En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sites pollués : le propriétaire détenteur des déchets peut se voir imposer la remise en état par le préfet

L'étau se resserre sur les propriétaires de sites pollués. Le Conseil d'Etat vient de considérer que ces derniers pouvaient, en tant que détenteurs de déchets, se voir imposer la dépollution du site par le préfet.

Déchets  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Par un arrêt en date du 23 novembre dernier, le Conseil d'Etat s'est de nouveau prononcé sur la question de la responsabilité du propriétaire d'un terrain pollué, alors que la pollution historique du site ne lui est pas imputable. La décision ne va pas ravir les propriétaires.

Le préfet compétent au titre de la police des déchets

Par sa jurisprudence "Wattelez" de 1997, le Conseil d'Etat avait considéré que le propriétaire d'un terrain ne pouvait se voir imposer par le préfet, en cette seule qualité, des mesures d'évacuation des déchets qui y étaient entreposés, au titre de la police des installations classées.

En revanche, dans une décision du 26 juillet dernier portant sur la même affaire, la Haute juridiction administrative a jugé que le maire, au titre de la police des déchets, peut imposer au propriétaire du terrain l'évacuation des déchets, en l'absence de détenteur connu, en particulier s'il a fait preuve de négligence.

Dans sa décision du 23 novembre 2011, le Conseil d'Etat va plus loin car il considère, sous certaines conditions, que le préfet est compétent pour exiger du propriétaire du terrain la dépollution du site au titre de la police des déchets.

Se fondant sur les articles L. 541-2 et L. 514-3 du Code de l'environnement, le Conseil d'Etat juge que "le détenteur des déchets de nature à porter atteinte à l'environnement a l'obligation d'en assurer l'élimination dans des conditions propres à éviter une telle atteinte". Le maire doit "prendre les mesures nécessaires pour assurer l'élimination des déchets dont l'abandon, le dépôt ou le traitement présentent des dangers pour l'environnement". En cas de carence municipale, le préfet doit prendre, sur le fondement des pouvoirs de police conférés au maire au titre de la police des déchets, "à l'égard du producteur ou du détenteur des déchets, les mesures propres à prévenir toute atteinte à la santé de l'homme et à l'environnement".

De nouvelles possibilités juridiques données à l'Administration

On peut se poser la question de savoir si le Conseil d'Etat n'instaure pas par cette décision une obligation de remise en état des sites pollués par l'exploitation d'une installation classée non plus fondée sur la police des installations classées mais sur celle des déchets.

En tout état de cause, cette décision renforce les moyens juridiques à la disposition de l'Administration pour exiger la remise en état d'un site pollué par une installation classée. De façon prioritaire, elle s'adresse à l'exploitant en titre. A défaut d'exploitant, elle va actionner le propriétaire. Si elle ne peut le faire au titre de la police des installations classées, elle peut en revanche rechercher sa responsabilité en tant que détenteur des déchets au titre de la police des déchets, une fois la carence de l'autorité municipale constatée.

De plus, selon Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l'environnement, l'obligation du détenteur ne se limite par à la question des déchets mais est étendue par cette décision à toutes les mesures requises pour la remise en état du site. "La précision est lourde de conséquences pratiques et financières puisque la remise en état d'un site ne se limite pas à l'évacuation des déchets mais, par exemple, doit comprendre le traitement des terres souillées", précise-t-il.

Une rupture d'égalité entre propriétaires de sites pollués ?

Pour Carl Enckell, avocat spécialisé en droit de l'environnement, cette décision fait application de la jurisprudence Van De Walle de la CJUE, datant de 2004, selon laquelle les sols pollués peuvent être qualifiés de déchets. Or, indique-t-il, le législateur européen a mis fin à cette jurisprudence via la directive cadre sur les déchets transposée en droit français par l'ordonnance du 17 décembre 2010. D'après cette dernière, modifiant l'article L. 541-4-1 du Code de l'environnement, "les sols non excavés, y compris les sols pollués non excavés et les bâtiments reliés au sol de manière permanente" ne sont pas soumis à la législation sur les déchets.

Il en résulterait, selon l'analyse de l'avocat, "une rupture d'égalité entre les propriétaires de sols pollués" ayant fait l'objet de prescriptions de remise en état avant la publication de l'ordonnance et les autres : "les premiers doivent payer la dépollution des sols alors même qu'ils n'y sont pour rien ; les seconds sont désormais légalement protégés par la disposition selon laquelle le propriétaire d'un sol pollué, en sa seule qualité de détenteur, n'a pas à devoir payer la dépollution sur le fondement de la législation déchets".

En tout état de cause, cette décision aura d'importantes conséquences, selon Arnaud Gossement. "Les acquéreurs de sites potentiellement ou réellement souillés par des déchets devront faire preuve d'une très grande prudence", avertit-il. "Très concrètement, la négociation des clauses de garantie de passif environnemental dans les actes de cession des terrains doit évoluer en fonction des termes de cette jurisprudence", ajoute-t-il.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bravo le conseil d'état, ça c'est une bonne nouvelle. En France, tant qu'il n'y a pas de contrainte juridique, y compris dans le domaine de l'environnement, rien ne bouge. Ici, la responsabilité des industriels est engagée et le principe du polleur payeur entre en oeuvre.

yahoobruce | 14 décembre 2011 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonne Nouvelle
Enfin le principe du pollueur-payeur est appliqué, espérons que cela ira jusqu'au bout à savoir en prenant en compte l'historique du site. Dans beaucoup de cas, la propriété a changé de main afin que le pollueur de départ soit "blanchi", espérons que l'Etat veillera a faire appliquer la loi en remontant dans le temps de façon substantielle, par exemple une prescription au-dela d'un minimum de 50ans?

arthur duchemin | 14 décembre 2011 à 12h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand trouveront-ils des moyens juridiques pour trancher entre déchet et friche industrielle, site classé ... pour des sites anciennement destinés à des installations pyrotechniques. France Domaine cède actuellement à Toulon un site qui rentre dans ce classement.
C'est une parcelle qui depuis bientôt 70 ans cache une friche de poudrière explosée lors de combats de libération de la ville. Un certificat de dépollution ferait état d'une limitation d'excavation au-delà de cinquante centimètres de profondeur. Des livres d'histoire attribuent à ce site une fonction officieuse de nécropole eu égard un nombre supposé de victimes encore enfouies dans ces décombres. (Les victimes étant allemandes, ce site devrait même être une nécropole attribuée à ce pays.)
il y a certes, pour les chantiers de dépollution pyrotechnique, la prise en compte des critères de gravité et de probabilité (application d'un nouvel arrêté fixant les règles à observer pour la détermination des distances d'isolement à maintenir ... JO du 23/10/11) mais rien sur le potentiel de nuisance qu'occasionne la proximité d'un tel site.
Le sujet est bien sûr sensible. La presse en parle épisodiquement. Aucun démenti aux affirmations des riverains ou associations n'est diffusé. Il faut dire que les contraintes d'urbanismes devaient être moins fortes dans les années 80 puisqu'un complexe résidentiel, à vocation partiellement sociale, et une école primaire jouxtent et surplombent cette parcelle délaissée.
Que faire ?

Un voisin | 15 décembre 2011 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et que faire quand un professionnel de la récupération de gravats de démolition se permet de les étaler sur une parcelle de forêt déboisée? Que faire quand ce monsieur est connu comme pollueur récidiviste, quand la mairie a été interpellée sur le sujet, qu'une plainte a été déposée , transmise au préfet et à la DREAL, et que la seule sanction appliquée est une recommandation de mise en conformité? Polluez d'abord, demandez l'autorisation ensuite ! Les lois c'est bien , encore faut-il des moyens pour les faire appliquer, or tout le monde est débordé, et les agents de la DREAL vraiment trop peu nombreux pour veiller au grain.Les exemples ne manquent pas, hélas, de pollueurs patentés à qui personne ne demandera jamais rien, car au final ils 'rendent services' aux pouvoirs publics. Par contre celui qui aurait l'imprudence d'acheter un tel site, lui, sera soumis à la loi, mais qui serait assez fou pour se mettre dans une telle galère? .

ya basta | 18 décembre 2011 à 20h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…