Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Sobriété : condition impérative pour atteindre la neutralité carbone en Europe ?

Pour viser la neutralité carbone tout en respectant l'Accord de Paris, l'Europe doit accentuer ses efforts de sobriété. C'est ce qu'avancent l'association Négawatt et une vingtaine d'autres laboratoires d'idées avec une nouvelle modélisation prospective.

Gouvernance  |    |  F. Gouty
Sobriété : condition impérative pour atteindre la neutralité carbone en Europe ?

Les objectifs fixés par l'Union européenne seront-ils suffisants pour atteindre la neutralité carbone ? Selon une cohorte de vingt-cinq associations et groupes de réflexion européens, la réponse est non. Ce lundi 5 juin, ces laboratoires d'idées, menés par l'association française Négawatt, ont publié les résultats de leur modélisation (1) pour une « vision sobre et collaborative pour l'Europe » (ou « Clever »). Celle-ci s'appuie sur un triptyque composé de sobriété, d'efficacité et d'énergies renouvelables décliné depuis les besoins des consommateurs jusqu'à l'approvisionnement ou la production nécessaire à leur satisfaction.

Respecter l'Accord de Paris

D'après l'analyse de Négawatt et consorts, si la feuille de route déroulée par le paquet Fit-for-55, puis renforcée par le plan RePowerEU, reste particulièrement ambitieuse, elle s'avère encore insuffisante pour garantir la neutralité carbone du continent en 2050. Les experts se sont appuyés pour cela sur les calculs attachés au scénario « C1a » du dernier rapport du Groupement international d'experts sur le climat (Giec), qui vise un réchauffement climatique limité à + 1,5 °C en 2100 en atteignant la neutralité carbone en 2050. Les projections du réseau Clever estime que, pour y parvenir, l'Europe ne doit pas dépasser un budget maximum d'émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28 gigatonnes d'équivalent CO2 (GtCO2e) sur toute la période entre 2020 et 2050.

“ L'Europe va devoir faire le double d'efforts en deux fois moins de temps ” Stéphane Bourgeois, Négawatt
Traduit en objectifs, cela équivaut à réduire les émissions européennes d'au moins 64 % en 2030, de 80 % en 2035 et de 92 % en 2040. La Commission européenne, quant à elle, mise sur une réduction fixée entre 55 % (paquet Fit-for-55) et 59 % (plan RePowerEU) pour 2030. « Entre 1980 et 2022, l'Europe a déjà réduit ses émissions annuelles d'environ 1 à 1,5 GtCO2e, mais elle va devoir faire le double d'efforts en deux fois moins de temps, souligne Stéphane Bourgeois, chargé des politiques européennes chez Négawatt. Elle n'y arrivera pas sans privilégier les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et surtout la sobriété, grande absente des politiques européennes. Celle-ci nécessite de fixer des objectifs en fonction de la demande et non de la production, comme ce que souhaite la Commission européenne avec l'hydrogène décarboné dont les applications sont pourtant rares. »

Sobriété énergétique en amont

Cette nécessité d'un élan de sobriété passe justement en premier lieu par la consommation d'énergie finale, encore très dépendante des énergies fossiles. Pour viser la neutralité, l'Europe doit baisser sa consommation globale de 11 000 térawattheures (TWh) en 2019 à 5 000 TWh en 2050, autrement dit de 55 % selon le rapport Clever. Cette réduction ne doit pas s'appliquer identiquement à chaque pays, mais doit s'adapter au mode de vie : en France, par exemple, cette baisse approcherait les 64 %, tandis qu'en Roumanie, une réduction de 35 % suffirait.

Il en va de même pour la production d'énergie primaire, chiffrée à 16 000 TWh en 2020. Afin que l'Europe vise la neutralité carbone en cohérence avec l'Accord de Paris, le rapport Clever ne voit d'autre option que de miser sur un mix énergétique comptant 100 % d'énergies renouvelables en 2050. Ce mix ne se composerait ni de nouveaux réacteurs nucléaires ni d'autant d'hydrogène qu'en demande le plan RePowerEU (666 TWh en 2030 au lieu des 140 TWh du rapport Clever). L'atout invoqué est celui d'une « européanisation » du réseau électrique européen, misant sur les interconnexions. « L'exportation du surplus de production de certains pays vers d'autres rend la vision d'une Europe 100 % renouvelable possible dès 2040 – et d'une manière équitable », avancent les auteurs du rapport.

Une vision à mettre en œuvre sans tarder

Cependant, pour faire de cette vision une réalité, l'Union européenne doit encore débloquer de nombreux dossiers. Des négociations concernant les révisions des directives relatives aux énergies renouvelables (RED) et à la performance énergétique des bâtiments (EPBD), la proposition de règlement sur l'écoconception des produits (ESPR) et la mise en œuvre du plan industriel du Pacte vert sont toujours en cours et retardent ainsi la transposition de cette ambition à l'échelle des États membres. D'autant que les prochaines élections européennes, prévues en juin 2024, apparaissent doucement à l'horizon. La même année, qu'elle soit encore menée ou non par Ursula von der Leyen, la Commission européenne aura également à établir un nouvel objectif climatique pour 2040.

1. Télécharger le rapport CLEVER
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-41924-rapport-clever.pdf

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Panorama : votre plateforme de supervision industrielle globale CODRA
Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats