Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La filière solaire française à l'asphyxie ?

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

''Aux conditions actuelles, le volume de nouveaux projets en 2012 et 2013 sera largement en deçà de l'objectif de 500 MW par an fixé par le gouvernement, analyse la branche solaire du Syndicat des énergies renouvelabels (Ser Soler), au lendemain de la publication de l'appel d'offres pour les très grandes installations solaires. La filière a probablement déjà perdu depuis mars 2011 près de 10.000 emplois. De nombreuses sociétés, fragilisées par les nouveaux dispositifs, ont déjà déposé leur bilan''.

L'appel d'offres publié jeudi était en effet la dernière pierre du nouveau dispositif de soutien public au solaire, lancé à l'issue du moratoire, en mars 2011, et qui ne permettra pas ''le développement de l'énergie solaire en France'', selon les professionnels. D'abord, rappelle le Ser Soler, les baisses trimestrielles des tarifs d'achat pour les installations de moins de 100 kWc pourraient ''conduire à l'arrêt de l'activité là où était seulement visé un contrôle des volumes''. Ensuite, l'appel d'offre ''simplifié'' pour les installations de 100 à 250 kWc , publié en août dernier, affiche une complexité et des délais d'instruction qui ''ne permettront pas une activité significative avant 2013''. Enfin, ce dernier appel d'offres pour les très grandes installations (supérieures à 250 kWc) ajoute ''une complexité remarquable et un délai de traitement supérieur puisque les réponses ne pourraient être connues qu'à partir de juin ou juillet 2012 et, dans tous les cas, après la formation d'un nouveau gouvernement''.

Réactions1 réaction à cet article

 

Notre système franco-français exige pour avoir un prix d'achat raisonnable de vouloir faire à tout prix de l'intégré, ineptie qui coute chère et surtout qui détruit l’étanchéité des toits en bon état, il faut remettre au gout du jour le surimposé, efficace et moins cher, c'est ce que fait l’Allemagne, il n'y a qu'un seul tarif d'achat qu'on soit en intégré ou en surimposé (95% des installations), c'est plus intelligent, en France on a des idées mais quand elles émanent des politiques ce sont les pires !

Pierre | 20 septembre 2011 à 10h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-photovoltaïque : assurer une phase d'exploitation rentable RES