Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'observation des invertébrés laisse craindre la sixième extinction de masse des espèces

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

La sixième extinction de masse des espèces n'est pas de la science-fiction si on observe les invertébrés, alertent trois chercheurs à travers une étude publiée le 10 janvier 2022 dans la revue Biological Reviews.

Trois pour cent seulement de la diversité en espèces connues sont constitués de vertébrés. Les analyses fondées majoritairement sur les populations d'oiseaux et de mammifères, que reflètent les listes rouges de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), introduisent par conséquent un biais important. En s'appuyant sur l'analyse de la situation des mollusques terrestres, les chercheurs montrent qu'entre 7,5 et 13 % des espèces animales et végétales auraient disparu dans le monde depuis l'an 1500, là où la Liste rouge n'avançait qu'un chiffre de 0,4 %. Ce qui signifie qu'entre 150 000 et 260 000 espèces seraient définitivement éteintes. L'étude montre toutefois que les situations ne sont pas homogènes : le phénomène d'extinction touche moins les océans que les milieux terrestres, et sans doute moins les plantes que les animaux. En revanche, les espèces insulaires sont plus touchées que les espèces continentales.

Il y a eu cinq extinctions de masse dans l'histoire terrestre, toutes causées par des phénomènes naturels. La sixième extinction au début de laquelle nous serions en train d'assister est causée par l'homme, pointent les chercheurs. « Les humains sont la seule espèce capable de manipuler la Terre à grande échelle, et ils ont permis à la crise actuelle de se produire », expliquent les trois scientifiques. Et de prévenir : « Nier la crise, l'accepter simplement et ne rien faire, ou même l'accepter pour le bénéfice apparent de l'humanité, ne sont pas des options appropriées et ouvrent la voie pour que la Terre continue sa triste trajectoire vers une sixième extinction de masse ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France