En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Ademe sélectionne quatre nouveaux projets de systèmes électriques intelligents

L'Ademe a sélectionné quatre nouveaux projets de systèmes électriques intelligents : Smart Occitania et Pride pour mieux comprendre le réseau et les projets Next et PicoWatty pour simuler le comportement du réseau et informer les usagers.

Energie  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

Dans le cadre du programme des Investissements d'avenir, l'Ademe a sélectionné un nouveau lot de projets dédiés aux systèmes électriques intelligents. Depuis 2009, l'agence soutient des expérimentations en matière de réseaux électriques afin de développer des technologies capables de moderniser ces infrastructures. Les réseaux électriques intelligents seront nécessaires pour une meilleure intégration des énergies renouvelables et une maîtrise accrue de la consommation énergétique. Plusieurs autres projets sont actuellement en instruction dont les résultats sont attendus pour la fin avril 2017.

Les projets Smart Occitania et Pride pour mieux comprendre le réseau

"Les projets Smart Occitania et Pride s'inscrivent dans la dynamique de l'appel à projets de la Nouvelle France Industrielle à travers notamment une meilleure observabilité du réseau", explique l'Ademe. Le projet Smart Occitania est coordonné par le gestionnaire de réseau Enedis qui cherche à décliner en milieu rural les avancées obtenues dans son projet Sogrid à Toulouse (Haute-Garonne). Sogrid a permis de démontrer qu'il était possible d'envoyer un signal télécom de qualité sur une longue distance afin de mieux voir ce qu'il se passe sur le réseau basse tension. Une réussite technologique qui laisse entrevoir la mise au point de nouvelles fonctionnalités. Enedis veut désormais l'appliquer en région rurale. "En milieu urbain, où les ramifications sont nombreuses, il existe des moyens de prendre le relais en cas de panne, ce qui n'est pas le cas dans le rural. Le réseau rural, comme 60% du réseau français, est par ailleurs aérien", expliquait à Actu-Environnement Damien Dufresne, chargé de projet Smartgrids chez Enedis.

Coordonné par le pôle de compétitivité Images & Réseaux, le projet Pride a pour objectif de créer une plateforme de collecte, de traitement et de visualisation des données énergétiques d'origines très diverses sur les régions Bretagne et Pays de la Loire. Il s'intègre dans le projet Smile, lauréat en mars 2016 de l'appel à projet de la Nouvelle France Industrielle. Cette plateforme permettra d'analyser les résultats des politiques énergétiques territoriales à différentes échelles et de démontrer l'intérêt des solutions et projets smart grids, notamment en terme de maîtrise de la demande en énergie.

Les projets Next et PicoWatty pour simuler et informer

Les quatre nouveaux projets sélectionnés complète les 21 déjà soutenus par l'Agence. "Les projets Next et PicoWatty couvrent des champs encore peu explorés dans les précédents projets lauréats, en particulier concernant les logiciels d'optimisation des actifs à destination des gestionnaires de réseaux de distribution et des collectivités, et les offres multi-fluides et multi-services à destination des particuliers, des entreprises et des collectivités", explique l'Ademe.

Lancé en Ile-de-France pour quatre ans avec un budget de 7,1 millions d'euros, le projet Next est coordonné par la société Artelys. Il a pour objectif la conception et le développement d'un logiciel pour simuler et optimiser le dimensionnement des réseaux électriques de distribution. Ce logiciel permettra de réaliser des études pour décider des investissements nécessaires à court terme et à échelle fine, de scénariser les évolutions possibles à moyen et long terme à une échelle territoriale, ou encore de réaliser une étude d'impact du déploiement de politiques publiques sur les réseaux de distribution à une échelle territoriale ou multi-nationale. "Le projet Next permettra de réintégrer la dynamique temporelle dans l'optimisation des réseaux électriques de distribution, en levant deux verrous majeurs : la qualification précise des aléas et les volumétries de calcul induites", explique l'Ademe.

En Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), le projet PicoWatty vise quant à lui à développer une infrastructure d'internet des objets reliée à un réseau longue portée dédié permettant d'apporter différents services en matière de santé et d'énergie. Avec un budget de 4 M€, la société coordonnatrice EcoCO2 va devoir développer sept familles de capteurs, trois passerelles de communication et une infrastructure télécom. "Il s'agit à la fois d'apporter des solutions aux obligations réglementaires à venir (affichage déporté pour les ménages précaires, surveillance de la qualité de l'air intérieur dans les établissements d'enseignements…), mais également de proposer des solutions simples à d'autres acteurs économiques afin de mieux suivre leurs consommations d'énergie (collectivités, entreprises, copropriétés)", explique EcoCO2. Ces produits et services feront l'objet de cinq expérimentations terrain.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…