En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La réduction du volume des déchets commence dans le caddie

À l'occasion de la semaine nationale de la Réduction des déchets qui se déroulera du 3 au 11 novembre 2007, l'ADEME et le MEDAD rappellent que la réduction du volume de déchets commence par un acte d'achat réfléchi. Le porte-monnaie appréciera aussi.

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La réduction du volume des déchets commence dans le caddie
   
Selon une étude réalisée par l'ADEME en 2007, le choix des produits à l'occasion des achats courants réalisés dans les supermarchés a un effet direct et important sur la quantité de déchets générée au final par les ménages, mais aussi sur le prix du chariot. En comparant deux caddies contenant la même masse de produits mais réalisés avec des comportements différents, l'ADEME a mis en évidence un écart de poids et de prix significatif. En répétant l'expérience plusieurs fois, dans plusieurs supermarchés et pour deux types de foyers (célibataire et famille de 4 personnes), les résultats sont similaires et sans appel. Au final, un acte d'achat réfléchi permet de réduire de 50% la production de déchet du foyer et d'économiser 50€ par personne et par mois. Le chariot baptisé « maxidéchets » qui regroupe des produits générant beaucoup de déchets entraîne une production de 100kg/habitant/an contre 50kg/habitant/an pour le chariot dit « minidéchets ».
Afin de se rapprocher le plus possible de la structure de la consommation moyenne française, le choix des produits a été établi sur la base d'études et de données de consommation existantes. Par conséquent, les deux types de chariots ont été constitués en prenant les 150 produits qui constituent l'essentiel de la consommation courante des Français avec des fonctionnalités équivalentes dans l'un et dans l'autre. La différence observée entre les deux chariots vient à la fois des emballages présents en plus ou moins grande quantité mais aussi de la présence ou non de produits jetables : essuie-tout ménager contre torchon en tissu, éco-recharge contre bidons, légumes en vrac contre légumes emballés, piles à usage unique contre piles rechargeables, aliments pour animaux en dose individuelle contre grand conditionnement, bouteille d'eau contre eau du robinet, etc. Pour le Ministre d'Etat Jean-Louis Borloo, cette étude est révélatrice : à chaque fois que l'on rentre dans un magasin, on vote !, a-t-il expliqué, ajoutant qu'il y a peu de décisions où l'intérêt général et l'intérêt particulier se rejoignent à ce point.

Cette étude a été présentée à l'occasion de la semaine de Réduction des Déchets qui se déroule du 3 au 11 novembre prochain dans toute la France. À travers 320 manifestations de proximité, c'est le moment de sensibiliser et de mobiliser les citoyens, jeunes ou moins jeunes sur l'impact de leur mode de vie sur la production de déchets. De Dunkerque à Montpellier, de Quiberon à Colmar en passant par Paris, Lyon, Auch, Limoges sans oublier Corté en Corse, Cayenne en Guyanne, Saint-André à La Réunion et Le Robert en Martinique, des associations, collectivités, établissements scolaires, institutions ou encore des entreprises organisent des expositions, débats, conférence, journées portes ouvertes, sensibilisation en grande surface, trocs, ateliers ludiques, projections de films et autres actions de sensibilisation…

À l'heure actuelle, selon l'ADEME, le chariot moyen de référence des Français entraîne la production de 83 kg de déchets par habitant et par an. Un acte d'achat réfléchi représenterait donc une réduction de 40% par an soit 33 kg/hab/an. Si chacun faisait cet effort de réduction, l'agence de l'Environnement estime que cela représenterait une réduction de 2 millions de tonnes de déchets en moins par an sur l'ensemble du territoire. En allant encore plus loin et en favorisant les emballages recyclables, le compostage, le réemploi, l'éco-conception, la masse d'ordures ménagères résiduelles serait significativement réduite. Même si on ne va pas jusqu'à traduire cette réduction en nombre de centres de traitement évités à l'image des incinérateurs ou des décharges pointés du doigt par les associations et mal perçus par la population, la tentation serait grande d'imaginer la fermeture progressive de ces installations par « manque de déchets ». Il est en revanche moins utopique d'imaginer une stabilisation du nombre de centres. Pour Arnaud Gossement, porte-parole de la fédération France Nature Environnement, la situation est ubuesque : d'un côté nos déchets explosent, de l'autre plus personne ne veut de la prolifération des décharges et autres incinérateurs et les recours en justice se multiplient. Il faut changer la donne !

Les premiers éléments issus des réflexions du Grenelle semblent aller dans ce sens. En effet, même si aucune décision précise n'a été actée lors de la table ronde finale, les propos du Président de la république ont été clairs : la priorité n'est plus au seul traitement des déchets mais à leur prévention. Nous retiendrons toutes les propositions qui permettent d'interdire ou de taxer les déchets inutiles comme le « suremballage ». La priorité ne sera plus à l'incinération mais au recyclage des déchets. Il faudra prouver pour tout nouveau projet d'incinérateur qu'il s'agit bien de l'ultime recours. Malgré tout, rien n'est décidé et les acteurs du Grenelle ont prévu de se pencher à nouveau sur la question des déchets d'ici quelques semaines.


*Cette semaine de mobilisation est organisée dans le cadre de la campagne « Réduisons vite nos déchets, ça déborde » par le Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durable et l'ADEME avec le Réseau des Ressourceries & Recycleries, avec le soutien de Veolia Propreté et en partenariat avec la FNE - France Nature Environnement- et la CLCV -Consommation, Logement et Cadre de vie.

Réactions27 réactions à cet article

 
Nul

Nul. Toujours de la comm' pour les gogos que nous sommes. Les solutions on les connait.

Arrétons de dire que le consommateur à le choix, ce n'est pas vrai. L'emballage est une aide à l'industriel pour optimiser le transport des marchandises. Qui choisit l'emballage des yaourts ? Qui choisit la forme des bouteilles ? Qui propose des recharges d'eaux minérales pour le consommateur ?

L'ademe ferait mieux de mettre en place ces filières plutôt que de nous abreuver de comm'...

Dans le désordre, proposer des poubelles à emballage dans les magasins, vente de l'eau au litre et des aliments au poids, etc.

Poil_a_gratter | 30 octobre 2007 à 18h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
étonnement

Compte tenu de la construction de la phrase dans l'article "La réduction du volume des déchets commence dans le caddie", on a l'impression que la pile à usage unique génère moins de déchets que la pile rechargeable . et j'aurais parier le contraire. Est ce sûr?

Anonyme | 30 octobre 2007 à 19h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
passer à l'action

tout simplement déballer vos achats et laisser les emballages inutils à la caisse de votre super-marché !

nature | 31 octobre 2007 à 06h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:étonnement

Si on considére qu'un pile rechargeable se recharge 600 fois, on peut dire que l'on consomme 599 fois moins de piles et est économisé un volume équivalent. En plus si on ajoute 599 trajte A/R économisé, on peut penser que l'économie est réelle.

Poil_a_gratter | 31 octobre 2007 à 17h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Nul

Tout à fait d'accord. On demande au consommateur d'acheter "écolo", mais est-ce vraiment possible ?
Y a t'il réellement besoin d'un énorme emballage plastique autour d'une pile rechargeable ? Pourquoi ne trouve t'on pas systématiquement des recharges pour tout produit ménager pour éviter de jeter les flacons à chaque fois ? On essaie de culpabiliser le consommateur, mais avec toute la bonne volonté du monde, il est quasi impossible d'éviter les produits suremballés.
Les efforts doivent être imposés aux fabricants et distributeurs et le consommateur suivra !

bibitomy | 31 octobre 2007 à 21h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Nul

Oui, mais d'un autre côté, les industriels produisent en fonction de la demande du consommateur, les grandes surfarces proposent ce qui fait le plus recette... on peut donc se renvoyer la balle longtemps avec ce type de discours... arrêtons de dire que ce sont les autres qui polluent.

Alex | 01 novembre 2007 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Nul

Je suis d'accord sur le fait que le consommateur est dépendant des industriels et de leurs conditionnements mais j'ai lu il ya quelques temps qu'en Allemagne les consommateurs avaient laissé sur place, après passage aux caisses, les sur-emballages obligeant les distributeurs à gérer ce qui restait dans l'enceinte de leurs magasins et à se retourner contre les fabricants, ce qui avait fait baisser les excès d'emballage.
A essayer non ?

Anonyme | 01 novembre 2007 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:étonnement

La réduction du volume des déchets ne devrait-elle pas commencer chez les fabricants plutôt?

Cdric | 01 novembre 2007 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Non à la démagogie d'écolos irréfléchis

Une bonne partie des emballages est - hélas - devenu nécessaire, sinon indispensable, jusqu'au déballage des sacs à la maison.

Maintenant si , comme dans certains "cantons" allemand on distribuait une boîte pour le goûter à totu élève entrant au cours préparatoire, ça serait un bon exemple.

Qui ne dispenserait peut-être pas de mettre didactiquement trois poubelles par classe ou, au minimum, dans la cour de l'école.

Ras le bol des écolos démagos !!!

Sprikritik | 01 novembre 2007 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Parfait exemple de démagogie

"En plus si on ajoute 599 trajet A/R économisé, on peut penser que l'économie est réelle"

Ras le bol !

Hélas les médias nous disent n'importe quoi, pendant que l'ADEME nous invite à réfléchir sur des chiffres ARCHAÏQUES, alors que l'Internet permet

Et Eco-emballages, au lieu d'embaucher de nouveaux collaborateurs, publient des affiches et des cartes (petit format des précédentes) avec des affirmations erronées !!!!!

Pauvre Francei

Sprikritik | 01 novembre 2007 à 16h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Parfait exemple de démagogie

Je suis désolée mais je n'ai pas compris votre réponse au message de "poil à gratter". Qu'est-ce qui ne vous parait pas crédible ?

Merci d'avance de compléter mes informations...

babettine | 01 novembre 2007 à 18h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Nul

C'est pas dans toute l'Allemagne et tous les consommateurs

Ne généralisez pas !

Même les bonnes idées, quand elles le sont vraiment

Sprikritik | 01 novembre 2007 à 20h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Réduction de déchets

Il est bien de rappeler toutes ces mesures très utiles. Sensibilisée depuis longtemps, je fais déjà attention au suremballage des produits et à leurs recyclages. Cependant, s'informer ne fait pas de mal. Il y a beaucoup de progrès à faire, même de ma part !!!! Ceci dit, lorsqu'une caissière me propose un sac jettable, je refuse ! Surtout si j'ai oublié le mien dans la voirture !!! Mais il serait bien que toutes ces mesures d'écologie soit étendues au niveau mondial. J'arrive du Canada, où j'étais éffarée de ne pas pouvoir mettre au recyclage une pile à usage unique !!!!
Un autre point que j'aimerais souligner c'est celui de l'information. Parfois, on crois bien faire et finalement, on a tout faux !!! N'existerait-il pas des points infos permanents avec des facicules ?

Merci,
A bientôt.
Sophie

Sophie | 02 novembre 2007 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:étonnement

heu je ne comprends pas pourquoi tant de réflexions inutiles!! le fait est là: trop d'ordure! une solution adopter une solution de consommateur écolo! vu que c'est la demande qui fait le produit si les consommateurs achètent autrement forcément les fournisseurs et autres fabricants devront s'adapter!! le but n'est pas de trouver un coupable mais de régler un problème, et pour cela faut bien faire des suggestions!!!!!

bizou d'avenir | 02 novembre 2007 à 22h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:étonnement

Je suis entierrement d'accord, il faut arrêter de chercher des coupables mais passer à l'action, si tout le monde réagit de cette façon on avancera pas et on laissera une planette encore plus pouri aux générations futures.
Les efforts doivent venir de tous c'est ça être citoyen non?

sev | 03 novembre 2007 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:étonnement

pour compléter ce que tu dis, j'ajoute que c'est une excellente didée de vouloir laisser quelque chose de correcte aux générations futures!!! et nous avons le droit aussi de vivre heureux et en bonne santé; c'est meme ce paramètre qui permettra à nos enfants d'être demain de vrais ^petres humains et pas des mutants alors quelles décisions prenons nous?

bizou d'avenir | 04 novembre 2007 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:étonnement

Bonjour!

A chaque fois c'est la même chose!! lol
Pourquoi tant de réflexions?! Mais mesdames, messieurs, la réflexion est la base de tout et permets de ne pas s'engouffrer dans une voie sans issue ou autres!
Nous voulons tous la même chose! Ai-je dit que je voulais que mes enfants soient des mutants ou encore que je me foutais de l'avenir de notre planète!? là permettez moi de vous dire que c'est vous qui tapez dans la réflexion inutile...
Vous êtes des moutons comme tout le monde! vous vous croyez libres car vous marchez à l'écart mais vous faîtes parti du troupeau!!
Je vous cite :"c'est la demande qui fait le produit" ???? Peut-être trop de réflexions chez moi mais je pense pas assez chez vous, avec tout le respect que je vous dois. Voilà le gros problème du siècle, la sensation d'être supérieur, de maîtriser son environnement!!! Mais réveillez-vous!! La demande répond à l'offre et non le contraire, malheureusement! Nous sommes chaque jour guidez, manipulez dans un mode de consommation dicté par les gros industriels et les lobby! Comment pouvez-vous croire que parce qu'une petite bande d'écolo va boycoter les emballages, cela va changer... Voyons un peu de sérieux... Observez le monde!
La situation écologique est catastrophique, les solutions doivent être vite prises et directement applicables!
Combien de voitures écolo sont sorties depuis la demande des consommateurs? En suivant votre logique, il suffit simplement d'adopter une solution de consommateur écolo... C'est à dire: acheter un cheval, un âne (les pauvres bêtes en ville...)???
Vous dîtes le but n'est pas de trouver un coupable et pourtant, à vous écouter, on a l'impression que vous êtes les principaux fautifs!
Il faut prendre le mal à la racine et non pas essayer de couper les branches mortes au fûr et à mesure car un jour vous couperez celle sur laquelle vous êtes assis!
Oui nous polluons mais nous ne sommes pas libres, nous ne décidons pas de ce que nous consommons! UTOPIE! Alors oui, il existe un coupable, oui il existe des coupables et nous en faisons parti mais nous ne faisons que suivre un ou des tyrans et c'est à ceux-là qu'il faut trancher la tête pour que le peuple du monde redevienne à nouveau libre de ces actions!

Bizou du présent

Cdric | 05 novembre 2007 à 16h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:étonnement

Peut-être n'aviez-vous pas remarqué mais ma phrase " La réduction du volume des déchets ne devrait-elle pas commencer chez les fabricants plutôt? " se termine par un point d'interrogation ce qui laissait penser à une suggestion, et il faut bien faire des suggestions!!!!!
Dans beaucoup de problèmes, vous m'accorderez que la solution est souvent de trouver le coupable...

Cdric | 05 novembre 2007 à 16h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Nul

Certes, mais restons crédible. Entre deux produits, votre rôle de consommateur se limite à choisir entre ces produits. Qui choisit le sur-emballage ? Qui choisit pour le transport la forme des contenants ? Qui choisit d'avoir un objet sur-emballé pour limiter les vols ou l'installation d'antivol ?

Sur beaucoup de produits il est improbable de choisir parce que tous proposent un packaging groupé, les yaourts notamment...

Ce n'est PAS LA VOLONTE DU CONSOMMATEUR mais belle et bien celle DU REVENDEUR ou de L'INDUSTRIEL.
C'est lui qui propose aux consommateurs la fome, le goût et la couleur de ses produits.
Pour changer les choses il faudrait qu'un concurrent propose un packaging révolutionnaire et entraîne avec lui les clients captifs des autres industriels. Mais pourquoi croyez-vous que tous adoptent les mêmes modèles et formes de transports ????

Poil_à_gratter | 05 novembre 2007 à 17h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Nul

Les grandes surfaces sont prêtes à investir des sommes considérables pour une campagne publicitaire qui leur fera gagner 0,5% de part de marché. Donc, si le consommateur manisfeste ne serait-ce qu'une faible préférence pour les produits moins emballés, les grandes surfaces ne manqueront pas de réagir. L'apparition de produits bios ou issus du commerce équitable dans les rayons - alors que la demande est encore très faible - en est une illustration.

Alex | 06 novembre 2007 à 08h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Nul

Alors ne faites rien...

Anonyme | 06 novembre 2007 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ne confondons pas LES et DES

Je voulais souligner qu'il ne faut pas généraliser .

Mais pour ce qui est d'agir, je le fais en militant depuis 33 ans et en professionnel depuis 16 ans passés.

Ce qui pèche le plus c'est la qualité de la com et le bon exemple des autorités

On fait encore des colloques , qui plus est non colloquants, sur la réduction des déchets avec des petites bouteilles d'eau en plastique pour chacun des intervenants de tribune

Et nos huiles très supérieures à Bruxelles ne montrent pas l'exemple en n'ayant pas des pichets d'eau du robinet sur leur augustes tables ... quand les simples citoyens invités à faire de la réduction les voient à la télé..

Sprikritik | 06 novembre 2007 à 14h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:étonnement

enfin des paroles de sagesse!! le plus important c'est l'état dans lequel nous avons tous mis notre planète et il est urgent de prendre conscience de notre responsabilité et au diable les industriels peu scrupuleux, c'est à nous de montrer l'exemple ! la France a bien du retard au sujet de l'écologie!!!! il ya bien d'autres pays qui n'en sont plus à se regarder le nombril mais bien à agir en habitant de notre planète responsable, alors cessez de jeter vos mégots par terre, y en a marre, il existe des cendriers de poches à défaut d'avoir des cendriers dans les rues!!! désolée, suis énervée... dédé

dédé | 06 novembre 2007 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Nul

c'est une excellente idée!!!!! faut s'y mettre s'en tarder...

dédé | 06 novembre 2007 à 15h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La règle des trois R

Mon vieux professeur de physique m'avait toujours dit que pour faire de l'écologie, il faut respecter la règle des 3 R :
- Réduire
- Réutiliser
- Recycler (dans cette ordre là)
Aujourd'hui, l'essentiel des efforts est fait sur le recyclage. On nous vend ça comme l'acte écologique par excellence, alors que c'est seulement le dernier maillon de la chaîne....
On recycle du verre, du papier, du carton, etc etc... Mais avant d'arriver à ces solutions coûteuses aussi bien en énergie qu'en argent, est-ce qu'on aurait pas oublié quelques étapes ?

- 1er R : Réduire.
je ne vais pas m'étendre sur le sujet puisqu'il est largement évoqué dans l'article et dans les autres commentaires. On l'a totalement négligé pendant des années et on commence enfin à en reparler... Je veux juste enfoncer une porte ouverte et rappeler qu'il est clair que l'emballage qui est le moins polluant, c'est celui qui n'existe pas...

- 2ème R : Réutiliser.
C'est pour moi un des éléments clés d'une politique de réduction des déchets......... et c'est précisément là qu'il n'y a absolument aucun effort de fait !!!
Honnêtement, une bouteille d'eau, une fois bue, ne peut-elle plus être utilisée ? (Qui n'a jamais re-rempli une bouteille avec de l'eau du robinet pour s'en resservir ??). Et une bouteille en verre (que ce soit de l'eau, de la bière ou même du vin) ? un carton de boite à pizza ? un paquet de lessive ? une brique tétra pak ?..... la liste peut être longue...

Et le pire de tout ça, c'est que ce n'est pas si compliqué à mettre en place : toute la chaine logistique est déjà là !! Il suffirait de revenir à ce bon vieux système de consignes pour inciter les consommateurs à ramener leur emballages.
En partant au supermarché, mon coffre de voiture est généralement vide, je peux donc le charger avec mes emballages usagés. J'aurai juste à les laisser à l'entrée du supermarché (récupérant au passage ma consigne). Je pourrai alors faire mes courses tranquillement et repartir le coffres pleins de produits frais... Bilan de l'opération : zéro trajet supplémentaire ; quelques contraintes de puisqu'il faut redonner les emballages au lieu de simplement les jeter mais j'y trouve un intérêt financié puisque j'économise le prix de l'emballage grâce à la consigne.
Idem pour le camion de livraison qui une fois qu'il a livrer sa cargaison au supermarché peut repartir chargé d'emballages vides.
Et on peut remonter ainsi jusqu'à l'usine de conditionnement du produit ... et le tour est joué : on a une nouvelle chaine d'approvisionnement d'emballage sans avoir à rajouter un seul trajet et sans consommer de matière première.
La seule étape à rajouter serait probablement une opération de nettoyage des emballages...
Mais hélas, où voit-on ça en France ?

- 3ème R : Recycler
Le dernier maillon de la chaine. Quand on ne peut pas éviter un emballage, quand on ne peut plus le réutiliser, on le recycle.
C'est un maillon indispensable de la lutte contre le gaspillage des ressources et la réduction des déchets mais, attention, ça doit rester le dernier maillon sous peine d'arriver à des solutions abbérantes : ce matin j'ai acheté une bouteille d'eau. Une fois vidée, je l'ai consciencieusement jetée dans ma poubelle jaune. Elle va alors commencer un joli "petit" voyage passant par :
- un camion de collecte de déchets,
- un centre de tri,
- un centre de recyclage (pour refaire du plastique à partir de ma bouteille usagée)
- une usine de fabrication de bouteille
- un "fabricant" d'eau (pour la remplir)
- une centrale d'achat,
- un supermarché,
et tout ça pour finalement arriver juste devant moi, sur ce rayon de supermarché... un petit tour de France en prime...
Tout ça alors qu'on aurait simplement pu re-remplir sa bouteille d'eau...

Alex | 07 novembre 2007 à 01h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
etonnement

Bonjour
ce qui m'étonne c'est que personne ne réclame le contenant de ce caddie de l'ADEME qui nous permet de réduire les déchets dans des proportions importantes (très bien) mais aussi 50€ par mois et par personne !!! (c'est encore mieux) ; Personnellement Je suis preneur . Et si c'est réellement possible (je suis très sceptique quand même !!! ) les industriels s'adapteront. A nous consommateurs d'obliger les industriels à réduire leurs emballages . Si nous attendons l'inverse ... la planète est foutue et nos enfants vivront sur un tas d'ordures. N'oublions pas que nous avons à faire à des gens qui n'en n'ont rien à foutre de la planète et qui ne sont guidés que par un seul mot : PROFITS .
Hub l'écolo

hub l'écolo | 22 novembre 2007 à 17h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:passer à l'action

bonsoir,je suis à fond avec vous!c'est certainement une goutte d'eau!......mais ne dit on pas que des gouttes d'eau font la mer!......que laisserons nous à nos enfants?.....cordialement vôtre ....Eliane

yan | 13 décembre 2007 à 22h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager