En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Sénat se penche sur l'empreinte environnementale du numérique

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Le 29 janvier ont débuté les travaux de la mission sénatoriale relative à l'empreinte environnementale du numérique. La mission, « a pour objectif d'évaluer les impacts environnementaux du digital en France, directs et indirects, en tenant compte aussi bien des usages que de la fabrication des terminaux, des réseaux et des centres informatiques ». Elle est composée de quatorze élus et est présidée par Patrick Chaize, sénateur LR de l'Ain. Guillaume Chevrollier (LR, Mayenne) et Jean-Michel Houllegatte (PS, Manche) sont les rapporteurs. Le rapport final est attendu en juin prochain.

Le président de la mission d'information, plaide pour une « évaluation systématique des gains environnementaux nets des services numériques, afin de mettre en balance leur empreinte environnementale par rapport aux solutions qu'ils apportent ». Les travaux devraient notamment porter sur la lutte « contre les stratégies de manipulation du consommateur, fondées sur l'addiction », explique le Sénat.

Parmi les intervenants à cette table-ronde inaugurale figurait Hugues Ferreboeuf. Le membre du think-tank The Shift Project considère que la sobriété est « la seule façon de revenir à une trajectoire supportable ». Il plaide pour « une croissance du numérique de 15 % par an au lieu de 25 % ». Quant à Frédéric Bordage, fondateur de GreenIT.fr, il a insisté sur l'impact des terminaux. « Au rythme où nous consommons les principaux minerais qui permettent de fabriquer le monde moderne, dans 30 ans, il n'y aura plus de stock », estime-t-il.

Réactions2 réactions à cet article

 

Excellente initiative même si celle-ci est "managée" par LR et le PS, deux partis de "l'ancien monde" peu connus pour leur vigueur environnementale en dehors des discours....
On verra par ailleurs, si des mesures de décroissance en la matière sont effectivement recommandées, si celles et ceux qui sont les premiers à clouer le transport aérien au pilori sont aussi radicaux à l'égard du numérique ou s'il ne s'agissait que de l'habituelle recherche d'un bouc émissaire....

adjtUAF | 03 février 2020 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Après avoir dématérialisé tout azimuts la quasi totalité des procédures administratives sous couvert de protection de l'environnement (mais surtout au motif d'économies d'impression, de frais postaux et de dégraissage d'effectifs dans les services, ça non, bien sûr !), il est bien temps de se poser les bonnes questions ! Il est en effet désormais avéré que les datas centers et l'impression chez soi de facture et autres justificatifs (car les comptables et autres commissaires aux comptes exigent toujours une trace papier) ont un impact environnemental catastrophique.

Pégase | 03 février 2020 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager