Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Solaire bifacial : « Les parcs photovoltaïques linéaires ont une emprise au sol très faible »

Alors que les développeurs de centrales solaires au sol cherchent toujours plus de foncier pour établir leurs installations, un nouveau concept prend forme en Isère : le photovoltaïque linéaire. Détails avec Frédéric Storck, de la CNR.

Interview vidéo  |  Energie  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

C'est sur la digue de Sablons, dans l'Isère, que la Compagnie nationale du Rhône (CNR), producteur d'électricité 100 % renouvelable, lance un premier démonstrateur. Il s'agit de panneaux photovoltaïques installés à la verticale, sur un linéaire de 350 mètres sur les berges du Rhône. Les panneaux sont bifaciaux, c'est-à-dire qu'ils produisent sur leurs deux faces.

Les digues du Rhône présentent un linéaire de 400 km, soit un potentiel de développement important pour ce type d'installation. Reste plusieurs aspects techniques à régler, comme la perte de rendement liée au transport de l'énergie. En effet, plus les câbles qui transportent les électrons sont longs, plus la perte est importante. « On doit donc trouver des façons innovantes d'évacuer l'énergie. On travaille avec le CEA-Ines et Supergrid Institute sur ces questions. Une des solutions serait de passer en courant continu, ce qui réduit nettement les pertes, à section et puissance égale de câble. Nous travaillons aussi sur l'augmentation de la tension des panneaux. Travailler à plus haute tension permet de limiter les pertes. Et à un système d'évacuation de l'énergie afin de limiter ces pertes au minimum », explique Frédéric Storck, directeur de la transition énergétique de CNR.

La Compagnie nationale du Rhône entend développer deux autres démonstrateurs. Des ombrières, le long de la ViaRhôna, sur un linéaire de 1,5 km, en 2023, et un autre projet, de grand linéaire sur 10 à 20 km, en 2025. Découvrez les détails du premier projet, en Isère, avec l'interview de Frédéric Storck, directeur de la transition énergétique de CNR.

Réactions3 réactions à cet article

 

Effectivement cela prend le soleil des 2 côtés, juste qu'il faut 2 panneaux au lieu d'un pour optimiser. Mais la prise au vent est plus grande, par contre la grêle sera moins dangereuse.
Je rêve d'installer cela chez moi, j'ai vu que c'était taxé, et aucune idée du prix. Il faut juste que je récupère les batteries pas trop usées chez mon garagiste en m'arrangeant avec lui, pour qu'il change celles des clients sous prétexte qu'elles sont fatiguées...

28plouki | 12 janvier 2022 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, il y a une coquille au début de la vidéo: bicafial au lieu de bifacial

Rouxbarbe | 13 janvier 2022 à 13h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet, merci, je vais modifier

Baptiste Clarke Baptiste Clarke
13 janvier 2022 à 14h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-solaire : réussir la phase conception-construction de votre projet RES