En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le siège social d'Angers de l'ADEME se veut exemplaire

Compte tenu de sa mission, l'ADEME se veut exemplaire et en mesure d'afficher la réduction de son impact environnemental. Pour preuve : le nouveau bâtiment en cours de construction de son siège social à Angers est en cours de labellisation BBC.

Energie  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Le siège social d'Angers de l'ADEME se veut exemplaire
Chantier de construction de l'extension au siège de l'ADEME
© ADEME
   
De haute qualité environnementale (HQE) mais aussi de très haute performance énergétique (THPE) et de basse consommation (BBC), classé A sur l'échelle de performance énergétique, ce premier bâtiment public basse consommation montre bien que les objectifs du Grenelle Environnement sont possible, s'est réjoui Jean-Louis Borloo, le ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire lors de sa visite lundi dernier au siège social de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) à Angers, dans le Maine-et-Loire.

Réduire l'impact environnemental global

Les travaux d'extension (3.000m2) du siège de l'agence situé sur le plateau du Grésillé dans le quartier du Lac de Maine à Angers, ont débuté fin janvier 2008 pour une durée prévue de 12 mois. Au total ce seront 5,1 millions d'euros qui seront investis dans ce nouveau bâtiment construit dans la démarche HQE et qui vise à obtenir le label THPE dont on rappellera qu'il défini une consommation conventionnelle d'énergie au moins inférieure de 20 % à la consommation de référence définie par la RT 2005. Le label HQE a quant à lui pu être attribué grâce à la qualité de son intégration à l'environnement immédiat, de la gestion de ses flux (énergie, eau, déchets) et du faible impact du chantier sur l'environnement.

Par l'installation d'énergie photovoltaïque et d'une isolation renforcée notamment, ce bâtiment tertiaire aura une consommation prévisionnelle de 31,6 kWh/m2/an ouvrant la voie à une labellisation Bâtiment Basse Consommation (BBC) correspondant à un gain énergétique de 50% par rapport à la RT2005. C'est cinq fois inférieur à un bâtiment neuf habituel jusqu'ici, a précisé lors de la visite du site, Joël Ghienne, directeur de l'administration générale de l'ADEME et qui est chargé de coordonner les travaux de rénovation et d'extension.

Pour ce faire, des techniques performantes ont été utilisées pour réduire la consommation d'énergie. Une sur-ventilation nocturne l'été d'une capacité de 6 volumes des locaux par heure (vol./h) a notamment été prévue pour refroidir les locaux par la restitution de la fraîcheur accumulée la nuit, et limiter ainsi le jour suivant la montée en température. Cette solution permet en outre d'utiliser l'inertie des bétons apparents en intérieur, en adéquation avec la conception d'isolation par l'extérieur et de ventiler les locaux à différents débits. De ce fait, en mi-saison, c'est une ventilation de 3 vol./h qui est utilisée. Au final, nul besoin de climatisation.
L'éclairage est quant à lui graduable sur détection de présence et asservi à la luminosité. Quant à l'isolation, elle se fait par l'extérieur avec 16 cm de laine de verre, sous un bardage métallique. Les menuiseries sont également à triple vitrage, respirant avec stores intégrés.
Surcoût des différents travaux : environ 12 %, soit 600.000 €. L'investissement devrait être rentabilisé en 12 ans, confie Joël Ghienne, même si cette évaluation est caution à l'évolution du prix de l'énergie.

Cette extension dont la livraison est prévue en janvier 2009, vient compléter le bâtiment principal* rénové en 2006 pour un coût de 3,8 millions d'euros. À l'époque les travaux de rénovation avaient permis d'abaisser les besoins énergétiques du bâtiment de 130kWh/m2/an à 88 kWh/m2/an. Quelques exemples de travaux simples avaient en effet rendu ce bâtiment plus économe en énergie : limitation des consommations en énergie et en eau, sur-ventilation nocturne, menuiseries à rupture de pont thermique, ventilation double flux, isolation renforcée par l'extérieur, toitures/terrasses végétalisées, eau chaude sanitaire solaire, changement des chaudières, éclairage sur pied, éclairage par détection de présence et compostage des déchets verts et de restauration. La mise en place de chaudières à condensation devraient encore améliorer ce niveau de performance de 10%, pour atteindre 80 kWh par m2 et par an.

Faire du bâtiment, un ouvrage exemplaire

L'agence a bel et bien décidé de soigner son siège social, l'objectif étant de rassembler sur un site unique l'ensemble des personnels angevins, soit un effectif à terme d'environ 300 personnes, et de démontrer que l'atteinte des performances BBC était déjà une réalité même pour les bâtiments publics. Ce bâtiment démontre que l'on sait faire dès aujourd'hui des bâtiments basses consommations avec un surcoût très limité à la construction, a assuré Chantal Jouanno, la Présidente de l'ADEME. Une belle illustration de la réalité des objectifs du Grenelle de l'Environnement, selon elle.

Pourtant dans le même temps, le seuil de performance énergétique des bâtiments de logement neufs à fixer dans la loi Grenelle I était plutôt malmené à l'Assemblée Nationale. Rappelons que dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 octobre, l'amendement controversé déposé par le député Patrick Ollier (UMP) a finalement été adopté mais dans une version modifiée. Résultat, le seuil de consommation d'énergie primaire de 50 kwh/m2/an fixé pour les constructions de logement neuves dès 2012 sera modulé pour les énergies qui présentent un bilan avantageux en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Comprenez ceux chauffés à l'électrique, attendu qu'en France, l'électricité est très majoritairement d'origine nucléaire, source d'énergie faiblement émettrice de CO2. Cette modulation sera fixée par décret. Rappelons qu'à la place du terme « modulé », Patrick Ollier souhaitait que le seuil soit relevé à raison inverse des émissions de gaz à effet de serre générées par l'énergie utilisée.
Afin de garantir la qualité de conception énergétique du bâti, la réglementation thermique fixera en outre un seuil ambitieux de besoin maximal en énergie de chauffage des bâtiments, peut-on lire en complément dans l'amendement adopté.

* ll se compose de deux bâtiments distincts : un premier de 4 400 m2, à usage de bureaux et un second de 1 700 m2 abritant le restaurant d'entreprise, l'auditorium et des salles de réunion.

Réactions4 réactions à cet article

 
1er bâtiment public BBC???

Bonjour,
Ce n'est pas le premier bâtiment public basse consommation! Peut-être celui là a-t-il plus de publicité car c'est le siège de l'ADEME...
Je précise également qu'un bâtiment n'est pas THPE ET BBC mais simplement que le niveau de performance énergétique BBC va au-delà du THPE!

Aurelie | 20 octobre 2008 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comparatif écobilan construction béton / bois ?

Bonjour,

Sauf erreur de ma part, le bois ne semble pas être présent dans cette construction. Pour quelle raison ? C'est un excellent isolant thermique et la filière bois française est aujourd'hui en mesure de fournir des bois de provenance certifiée PFEC ou FSC. Ce fut d'ailleurs le cas avec la construction de la direction territoriale de l'Office national des Forêts à Dijon. En réponse à ce courriel, merci de mettre en ligne un comparatif de l'écobilan contruction béton / contruction bois. Par ailleurs, tant qu'à laisser le materiau apparent (le béton, si j'ai bien lu), autant que ce soit beau. Et le bois est un beau matériau !
En vous remerciant,

Anonyme | 23 octobre 2008 à 08h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Peut mieux faire!

Encore une fois, pourquoi, dans un projet de cette envergure, qui se veut un exemple en la matière, utiliser de la laine de verre alors que d'autres matériaux d'isolation écologique, comme la laine de cellulose ou les panneaux de laine de chanvre offrent des propriétés de conductivité thermique similaires ( 0.04 W/m.°C)? Même si le surcoût est avéré, aurait-il une si grande influence sur le délai de rentabilisation de l'investissement?
De plus, concernant l'impact sur la santé, la laine de verre fait depuis plus de 10 ans "…l'objet d'une vive polémique dans les milieux scientifiques.", alors que "…les utilisations du chanvre en construction sont sans effet négatif connu sur la santé;".
Ces renseignements sont issus de l'incontournable ouvrage de J-P Oliva "L'isolation écologique", Ed. Terre Vivante, dont je conseille la lecture à toute personne soucieuse de construire ou rénover selon les principes écologiques de respect de la planète et de ses habitants.

Joël | 03 novembre 2008 à 17h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
organisme certificateur ?

Bonjour,

J'aimerai savoir quel est l'organisme certificateur HQE qui a fait l'audit de cet établissement.

Merci

rizou | 10 juin 2009 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager