Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Smart grids : la CRE suggère d'offrir plus de latitude aux consommateurs

Comme tous les deux ans, la Commission de régulation de l'énergie a dressé les enseignements des démonstrateurs de solutions « smart grids ». Pour faciliter leur développement, elle souligne la nécessité de donner la priorité aux consommateurs.

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Smart grids : la CRE suggère d'offrir plus de latitude aux consommateurs

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) recense 36 démonstrateurs de réseaux intelligents, ou « smart grids », achevés ou en cours de réalisation. Elle fait état d'un premier retour d'expérience dans le cadre de son deuxième rapport biennal en la matière, publié le 19 mai dernier. Deux ans auparavant, la CRE n'avait identifié qu'une quinzaine de démonstrateurs en phase de déploiement. Elle souligne ainsi la nécessité de poursuivre sur cette lancée, « mais également d'industrialiser rapidement [les solutions] qui se sont [déjà] montrées pertinentes, notamment dans le contexte actuel de tension accrue du système électrique national ». Elle remarque néanmoins que cette multiplication a entraîné une certaine redondance et suggère d'améliorer la « coordination entre les opérateurs et les institutions publiques » pour mutualiser les projets.

Parmi les expérimentations recensées, dix-huit se sont « achevées récemment » et quatorze demeurent en cours. Ces projets sont portés par EDF SEI, branche opérant dans les zones non interconnectées (ZNI), Enedis, GRDF, GRTgaz, RTE ou encore le gestionnaire électrique viennois, SRD Énergies. Ils couvrent aussi bien la modélisation intelligente des réseaux que l'optimisation de la mobilité électrique, notamment dans l'utilisation des recharges comme outil de flexibilité, et la décentralisation des réseaux et des productions de gaz. L'ensemble des dispositifs recensés représente un investissement de plus de 600 millions d'euros sur les dix dernières années, avec des budgets individuels chiffrés entre 29 000 euros et 40 millions d'euros.

Le consommateur avant tout

De cette diversité de premiers essais, la CRE retient principalement un enseignement : la nécessité de mettre davantage l'accent sur la transparence, le partage et le bénéfice délivrés aux utilisateurs de ces innovations, les consommateurs. « La transparence et le partage des enseignements sont dus aux consommateurs et citoyens finançant ces expérimentations, souligne la commission dans son rapport. La recherche de flexibilité, d'optimisation des consommations énergétiques et de maîtrise de ces dernières devient en effet un enjeu majeur pour la protection du consommateur. La CRE demande donc aux gestionnaires de réseau de réaliser un suivi rigoureux des coûts et bénéfices de ces démonstrateurs, et de communiquer publiquement sur leurs résultats. »

 
La CRE demande aux gestionnaires de réseau de réaliser un suivi rigoureux des coûts et bénéfices de ces démonstrateurs, et de communiquer publiquement sur leurs résultats  
CRE
 
Par conséquent, la CRE suggère, d'une part, de récompenser à un juste niveau les clients volontairement concernés par ce type d'expérimentations (notamment en ce qui concerne l'utilisation des recharges de véhicules électriques) par des offres d'engagement. Elle constate que « les coûts de livraison et de renvoi des émetteurs radio locaux (ERL) proposés par des fournisseurs [de solutions « smart grids »] constituent un frein au développement de ce modèle économique ». Les ERL représentent le dispositif de base d'un réseau « smart grid » et assurent le suivi en quasi-temps réel de la consommation électrique des utilisateurs. Ils se connectent à la sortie « télé-information client » (TIC) des compteurs, notamment Linky. Pour éviter aux clients de désinstaller et réinstaller, lors d'un changement de fournisseur, des ERL spécifiques à chacun d'entre eux, la CRE encourage la définition de standards d'interopérabilité pour le partage des données des consommateurs avec « les tiers de leur choix, sans avoir à restituer et réinstaller leurs émetteurs locaux ».

Cela étant, s'agissant du partage des données, la commission recommande, d'autre part, que le « gestionnaire de réseau puisse, par défaut, comme dans d'autres pays européens, collecter et stocker les courbes de charges des compteurs, tout en laissant la possibilité aux clients de s'y opposer ».

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Borne de recharge : faire le bon choix après les nouvelles obligations RossiniEnergy