pour cause, le secteur des transports consomme près de 50 millions de tonnes de pétrole chaque année sur le territoire français, soit 98% des énergies des transports.

Pour autant, les modes de transport fonctionnant à l'énergie fossile arrivent à un essoufflement. Notre enjeu est de persuader quatre cents millions d'européens de se mouver de manière plus douce, a indiqué Jean-Louis Borloo, le ministre français de l'Ecologie, de l'énergie et du développement durable lors de la présentation de cette nouvelle édition.
Nous avons en France, un savoir faire international et des industries à la taille du combat à mener , a par ailleurs précisé le ministre d'Etat.

La Fête des Transports et de la mobilité durable constituera une manifestation importante de cette semaine. À travers à une exposition de véhicules innovants qui se tiendra au Trocadéro à Paris, cette fête d'ouverture sera l'occasion de faire le point sur des énergies alternatives comme l'hydrogène, les véhicules hybrides, électriques ou les bioénergies.

En marge de cette opération, les collectivités locales, les entreprises des associations et des établissements scolaires sont invités à organiser des manifestations de sensibilisation sur le thème de la mobilité durable.
En 2007, plus de cinq cent cinquante événements et animations avaient été enregistrés. La ville de Lille avait notamment organisé un village de la Mobilité avec l'ensemble des acteurs des transports. Le 18e arrondissement de Paris avait mis en place des ateliers d'apprentissage du maniement du vélo à destination des adultes. À Mandelieu la Napoule (06), s'était déroulée une journée en ville sans voiture, accompagnée d'animations.

Des projets variés

Cette année, les projets déposés sont aussi divers et variés que les années précédentes, à l'instar de celui de la société Veli-Cab, spécialisée dans la mobilité verte et la communication. L'entreprise organisera à Paris une journée de sensibilisation auprès du grand public pour promouvoir et favoriser une alternative à la voiture individuelle. Elle mettra ainsi à la disposition des passants des tricycles à assistance électrique afin de visiter Paris sous un nouvel angle et ce, dans l'objectif d'encourager un changement des comportements.
L'association bordelaise Mobil'Eco, organisera quant à elle pendant 3 jours une traversée des Alpes, à bord de véhicules électriques. Notre but est de montrer au grand public que les véhicules écologiques existent déjà et surtout qu'ils ont la capacité d'effectuer une traversée laborieuse au même titre que des véhicules traditionnels explique Jean-marc Dubié, le vice président de Mobil'Eco. Cette année la traversée est plus particulièrement placée sous le signe des 2 roues électriques, dont le marché est en pleine expansion.
Enfin dans le cadre de la Journée du transport public,organisée par le GIE Objectif transport public, la date du 17 septembre sera également l'occasion pour la Communauté d'agglomérations de Cambrai (59), en partenariat avec la compagnie des chemins de fer du Cambrésis, d'offrir un aller-retour gratuit au public. Il découvrira ainsi les avantages du transport en autobus. D'autres villes comme Lille, Amiens, Caen ou encore Nîmes proposeront aux usagers des transports publics de voyager pour 1euro sur leur réseau .

Outre ces initiatives, d'autres campagnes viendront alimenter la semaine européenne de la mobilité. C'est le cas notamment d'une opération grand public en gare, proposée par la SNCF et destinée à promouvoir l'éco-mobilité. Elle abordera les thèmes du rapprochement des distances en Europe grâce à la Grande Vitesse et de l'innovation avec un train hybride. Six gares de France accueilleront l'opération.

Réactions4 réactions à cet article

 
Yaqua fauquon

les politiques devraient commencer par montrer l'exemple,lors du remaniement ministériel le reportage télévisé montrait la courde l'élysée entiérement remplie de voitures (et pas des petits véhicules et encore moins hybrides,dont certains moteurs tournaient)sans parler des voyages incessants en avion au cours desquels les personnalités une fois arrivées sur place ne doivent pas faire plus de 10 métre a pied.Seul yves Cochet avait en son temps demandé a disposer d'un petit véhicule de fonction ,le chemin va étre long pour faire changer les mentalités et il ne devra pas se faire en voiture

lio | 15 septembre 2008 à 09h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Kamikazes

S’il y a une volonté pour que les français bougent autrement, pourquoi les moyens ne sont ils pas donnés.
Le véhicule le plus évident pour les petits trajets c’est le vélo, mais actuellement les seules pistes cyclables hors agglomération (quand il y en a) sont des pistes pour le loisir, la randonné.
Pourquoi ne pas planifier un réseau de pistes permettant réellement d’utiliser le vélo en tant que moyen de transport.
Il n’est pas rare en France de voir des équipements collectifs, piscine, gymnases, collège, lycées, zones commerciales etc., non desservies par des pistes et souvent les rares tentatives se résument à un coup de peinture sur la route se terminant n’importe où…
Que nos décideurs fassent quelques Km en vélo le long d’une nationale un peu fréquentée et leur vision des choses se modifiera certainement,je pense pas qu'il soient Kamikazes

MB | 15 septembre 2008 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vélo et voiture

Effectivement, une mobilité "douce" régulière, et pas limitée à 1 semaine / an, n'est envisageable que si le partage de l'espace est correct.
A ce titre, il serait surement profitable à tous que les épreuves du permis de conduire voiture comprennent ... ne serait-ce que 10 minutes à vélo en voirie urbaine.
Là où les voitures sont garées sur le trottoir ou sur la piste cyclable, là où les voitures vous écraseraient pour passer au feu vert, là où les véhicules motorisés doublent un vélo à 60cm.
Ceci dit, le vélo n'est pas toujours une victime et la mobilité respectueuse concerne aussi bien la route (partage vélo/ voiture par exemple) que les espaces non routiers (partage piéton/ vélo/ roller par exemple).
Car ne rêvons pas, il y a autant de mauvais conducteurs que de mauvais cyclistes ou de mauvais piétons.

CPA | 15 septembre 2008 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
22 septembre

Une chose est à souligner:
la Journée sans Voitures existe dans la plupart des pays du monde... sauf en France; grâce à l'ingéniosité du Ministre d'alors M. Lepeltier qui voulait promouvoir la recherche technologique pour des voitures propres.
La France en retard de dix longueurs comme d'habitude.

archinov | 18 septembre 2008 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager