En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sita structure sa filière recyclage

Sita fait le point sur son pôle recyclage créé en octobre 2006 et composé de 5 filières matière comme caoutchoucs, plastics, bois/palettes, métaux et papiers/cartons, et de filières produits telles que les VHU, DEEE, navires et avions en fin de vie.

Gouvernance  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
La valorisation qui consiste à donner une seconde vie aux déchets recouvre à la fois le réemploi, la réutilisation, le recyclage ou la régénération des déchets. On distingue trois modes de valorisation : énergétique - qui permet la production d'énergie par incinération ; matière - qui permet le réemploi, la réutilisation ou le recyclage ; biologique (compostage ou méthanisation).

Aujourd'hui le recyclage est un marché en pleine structuration ou trois enjeux majeurs s'imposent : le traitement de déchets de plus en plus nombreux et complexes, l'accompagnement de la croissance par une utilisation durable des ressources et la maîtrise des coûts de la matière première et de l'énergie.

Pour relever ces défis, Sita France, plus connu pour la collecte a créé en octobre 2006 un pôle recyclage que la société a présenté le 13 mars dernier. Il nous permet de maîtriser l'ensemble du cycle des déchets à travers la collecte, le tri, le traitement, la valorisation et le recyclage, souligne Jean-Luc Le Blevec, président du pôle. En effet, le pôle structure les 5 filières matières : le caoutchouc, les plastiques, le bois et les palettes, les métaux les papiers et cartons.
Le pôle recyclage réalise aujourd'hui 315 millions d'euros de chiffre d'affaires et se déploie sur 35 sites à travers la France : 2 pour Sita Caoutchoucs, 4 pour Sita Plastique, 13 pour Sita Bois, 8 pour Sita Métaux et 8 pour Sita Papier Carton, commente Patrice Dauvin, le président directeur général de Sita France.

Pour la filière bois/palettes, 14 millions de palettes sont d'ores et déjà triées et réparées chaque année et 300.000 tonnes de bois de rebus sont recyclées pour l'industrie des panneaux de particules ou valorisés par les filières bois énergie. Le marché étant émergent, Jean-Luc Le Blevec a la ferme intention d'être sur ce marché et espère atteindre les 500.000 tonnes de bois. Pour la filière Papier Carton, 1.100.000 de tonnes de corbeilles de bureaux, de chutes d'imprimerie, de journaux-magazines et de cartons sont triées, mises en balles et vendues à des papeteries européennes ou exportées en Asie. Pour la filière caoutchouc, Sita recycle 65.000 tonnes de pneus provenant de véhicules légers, lourds, agricoles, et de caoutchoucs industriels… en granulats et poudrettes, destinés à la fabrication de sols sportifs, aires de jeux et pour des applications de travaux publics.

La société qui a aussi souhaité se positionner sur les métaux et les plastiques a acquis deux entreprises dernièrement : Sirec, pour le recyclage des métaux ferreux et non ferreux, et Sopave, pour le recyclage des plastiques agricoles. L'entreprise recycle désormais 230.000 tonnes de métaux ferreux (aciers), non ferreux (cuivre, aluminium, inox, zinc) et de câbles qui s'additionnent aux 126.000 tonnes de plastiques (ménagers, industriels et de films plastiques industriels et agricoles) qui sont recyclés en matières premières secondaires pour les plasturgistes, ou pour la fabrication de paillettes utilisées par l'industrie textile, de sacs recyclés de collecte ou de films industriels.

Sita travaille également aux filières émergentes permettant de valoriser des produits en fin de vie comme les DEEE*, les VHU**, (véhicules hors d'usage), les navires et avions pour profiter du développement de ce marché par les nouvelles réglementations.
Concernant les DEEE, malgré l'échec rencontré avec les appels d'offres qui ont accompagné la transposition en droit français de la directive Européenne, l'entreprise affirme développer des solutions techniques tout en privilégiant, dans son dispositif, l'insertion par l'économique. Pour les VHU, la société met en place une unité industrielle en Europe de déconstruction automobile, en partenariat avec l'Indra et Re-Source Industrie. Dans le cadre du projet Pamela (Sita/Airbus), Sita teste par ailleurs un projet européen de déconstruction des avions en fin de vie. Enfin, Sita a remporté avec Endel (Suez Energies Services), en partenariat avec CMN (Constructions Mécaniques de Normandie), le contrat de démantèlement et de déconstruction du navire militaire le Lucifer et espère obtenir le marché du Clemenceau. Nous sommes dans la short-list des 5 finalistes, se félicite Jean-Luc Le Blevec.



* Dossier DEEE

** Dossier VHU

Réactions1 réaction à cet article

 
Mon point de vue

Sur le papier cela est tres beau, mais en réalité il faut visiter leurs sites en exploitation par exemple celui de Lambert (environ de Narbonne)et entraigues cela vous donneras une idée personnelle.A vous de juger

l'inquiet | 30 mars 2007 à 12h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…