Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les sénateurs s'inquiètent pour l'avenir du photovoltaïque

Energie  |    |  Euractiv.fr

Les élus de la Haute assemblée ont interrogé la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet sur la filière du solaire français.

Après la publication, le 10 décembre, du décret qui suspend l'obligation de rachat par EDF de l'électricité photovoltaïque pour trois mois, la ministre de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a répondu aux questions des sénateurs sur l'avenir de la filière.

Les objectifs du Grenelle « n'ont pas changé, a rappelé Nathalie Kosciusko-Morizet : 5400 mégawatts issus du photovoltaïque en 2020». Des objectifs largement dépassés, selon la ministre.

Les élus s'inquiètent des revirements du gouvernement dans le pilotage des dispositifs d'aide à la filière. « L'instabilité de la réglementation menace gravement la filière », a rappelé Jean-Claude Merceron (Union centriste). Selon cet élu vendéen, à cause des changements tarifaires constants, « la filière navigue à vue », compte tenu des multiples changements tarifaires.

« Il y a une critique que j'accepte, c'est le manque de lisibilité pour les acteurs de la filière », a expliqué la ministre, rajoutant qu'elle comprenait leur mécontentement.

Jean-Pierre Vial, sénateur UMP de la Savoie, a aussi estimé qu'on ne pouvait pas faire du photovoltaïque un « bouc-émissaire » de l'augmentation du coût de l'énergie, ce qu'a...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [11597] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions2 réactions à cet article

 

Comment tuer une filière française naissante?
La méthode est disponible depuis le 10 décembre 2010 en France. Aucun industriel, développeur et à fortiori banquier ou investisseur sérieux ne peut raisonnablement s'investir sur le long terme lorsque des personnes bien intentionnés au sein du gouvernement français décident de stopper (purement et simplement) pour 3 mois l'obligation de racheter le courant produit par les installations solaires.
Quelle est la prochaine mesure pour vraiment tuer le solaire (et pourquoi pas l'éolien)? Pourquoi pas la remise en cause des contrats d'achats déjà signés????? Les lobbies nucléaires, pétroliers, gaziers et charbonniers sont tellement puissants que même cela, on est en droit de se demander s'ils ne vont pas le remettre en question?

L'Ecologie à la Française, 1 pas en avant et 3 pas en arrière...

arthur duchemin | 20 décembre 2010 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec tout le respect que nous devons à la filière photovoltaïque, elle connait désormais les difficultés des autres énergies renouvelables qui ont subies le lobbying du "tout photovoltaïque" (tarifs de rachat non compétitifs, pression réglementaires,...)
Certes, l'Etat fait encore la girouette avec ses décisions en matière d'environnement, ce qui discrédite une nouvelle fois les efforts nécessaires en la matière. Toutefois, ne plaignons pas la filière photovoltaïque qui a profité du tapis rouge qui lui était déroulé depuis longtemps et visons plutôt un développement multi-filières qui seul pourra répondre aux spécificités de chaque région.

solvin | 20 décembre 2010 à 11h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Passerelles de communication ECU pour micro-onduleurs APsystems APsystems