En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Allemagne recule sur les biocarburants

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Le ministre de l'Environnement de l'Allemagne, Sigmar Gabriel a annoncé le 4 avril que le gouvernement abandonnait son projet baptisé E 10 qui prévoyait d'introduire 10 % d'éthanol d'ici 2009 dans l'essence des véhicules, pour atteindre 20 % en 2020.

L'Allemagne, qui impose actuellement que ses carburants fossiles soient mélangés à au moins 5% de biocarburants, a décidé d'en rester là. Selon Sigmar Gabriel, les véhicules les plus anciens qui concernent plus de trois millions de voitures seraient inaptes à recevoir le nouveau carburant qui userait plus vite certaines pièces de moteur. La politique environnementale ne peut contraindre plusieurs millions d'automobilistes à passer au Super-plus, plus cher, d'autant qu'il s'agit souvent des personnes les plus modestes, a déclaré Sigmar Gabriel.

Depuis plusieurs semaines, le ministre de l'environnement allemand devait faire face aux critiques des écologistes qui dénonçaient les méthodes de culture du colza ou du soja pour fabriquer les biocarburants qui concurrencent les plantations alimentaires et celles du club des automobilistes ADAC qui refusait le surcoût entraîné par l'E10.

Pour la Fédération France Nature Environnement, la France doit comme l'Allemagne renoncer aux objectifs d'incorporation d'éthanol dans les carburants conventionnels.

Selon la FNE, le Président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi dernier au Congrès de la FNSEA le maintien de l'objectif d'incorporation d'agrocarburants, à 7% d'ici à 2010, tandis qu'un projet de Directive européenne sur les énergies renouvelables envisage un objectif d'incorporation de 10% d'ici à 2020.

Les surfaces agricoles européennes étant insuffisantes, l'Europe, pour satisfaire ces objectifs, devra forcément importer des agrocarburants issus de la déforestation en milieu tropical (Brésil, Indonésie, Malaisie, etc.) avec des conséquences dramatiques pour la biodiversité et l'agriculture vivrière locale, a souligné la FNE. La Fédération a indiqué qu'elle allait écrire au Président de la République pour lui demander de renoncer aux objectifs d'incorporation d'agrocarburants.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager