Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Photovoltaïque : une nouvelle alliance relance l'ambition industrielle européenne

Fabriquer l'équivalent de 30 gigawatts de panneaux solaires en 2030 : c'est l'objectif que se fixe l'Alliance européenne pour l'industrie solaire photovoltaïque, avec l'ambition de s'arroger une place compétitive sur un marché que monopolise la Chine.

Energie  |    |  F. Gouty
Photovoltaïque : une nouvelle alliance relance l'ambition industrielle européenne

« L'industrie solaire est de retour en Europe », a clamé Diego Pavia, le P-DG de l'Institut européen d'innovation et de technologie de l'Union européenne (EIT InnoEnergy), ce vendredi 9 décembre. Ce propos a conclu la conférence de lancement de la nouvelle Alliance européenne pour l'industrie solaire photovoltaïque (Esia) tenue, à Bruxelles, dans le cadre de la Stratégie européenne pour l'énergie solaire, inscrite dans le plan RePowerEU.

L'équivalent de 30 gigawatts de capacité de production

L'Esia est portée par la Commission européenne et une quarantaine d'entreprises européennes (dont le groupe français Engie ou encore l'entreprise suisse Meyer Burger) impliquées dans toute la chaîne de valeur de la filière photovoltaïque. À l'instar d'autres alliances européennes, comme celles pour l'hydrogène vert ou les batteries électriques, son ambition est de développer des projets d'innovation et de faciliter des investissements dans la construction d'une industrie compétitive de bout en bout – en l'occurrence, de la conception de silicium polycristallin à la fabrication de modules photovoltaïques. Plus concrètement, l'Esia a pour objectif d'accompagner l'installation de l'équivalent d'au moins 30 gigawatts (GW) de capacité industrielle en Europe d'ici à 2025. De quoi fournir, selon l'exécutif européen, 600 milliards d'euros chaque année au PIB du continent et créer 400 000 emplois.

À titre de comparaison, seules quelques usines de production de panneaux solaires existent en Europe. En 2021, Meyer Burger a ouvert, en Allemagne, une unité de production de cellules photovoltaïques (avec une capacité annuelle de 400 mégawatts, MW), à Thalheim, et une fabrique de modules « high-tech » (d'une capacité annuelle de 400 MW et bientôt de 1 GW), à Freiberg. En 2022, l'Union européenne a alloué 600 millions d'euros (dont 118 millions via le Fonds Innovation) à l'entreprise italienne Enel Green Power pour agrandir son usine de fabrication de panneaux solaires à Catane, en Sicile, d'une capacité de 200 MW à 3 GW par an dès 2024. Dans le même temps, la start-up française Carbon envisage de monter la première méga-usine française de modules photovoltaïques (d'une capacité prévue à 5 GW) d'ici à 2025.

Rivaliser avec la Chine et les États-Unis

Quelles capacités solaires en Europe ?

L'un des principaux objectifs du plan RePowerEU vise à porter à 45 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen en 2030. Cela représente l'installation d'une capacité, toutes énergies renouvelables confondues, de 1,23 térawatt (TW), soit un doublement en moins de dix ans. Pour la filière photovoltaïque, et donc pour l'Esia, le but est d'atteindre une puissance installée de 320 GW en 2025, puis 600 GW d'ici à 2030, pour environ 200 GW à la fin de l'année 2022 (dont 15,8 GW en France). Il est à noter que cette année, l'Europe a raccordé 39 GW supplémentaires, battant le record des 27 GW installés en un an en 2021. Sur le plan mondial, un peu plus de 1 TW d'énergie solaire photovoltaïque est en activité, parmi 3 TW toutes énergies renouvelables confondues.
Pour arriver au but que se fixe l'Esia, il faut enclencher toutes les démarches nécessaires « dans les six prochains mois », a insisté le P-DG d'Enel Green Power, Salvatore Bernabei. Cela doit passer, estime-t-il, par un engagement par la Banque européenne d'investissement (BEI) d'injecter au moins 80 milliards d'euros par an pendant dix ans, par le biais de sa nouvelle plateforme européenne de développement des technologies vertes (ou Clean Tech Europe), ouverte le 30 novembre. Ce soutien serait largement au-dessus des 5 milliards d'euros d'aides fournies à la filière par la BEI ces cinq dernières années et des quelque 12 milliards dépensés en panneaux solaires importés chaque année.

D'après les acteurs privés, répondre rapidement à cette demande est indispensable si l'Europe, en pleine construction de son propre écosystème industriel, ne veut pas perdre du terrain face aux États-Unis. En effet, la loi anti-inflation (ou « Inflation Reduction Act ») récemment signée par le président Joe Biden comprend de fortes incitations fiscales pour favoriser le développement de sa propre force de frappe solaire : notamment une déduction de 30 % sur des investissements dans le domaine pour les dix prochaines années. Pour rappel, le pays de l'Oncle Sam vise l'installation de 30 nouveaux gigawatts par an d'ici à 2025, sur la base de 121 GW à l'heure actuelle.

L'amélioration du cadre réglementaire, notamment sur le plan économique et commercial, semble également inévitable. Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, a annoncé la publication dans cette optique de « nouveaux critères économiques pour favoriser la filière européenne du photovoltaïque » avant juin 2023. Parmi les points déjà proposés par les industriels : restreindre l'importation de panneaux solaires selon des critères de durabilité et de respect des droits humains. Une manière pour les entreprises européennes de combattre l'hégémonie chinoise : à l'heure actuelle, plus de 80 % du marché et de la chaîne de valeur sont détenus par la Chine.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Passerelles de communication ECU pour micro-onduleurs APsystems APsystems
Votre conseil en Droit des Énergies Renouvelables Green Law Avocat