En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les énergies renouvelables, source de croissance et d'emplois

Les objectifs de développement des énergies renouvelables prévus pour 2020 laissent entrevoir de nombreux emplois. En France, selon le SER, 70.000 verront le jour d'ici 2012 du fait du développement d'une industrie et des services associés.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Les énergies renouvelables, source de croissance et d'emplois
© PhotLook
   
À l'occasion de l'ouverture du Sireme, Salon international des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie qui se tient du 24 au 26 juin au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris, André Antolini, Président du Syndicat des Energies Renouvelables (SER) a souhaité rappeler la forte croissance du secteur des énergies renouvelables (EnR) et les emplois prévus à la clef. Dans le monde, de nombreux pays se sont engagés dans le développement des énergies renouvelables que ce soit aux USA, en Chine, en Inde ou en Australie et ont fait le pari des EnR, a-t-il expliqué. Les investissements dans ce secteur sont en effet en forte expansion : ils sont passés de 10 milliards de dollars US en 1998 à au moins 66 milliards en 2007 soit l'équivalent de 18% de l'ensemble des investissements. Ils devraient atteindre 343 milliards de dollars en 2020 et quasiment doubler à nouveau d'ici à 2030.

 
Dans le monde, de nombreux pays se sont engagés dans le développement des énergies renouvelables que ce soit aux USA, en Chine, en Inde ou en Australie et ont fait le pari des EnR  
André Antolini
 
En terme d'emplois les constats sont encourageants : au total, 2,3 millions d'emplois verts ont été créés ces dernières années dans le secteur des énergies renouvelables dont notamment 300.000 pour l'éolien, 170.000 pour le solaire photovoltaïque et 600.000 pour le solaire thermique. Et les prévisions sont tout aussi alléchantes : l'Organisation Internationale du Travail estime que plus de 20 millions d'emplois supplémentaires devraient être créés dans le secteur des énergies renouvelables d'ici 2030.

La France devrait également bénéficier de cette manne notamment avec les objectifs Européens repris dans le Grenelle de l'environnement. D'ici 2020 la France devra intégrer 23% d'énergies renouvelables dans sa consommation d'énergie et donc produire 20 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) supplémentaires à partir de sources renouvelables. Toutes les sources vont être sollicitées : 10 Mtep supplémentaires pour la chaleur (bois, solaire thermique, pompe à chaleur, géothermie), 7 Mtep pour l'électricité avec l'hydraulique, la biomasse, l'éolien, le solaire photovoltaïque et un peu plus de 3 Mtep grâce aux agrocarburants.

L'impact sur l'emploi devrait être marquant. Selon les prévisions de l'ADEME et du SER, d'ici 2012 le secteur des EnR représentera 155.500 emplois contre 85.800 en 2006. 38.200 nouveaux emplois sont attendus dans le bois-énergie, le solaire thermique, la géothermie et les pompes à chaleur. Le remplacement et le développement d'équipements individuels chez les particuliers et le développement des chaufferies bois collective grâce au fonds chaleur renouvelable de l'ADEME seront le moteur de ce secteur : avec le fonds chaleur, une centaine de chaudières collectives devraient voir le jour, les premiers dossiers seront examinés en juillet, a précisé André Antolini. De nombreux emplois seront également nécessaires pour mobiliser et distribuer la ressource. 300 tonnes de granulés ou un 1m3 de bois représentent un emploi, précise Frédéric Coirier de l'entreprise Poujoulat. Ce secteur créera des emplois diffus sur tout le territoire, complète le Président du SER.

6.300 nouveaux emplois sont également prévus dans le secteur des agrocarburants, 12.200 dans le photovoltaïque et 13.000 dans l'éolien. 4.000 MW d'éoliennes sont installés en France mais il ne faut pas crier victoire, a annoncé André Antolini. Le Grenelle prévoit en effet d'installer 25.000 MW supplémentaires d'ici 2020 dont 6.000 MW en mer. Face à ces objectifs, le SER est confiant et son Président rappelle que malgré la crise on construit encore des éoliennes en France, même s'il reconnaît que ces constructions sont le résultat des projets préparés il y a plusieurs mois.

Le SER compte s'appuyer sur l'industrie de l'éolien en cours de mise en place en France. Pour l'organisation, 140 sous-traitants exercent une activité dans la fabrication de pièces entrant dans la composition d'une éolienne, l'exploitation et la maintenance, les travaux de génie électrique et de génie civil, le transport ou le montage d'éoliennes. On a beaucoup de « made in France » dans les machines car beaucoup d'équipementiers sont français, explique André Antolini. Plusieurs unités de construction de mâts, pales et autres composants d'éolienne ainsi que des unités d'assemblage devraient s'implanter en France d'ici 2020.

Toutefois des inquiétudes pointent à l'horizon pour ce secteur. Le syndicat des énergies renouvelables évoque l'incertitude réglementaire liée à l'introduction des éoliennes dans le régime des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Quand on leur dit que la réglementation va changer, les investisseurs prennent leur jambe à leur cou, prévient André Antolini. Jean-Michel Germa, le président de La Compagnie du Vent, filiale de GDF Suez a exprimé des craintes similaires dans un entretien au quotidien Les Echos : le classement ICPE est de nature, sans que cela se voit, à bloquer complètement le développement de l'éolien terrestre ou au minimum de le ralentir pour environ sept ans.

Réactions3 réactions à cet article

 
énergies renouvelables

comment faire pour intaller des énergies renouvelables chez soi (panneaux solaires, photovoltaïques etc...) lorsque l'on a un maire qui est contre l'environnement et qui refuse tous projets

nath | 29 juin 2009 à 11h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:énergies renouvelables

voter différemment, changer de ville C'est exactement la même chose à tout niveau. si vous avez un préfet pro nucléaire, il acceptera difficilement des projets d'EnR.

Kent | 02 juillet 2009 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:énergies renouvelables

Bonjour,

Demandez auprès de votre espace info énergie de votre département (voir sur le site de l'ADEME): ils vous renseigneront gratuitement. Le maire n'a pas tous les pouvoirs...

Harvey | 05 juillet 2009 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager