En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Gouvernement désigne 66 nouveaux sites industriels « clés en main »

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

« Raccourcir les délais d'implantation et attirer de nouveaux investissements ». Tel est l'objectif poursuivi par le Gouvernement à travers les sites industriels « clés en main ». Lundi 20 juillet, les ministres Jacqueline Gourault et Agnès Pannier-Runacher ont dévoilé une nouvelle liste de 66 sites qui viennent s'ajouter aux douze désignés en janvier dernier à l'occasion du sommet « Choose France ».

Ces sites se caractérisent par le fait que les procédures administratives relatives à l'urbanisme, à l'archéologie préventive et à l'environnement ont été menées en amont par un aménageur, de telle sorte qu'un industriel puisse démarrer sa production dans un laps de temps de quelques mois seulement. « Ces sites "clés en main" ont vocation à devenir les vitrines de la relocalisation d'activités et feront l'objet d'un accompagnement prioritaire de l'État, en lien avec la Banque des territoires et les collectivités territoriales », indiquent les deux ministres dans un communiqué.

Les sites clés en main
 

Ces sites, assure le Gouvernement, « concilient un haut niveau de protection environnementale (…) et des délais de réalisation raccourcis pour les investisseurs ». Une assertion qui interroge, même si l'exécutif assure veiller à « reconvertir les nombreuses friches existantes pour limiter l'artificialisation des sols » et mettre en place de nouveaux modèles de financement pour faciliter cette réhabilitation. En effet, tous les sites proposés ne sont pas situés sur des zones déjà artificialisées et l'impact de ces installations sur le milieu naturel risque, dès lors, d'être mal maîtrisé. L'exemple du site du Carnet dans l'estuaire de la Loire montre toute la difficulté à concilier les exigences de développement industriel et de préservation de la biodiversité.

Réactions2 réactions à cet article

 

Effectivement, on mesure fort bien avec l'exemple du site "clef en main" du Carnet toute la portée du "haut niveau de protection environnementale" sur vendu par des personnalités politiques et administratives qui n'ont de toute évidence aucune connaissance du sujet (et qui, de toute évidence, n'en ont cure).
Certes, quand on navigue dans les hauts sphères du pouvoir, il est d'usage de s'imaginer que la réalité se plie aux exigences des grands décideurs et des business plans. Cela explique pour beaucoup l'état avancé de dégradation généralisée de l'environnement et, parfois, quelques catastrophes (celle de Lubrizol, par exemple...).

Pégase | 10 août 2020 à 16h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si on regarde de près cette liste , on constate que certains sont situés sur des friches en pleine nature donc contredisent les affirmations des ministères comme quoi ils seraient implantés sur des zones déjà artificialisées , electrifiées etc...un vrai cauchemar environnemental en réalité.En fait tout cela ne donne plus du tout envie de vivre en France, le territoire est déjà trop dégradé.

gaïa94 | 10 août 2020 à 22h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager