Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Barrage de Sivens : cinq scénarios soumis à Ségolène Royal dans le cadre de la concertation

Aménagement  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Cinq scénarios sont actuellement privilégiés par la mission pour le Tescou chargée, début septembre par Ségolène Royal, d'évaluer la qualité du projet controversé du barrage de Sivens dans le Tarn. C'est ce qui ressort d'un rapport consulté par La Dépêche du Midi.

Le document, titré "Conclusions de la mission pour le projet Tescou", n'est pas encore définitif, mais il a servi de base aux dernières consultations des parties prenantes à la concertation en cours qui se sont tenues le 19 décembre. A l'issue de ces échanges, Ségolène Royal a annoncé la tenue d'une dernière réunion avant le 10 janvier pour une publication du rapport autour du 20 janvier. Il reviendra alors au département du Tarn de trancher entre les différents scénarios.

Barrage, pompage dans le Tarn ou nouvelles retenues

Le premier scénario consiste à maintenir le projet tel quel, tout en reprenant les études d'impact, les procédures et le plan de financement pour répondre aux diverses critiques, notamment celles de l'Union européenne. La deuxième option étudiée est un redimensionnement du projet autour de 750.000 m3, contre le double dans le projet actuel. Dans cette hypothèse, le barrage pourrait soit être maintenu sur le même site, soit déplacé de 330 mètres en amont.

Le scénario 3 prévoit l'abandon du projet de barrage et la mise en place d'un pompage dans le Tarn en amont pour créer un débit de substitution.

Les deux derniers scénarios proposent de substituer au barrage plusieurs retenues. Le premier des deux envisage la construction de quatre retenues latérales, dont une sur le site retenu pour le projet initial, alimentées par pompage et mises en réseau. Le volume total de ces retenus serait de 750.000 m3, la mission ayant identifié un potentiel total d'un million de m3. Le dernier scénario repose sur des retenues collinaires. Il s'agirait alors de mieux utiliser les retenues existantes et d'en créer de nouvelles. L'objectif serait d'assurer un stockage supplémentaire de 650.000 m3.

Réactions2 réactions à cet article

 

Un exemple de concertation bâclée. IL aura fallu des semaines de manifestations et un mort arriver à ce qu'un travail décent soit fait.

marco13 | 27 décembre 2014 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien d'accord avec marco 13, sauf que les négociations ne sont pas près d'aboutir sur un compromis. La FNSEA a, en effet, déclaré que seul le projet initial permet de subvenir aux besoins bien que le rapport d'expert ait clairement mis en évidence que le volume de la retenue initiale est sur évalué de 50%.
Les véritables dhjadistes (dans son sens 1er : guerre menée au nom d'un idéal) ne sont pas les associations d'opposants au barrage, mais bel et bien la FNSEA ; si tant est que l'agriculture prônée par la FNSEA puisse être considérée comme un idéal.

robin81 | 29 décembre 2014 à 17h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France