En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

82 associations appellent à la solidarité pour sortir des crises environnementale et sociale

Gouvernance  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
82 associations appellent à la solidarité pour sortir des crises environnementale et sociale

"La solidarité est certainement l'antidote aux crises que nous connaissons, a assuré Nicolas Hulot, à l'occasion du lancement de l'appel des solidarités soutenu par sa fondation ainsi que 81 autres associations, jeudi 23 mars. Les différentes structures unies dans ce mouvement se sont fixé cinq caps pour notre société afin de créer des solidarités "de toutes et tous avec toutes et tous", avec les personnes en difficultés, exclues ou discriminées, avec "les sans-voix", avec tous les peuples et avec la nature et les générations futures. Pour cette dernière solidarité, elles souhaitent replacer le curseur des politiques publiques plus en faveur de la lutte pour la protection du climat, des sols, des océans, la biodiversité et les animaux. Elles ambitionnent également de parvenir à une économie circulaire et à un développement des énergies renouvelables.

Pour être un interlocuteur incontournable

Le mouvement, qui s'affiche comme apolitique, invite les citoyens à le rejoindre en se signalant comme "présent" par SMS (gratuit) ou sur leur site Internet. "Nous arrimons toutes les solidarités pour essayer d'être un interlocuteur incontournable pour longtemps, a pointé Nicolas Hulot. Si nous ne montrons pas qu'il y a un mandat important de la société, cela ne légitimera pas nos choix".

Derrière chacun des caps fixés, les associations ont identifié près de 500 propositions. Ainsi pour ce qui concerne l'environnement, elles souhaitent par exemple intégrer les enjeux santé et biodiversité dans les politiques agricoles, appliquer la même fiscalité au diesel qu'à l'essence, déclarer un moratoire sur les destructions de zones humides ou encore limiter très fortement les constructions ou reconstructions d'incinérateurs et de décharges.

Les associations incitent également les citoyens à enrichir ces propositions à travers une consultation.

"Nous allons remettre ces propositions lors de la rentrée parlementaire au nouveau gouvernement et aux parlementaires. Nous continuerons à travailler ensemble pour ensuite se retrouver dans un an et regarder ce qui a été réalisé, a précisé Thierry Kuhn, président d'Emmaüs France. Trop souvent les politiques nous lâchent après les élections, mais cette fois nous ne les lâcherons pas".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager