Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pressing des sénateurs pour une grande loi sur les sols

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Les membres de la commission d'enquête sénatoriale sur les sols pollués, qui a remis son rapport en septembre dernier, sont frustrés. Les différentes occasions offertes par le projet de loi de finances pour 2021, la réforme du code minier et le projet de loi Climat et résilience n'ont pas permis pour l'heure d'intégrer dans la loi les propositions qu'ils y avaient formulées.

« La pollution des sols reste la grande oubliée des réformes en cours », déplore Gisèle Jourda, rapportrice de la commission d'enquête. La sénatrice socialiste de l'Aude a donc décidé de traduire ces propositions dans une proposition de loi cosignée par environ 140 sénateurs de sensibilités politiques diverses. Ce texte, composée de 23 articles, affiche trois ambitions : consacrer un droit à la protection des sols, mieux prévenir et gérer les pollutions des sols et les risques associés, mettre en œuvre une meilleure réparation des dommages environnementaux. « Contrairement à l'eau et à l'air, il n'y a pas de grande loi sur la pollution des terres », déplore Laurent Lafon, président centriste de la commission d'enquête et cosignataire de la proposition de loi.

Les sénateurs savent toutefois que les chances de voir aboutir cette grande loi sur les sols est mince à court terme. La proposition de loi n'est pour l'heure pas inscrite à l'ordre du jour. Ses signataires veulent donc peser sur la discussion du projet de loi Climat et résilience dont l'examen débute le 15 juin en séance publique. A cet effet, ils vont décliner les différentes dispositions de leur texte en amendements au projet de loi. S'ils ne sont pas repris, ils comptent examiner la proposition de loi lors d'une niche attribuée au groupe socialiste. Parallèlement, ils déposent une proposition de résolution européenne. « Il faut aussi gagner l'échelon européen, explique Gisèle Jourda, car la directive sur la pollution des sols est un serpent de mer ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Cet "oubli" est parfaitement en phase avec la loi Climat-Résilience, qui ne réduit qu'à la marge l'étalement urbain : pour réutiliser des friches industrielles, il faut d'abord des dépolluer, CQFD...

dmg | 27 mai 2021 à 10h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A l'heure où, pour réduire la consommation de terres agricoles aux fins d'urbanisation, l'on prône de "reconstruire la ville sur elle-même", la reconversion de friches industrielles devient un enjeu majeur pour le développement urbain. Et bien évidemment, dans ce contexte, la problématique liée aux sols pollués ne peut que s'intensifier. Il est donc cohérent d'avoir une réflexion globale sur le sujet, plutôt que de continuer à s'abriter derrière des pratiques montrant rapidement leurs limites. Les industriels - quand ils ne sont pas déjà partis avec leur magot aux Bahamas - étant rarement enclins à dépolluer les terrains souillés par leurs activités. Le Sénat fait donc ici montre d'une opiniâtreté qui - pour une fois - l'honore.

Tonton Albert | 27 mai 2021 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Etudes de Sites et Sols Pollués HPC Envirotec