En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Solar Decathlon Europe : deux projets français de maisons solaires en lice

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Proposé par l'Université Polytechnique de Madrid avec le Ministère Espagnol du Logement, le premier Solar Decathlon européen, concours d'architecture solaire, se tiendra du 17 au 27 juin dans la capitale espagnole. Cette première édition européenne est une déclinaison du Solar Decathlon, une compétition internationale organisée tous les deux ans par le Département américain de l'Energie à Washington. Ce concours de construction de maisons solaires s'adresse aux étudiants en architecture, ingénierie, mécanique ou électricité.

Projet ''Armadillo box''1

Dans le cadre du Solar Decathlon européen, deux projets français sont ainsi en lice. Il s'agit de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble (ENSAG), qui vient de mettre au point, au bout de 18 mois , une maison de 45m2 copiant la morphologie du tatou, baptisée ''Armadillo box'', en partenariat notamment avec l'Institut national de l'énergie solaire (INES) et les Grands Ateliers de l'Isle d'Abeau (GAIA).

L'Armadillo Box® est un bâtiment à basse consommation (BBC) et à énergie positive. La maison est équipée de 102 m2 de panneaux solaires photovoltaïques. Les panneaux solaires, placés sur son toit, permettent ''l'approvisionnement en électricité de toute l'habitation, le fonctionnement d'un four, de 3 plaques de cuissons, d'un frigo, d'une machine à laver et sécher le linge, d'équipement HI-FI et multimédia (TV et PC)'', a précisé l'ENSAG. Les panneaux photovoltaïques produisent également ''assez d'électricité pour l'éclairage, la production de 40% de l'eau chaude sanitaire et pour parcourir 14.000 km dans l'année avec une voiture électrique (moyenne française)''. 3 m² de panneaux thermiques assurent la production des 60% d'eau sanitaire restant. Une machine compacte de type ''3 en 1'' installée dans le noyau technique, prend en charge la ventilation double flux, la pompe à chaleur d'air repris, le chauffage et le rafraîchissement sur l'air entrant, l'eau chaude des sanitaires, et la connexion solaire thermique.

Projet ''napevomo''2

Le second projet de maison solaire à énergie positive est celui porté par l'école des Arts et Métiers de Bordeaux baptisée ''napevomo'' (en langage cheyenne, cela signifie ''est-ce que tu te sens bien ?''). Le prototype de 46 m2 réalisé en pin des Landes, repose sur la microcogénération par concentration solaire : 2 Kwc produit en électricité et 10 Kw en eau chaude sanitaire. La toiture et un mur végétalisés auto-irrigués entend ''faciliter le rafraîchissement naturel de la maison et favoriser son confort d'été''. L'isolation de la maison a été réalisée à partir de fibres de bois et ouate de cellulose, produite en Aquitaine.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager