Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Senne démersale : les eurodéputés font obstacle à cette méthode de pêche très controversée dans la Manche

Biodiversité  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

Le vote s'annonçait serré, mais les opposants à l'utilisation de la « senne démersale » dans la Manche l'ont finalement emporté. Ce mardi 12 juillet, la Commission de la pêche du Parlement européen a adopté l'amendement à l'article 5 de la Politique commune de la pêche déposé par l'eurodéputée belge Caroline Roose (groupe Verts/Ale) visant l'interdiction de cette méthode de pêche apparentée au chalutage de fond dans la bande côtière française.

Une « énorme victoire pour l'océan, la biodiversité et les pêcheurs côtiers », a souligné, sur Twitter, Claire Nouvian, présidente de Bloom. Cette association spécialisée dans la protection des océans dénonce, en effet, les « ravages » de cette technique, consistant à déployer un câble dans les fonds marins sur un polygone de 3 km². Le « mur de sédiments » ainsi créé piège les poissons à l'intérieur, sans possibilité de les sélectionner. Dans le même temps, selon Bloom, les engins dévastent aussi les fonds marins, tout en libérant le carbone stocké dans les sédiments.

À titre préventif, l'Aquitaine, la Bretagne et la Normandie ont déjà interdit cette méthode de pêche dans leurs eaux territoriales ou dans une partie. « Cinq senneurs ratissent par jour une surface équivalente à celle de Paris, précise l'association. Ils seraient 75 à pouvoir pêcher en Manche. » Cet article 5 de la Politique commune de la pêche concerne l'accès aux eaux territoriales des autres États membres. Désormais, les débats se prolongeront en « trilogue » entre le Parlement, le Conseil et la Commission européenne.

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est une bonne chose de ne pas détruire le fond marin de nos cotes européennes, mais il serait plus judicieux d'en faire une interdiction mondiale, avec les chalutiers chinois et russes. C'est comme les mesures pris en France pour limiter l'utilisation des énergies fossiles qui ne modifieront en rien l'augmentation du CO2 dans le monde tant que les trois puissances économiques USA, Chine et Inde voir le continent africain ne prennent pas des mesures identiques

le papet | 13 juillet 2022 à 08h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France