Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pétrole en Guyane : le forage du second puits de Shell prolongé

Energie  |    |  Rachida Boughriet

Le groupe pétrolier Shell a annoncé le 17 avril à l'AFP qu'il va prolonger jusqu'à 6.438 mètres de profondeur le forage de son second puits d'exploration au large de la Guyane, après avoir essuyé un échec en décembre 2012. Le précédent forage n'avait en effet pas permis de trouver d'hydrocarbures commercialement exploitables, alors que le puits atteignait environ 6.200 m de profondeur sous le plancher maritime. Seules des traces de pétrole avaient été découvertes dans une couche géologique de 85 m d'épaisseur.

"Parce que la cible initialement projetée ne contenait pas d'hydrocarbures", Shell va donc "effectuer une prospection un peu plus profonde'', a confirmé un porte-parole de la filiale française de Shell.

Le pétrolier anglo-néerlandais avait démarré en juillet dernier le forage de ce deuxième puits, le GM-ES-2 (ou Zaedyus-2), à proximité du premier forage qui avait identifié en 2011 plus de 70 mètres de réservoirs pétrolifères. Sur la base de ce premier forage, Shell espérait un gisement d'au moins 300 millions de barils.

Le pétrolier détient 45% des parts du permis d'exploration "Guyane Maritime", la compagnie britannique Tullow Oil (27,5%) et le pétrolier français Total (25%). Les 2,5% restants se repartissent à égalité entre deux autres sociétés britanniques, Northern Petroleum et Wessex. Ce permis a été prolongé par arrêté en date du 22 décembre 2011 jusqu'au 1er juin 2016 et couvre une superficie d'environ 24.100 km2, située à environ 150 kilomètres des côtes de la Guyane française.

Réactions1 réaction à cet article

 

Nous en sommes réduit à chercher à plus de 6km de profondeur du pétrole... Si ce n'est pas le début de la fin qu'est-ce?
Les petroliers disent que jadis ils dépensaient 1 baril de pétrole pour en extraire 100 et aujourdh'hui c'est 25 barils pour en avoir 100.

ami9327 | 25 avril 2013 à 01h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]