Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Solidarité internationale : les agences de l'eau lancent un appel à projets commun

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Solidarité internationale : les agences de l'eau lancent un appel à projets commun

L'ensemble des agences de l'eau lancent un appel à projets commun pour des initiatives de solidarité internationale dans l'eau. « Dans le cadre de la loi Oudin-Santini, 15 millions d'euros ont été mobilisés au total pour un effet levier de 30 millions d'euros d'investissement par an, a indiqué Guillaume Choisy, directeur général de l'agence de l'eau Adour-Garonne, lors de la conférence de presse de présentation, mardi 16 mars. L'objectif est d'accentuer cet effet levier, pour passer à 50 millions d'investissement ». Votée en 2005, cette loi permet aux collectivités territoriales, aux syndicats d'eau et d'assainissement, aux agences de l'eau de consacrer jusqu'à 1 % de leur budget à des actions en faveur de l'accès à l'eau et l'assainissement pour les populations défavorisées. « 25 % de la population n'a pas un accès fiable à l'eau potable et 4,5 milliards sont dépourvus d'un assainissement efficace », a rappelé Guillaume Choisy.

Mener des opérations plus globales

Désormais, les agences comptent davantage rapprocher leurs deux voies d'actions : les partenariats institutionnels avec des organismes de bassin ou des États autour de la gestion intégrée des ressources en eau (Gire) et la réalisation d'opérations concrètes lors de programmes locaux. « Nous cherchons à mener des opérations plus globales, une politique partagée, a souligné Laurent Roy, directeur de l'agence de l'eau Rhône méditerranée Corse. Notre action menée à Madagascar préfigure ce que nous voulons faire ». Dans ce pays, les agences ont pu soutenir 180 projets au cours des six dernières années et ont permis la réalisation de 30 millions d'euros de travaux. « Depuis dix ans, le Grand Lyon mène des actions de coopération décentralisée pour installer des services publics d'eau potable durable, avec un compte rendu du degré de performance, élément essentiel pour le consentement à payer, illustre Laurent Roy. Ce qui est apparu, même avec une approche de services durables, c'est que cela ne suffisait pas : il faut également protéger la ressource, dans ce cas, menacée de raréfaction du fait de la déforestation, l'érosion et le changement climatique ». Pour la protéger, des actions de gestion intégrée des ressources en eau (Gire) portée par la région Nouvelle Aquitaine ainsi que Rhône méditerranée Corse ont conduit à une démarche collective pour protéger le lac Itsay, quatrième plan d'eau de Madagascar, notamment menacé de comblement. Un programme a été lancé également avec les agriculteurs pour initier de l'agroforesterie et lutter contre l'érosion.

Le taux d'intervention maximum a été harmonisé entre les agences et atteint 70 % d'aide pour une enveloppe totale de 2M€. La date limite pour le dépôt des candidatures est prévue le 30 juin 2021.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SeCorr® C 200 : détecteur fuites d'eau, indépendant des capacités auditives SEWERIN