En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Six associations déposent un recours contre l'autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède

Energie  |    |  Fanny Rousset Actu-Environnement.com
Six associations déposent un recours contre l'autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède

Les Amis de la Terre, Greenpeace France, France Nature Environnement (FNE), FNE Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), FNE 13 et la Ligue de protection des oiseaux PACA ont déposé ce 5 juillet un recours au tribunal administratif de Marseille contre l'autorisation préfectorale de la raffinerie de Total à La Mède. Elles demandent la réouverture des discussions "pour une reconversion juste et durable de cette raffinerie".

Cette autorisation, aussi contestée par les politiques et les agriculteurs, permettra à Total d'importer jusqu'à 450.000 tonnes d'huile de palme par an pour produire des biocarburants, entrainant ainsi selon les associations la destruction de dizaines de milliers d'hectares tropicales et "des conséquences dramatiques sur le climat et la biodiversité".

Les associations dénoncent l'étude d'impact de Total qui "ne mentionne ni un plan d'approvisionnement détaillé, ni les effets désastreux de l'huile de palme", selon un communiqué. Elles mettent aussi en avant "les manquements de l'Etat dans ce dossier et les risques de conflit d'intérêt" avançant que "contrairement à la loi, l'évaluation environnementale n'a pas été conduite de manière indépendante puisque c'est le préfet de département et de région qui a autorisé le projet et a rendu l'avis environnemental". Enfin, les ONG accusent Total d'avoir "échoué à démontrer que des projets alternatifs et moins nuisibles pour la planète avaient été envisagés".

Ainsi, les associations concluent que "l'huile de palme est la pire voie de reconversion pour le site de La Mède" et qu' "au regard des récentes décisions prises à l'échelle européenne, l'huile de palme dans les agrocarburants est condamnée à disparaître d'ici quelques années".

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour,
Vous indiquez 450.000 tonnes dans cet article et 300.000 dans l'article en lien. D'où vient la différence ?

bIBU | 06 juillet 2018 à 13h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Total s'est engagé à limiter ses importations à 300.000 tonnes par an mais a été autorisé par la préfecture à importer 450.000 tonnes par an.

La rédaction | 06 juillet 2018 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager