Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Solaire : avec la start-up Carbon, des acteurs s'allient pour lancer un projet de gigafactory

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Une nouvelle société projette de construire la première méga-usine (ou « gigafactory ») de panneaux solaires en France. Cette « start-up industrielle », intitulée Carbon, « est portée par un actionnariat indépendant et une équipe experte mêlant industriels et professionnels de l'énergie solaire photovoltaïque ». Elle a été fondée en février dernier par Pascal Richard et par Pierre-Emmanuel Martin. Le premier est co-fondateur de SMA France, société spécialisée dans la vente d'onduleurs, et le second est président de Terre & Lac, exploitant de centrales solaires, et de My Energy Manager, positionnée sur le conseil en création de communautés énergétiques.

Carbon ambitionne plus précisément d'inaugurer une première gigafactory (dont l'implantation géographique reste encore à déterminer) capable de fabriquer l'équivalent de 5 gigawatts (GW) de modules photovoltaïques en 2025. À terme, un tel site pourrait produire jusqu'à 15 GW dès 2030 et entraîner la création de 2 000 emplois directs et 4 000 indirects, selon Carbon. L'entreprise vise pour cela un milliard d'euros d'investissement et envisage, dans un premier temps, une première levée de fonds d'ici la fin de l'année 2022. Elle compte également répondre à l'un des nouveaux appels à projets lancés dans le cadre de la stratégie d'accélération « Technologies avancées pour les systèmes énergétiques » et du plan France 2030.

« À partir de silicium européen bas carbone, la start-up souhaite produire lingots, wafers, cellules et modules de grande qualité, faiblement carbonés, à un prix compétitif pour toute la filière », énonce Carbon dans un communiqué. Son projet de gigafactory s'appuiera essentiellement sur l'industrialisation de deux technologies photovoltaïques (TopCon et IBC), en collaboration avec leur développeur allemand, le Centre international de recherche sur l'énergie solaire (ISC Konstanz), et l'Institut Becquerel.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager