En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Modifier la fiscalité locale pour lutter contre l'artificialisation des sols

C'est l'un des axes de travail du Comité pour la fiscalité écologique. Les pistes proposées ? Une modulation de la taxe d'aménagement, un versement pour sous-densité obligatoire, des taxes sur les bureaux vacants et la rétention du foncier à bâtir.

Aménagement  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le Comité pour la fiscalité écologique a rendu le 28 mars dernier un avis portant sur la question de la fiscalité et de l'artificialisation des sols, en même temps que celui portant sur l'introduction d'une assiette carbone dans la fiscalité française.

Ces recommandations ont pour ambition d'alimenter les débats du projet de loi de finances pour 2014.

Artificialisation continue du territoire

Le constat est maintenant connu. La France fait l'objet d'une artificialisation continue de son territoire et perd l'équivalent d'un département tous les dix ans. "L'artificialisation des sols entre 2000 et 2006 s'est faite à 90% aux dépens d'espace agricoles", constate l'avis.

"Le tissu urbain discontinu, très consommateur d'espaces, représente les trois quarts des espaces artificialisés", ajoute le document. La construction de maisons individuelles apparaît être la cause principale. Mais l'immobilier d'entreprise est également fortement consommateur de sols. Or, les usages industriels et commerciaux se caractérisent par "une sous-utilisation des surfaces disponibles (surfaces de bureau inoccupées, friches industrielles et commerciales)", relèvent les signataires de l'avis.

Citant également le rapport du CAS sur les aides publiques dommageables à la biodiversité, le document rappelle le rôle de l'Etat et des collectivités territoriales dans l'artificialisation des sols, qui résulterait de la faible fiscalisation des propriétés publiques.

Christian de Perthuis précise que le comité qu'il préside n'entend pas remettre en cause les besoins en logements, infrastructures et équipements mais trouver des moyens pour répondre à ces besoins tout en préservant la valeur écosystémique des sols.

"Une politique efficace à cette fin ne peut pas reposer sur un seul instrument et doit nécessairement associer le droit de l'environnement et le droit de l'urbanisme (…) ainsi que des instruments financiers et fiscaux", estiment les signataires de l'avis. Avec une double perspective : économiser les sols, d'une part, réutiliser les sols artificialisés, après réhabilitation le cas échéant, d'autre part.

Moduler la taxe d'aménagement

Que recommande le comité suite à ce constat d'artificialisation accélérée ? La première proposition consiste à moduler la taxe d'aménagement selon la valeur du terrain sur lequel on aménage. C'est-à-dire appliquer un malus lorsque l'aménagement se fait au détriment de terres à forte valeur écologique et, au contraire, un bonus lorsqu'il porte sur des friches ou un périmètre déjà artificialisé. Tout en veillant à éviter l'écueil de la complexification d'une taxe précisément créée pour simplifier la fiscalité locale. Cette taxe pourrait également être rééquilibrée afin de privilégier les parkings intégrés au bâti au détriment de ceux construits à l'horizontal et occupant une grande surface au sol.

Une autre piste avancée par le comité vise à systématiser le versement pour sous-densité en-dessous d'un seuil minimal de densité inscrit dans le plan local d'urbanisme (PLU), y compris pour les locaux industriels, commerciaux et de stockage.

Autre recommandation du comité : instituer une taxe sur les bureaux vacants sur le modèle de la taxe sur les logements vacants mais en distinguant la vacance "structurelle" de la vacance "conjoncturelle".

Taxer la rétention du foncier à bâtir

Enfin, il s'agirait d'instaurer une taxe sur la rétention du foncier à bâtir, ou d'adapter les taxes existantes, en zone AU1 des plans d'urbanisme, c'est-à-dire en zone d'urbanisation future non équipée destinée essentiellement à l'habitat. L'objectif ? Inciter à utiliser ces terrains pour la construction, en veillant toutefois à ce que le zonage soit bien défini en amont et en permettant le cas échéant le déclassement de terrains non construits. Dans le même objectif, le comité préconise de supprimer les abattements pour les terrains à bâtir dans l'hypothèse d'une détention longue, voire de pénaliser fiscalement celle-ci. Cette préconisation est en fait d'ores et déjà satisfaite par l'une des mesures annoncée le 21 mars par le président de la République dans le cadre du Plan d'investissement pour le logement.

Sauf que le spécialiste de la fiscalité écologique, Guillaume Sainteny, alertait précisément la commission du développement durable de l'Assemblée nationale le 27 mars sur cette mesure, couplée à celle contenue dans la loi de finances pour 2013 sur la même question de la fiscalité du foncier non bâti s'appliquant aux terrains constructibles. Aujourd'hui, cette fiscalité est faible. Mais ces modifications vont conduire à une fiscalité de l'ordre 50.000 euros/ha à compter du 1er janvier 2014 et de 100.000 euros/ha à compter de 2016. "Evidemment, personne ne peut payer ça", déplorait M. Sainteny.

Les propriétaires peuvent encore échapper à l'impôt en signant une promesse de vente avant la fin de l'année. Si l'intention était sans doute louable au départ en visant à renforcer la densité urbaine et à combler les "dents creuses", ces mesures risquent d'avoir des effets inverses et catastrophiques, alerte le maître de conférence à Polytechnique. Car les terrains concernés sont les terrains constructibles classés U (zones urbaines) et AU (zones à urbaniser). Or, parmi ces terrains se trouvent de nombreux terrains agricoles. Ce que reconnaît implicitement le comité pour la fiscalité écologique qui préconise de veiller "à ne pas pénaliser les terrains effectivement affectés à un usage agricole, mais non nécessairement classés en zone A".

Guillaume Sainteny a calculé que les terrains constructibles en zones U et AU représentent plus de 50.000 hectares en Ile-de-France, dont trois-quarts sont des espaces naturels et agricoles. D'où ses sombres prédictions en la matière : fin de l'agriculture péri-urbaine et des circuits-courts, accroissement de l'étalement urbain, de l'imperméabilisation des sols, des distances de transport, des consommations d'énergie et des émissions de CO2… A moins que les élus procèdent à temps au déclassement des terrains en cause pour les reclasser en zones agricoles.

Réactions8 réactions à cet article

 

Enfin on se préoccupe du gaspillage de nos BONNES TERRES agricoles! Perdre tous les 10 ans l'équivalent d'un département français quand on en a même pas 100 est un problème critique. Dans l'idéal il faudrait batir sur des terrains sans (réelle) valeur agricole. Ce qui ne se fera jamais parce que ça signifierai un coup d'arrêt pour toutes ces villes situées dans des plaines fertiles. Les pistes suggérées sont interessantes, elles pourraient conduire a de réels changements et améliorations.

Ami9327 | 03 avril 2013 à 17h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le probléme vient de la décentralisation. Celle- ci induit une concurrence entre les territoires et un aménagement qui alors qu'il devrait être centralisé et coordonné est livré à quelques potentats locaux qui font n'importe quoi

JCC | 03 avril 2013 à 23h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quelle imagination !!!! : des taxes, des taxes, des taxes.....

ROSS | 04 avril 2013 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La où l'argent est roi, la raison s'en va!

audaces | 04 avril 2013 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est du n'importe quoi! Qu'il y ait une taxe sur les bureaux non occupés ou sur les "hangars" non occupés des fameux parcs d'activités qui poussent partout, peut-être, mais la taxe fiscale sur les propriétaires de zones naturelles prairies ou boisées existe déjà, décidée par le maire qui espère ainsi obliger les propriétaires à vendre pour des projets urbanistiques et donc artificialisation des sols, et suis tout à fait d'accord que cette disposition va au contraire accélérer la disparition des zones naturelles et les possibilités d'agriculture péri urbaine!En Gironde 1000ha de terres agricoles disparaissent par an et c'est tous les 7 ans que disparait l'équivalent d'un département...
Ces décisions vont plutôt accélérer le processus: bravo!
F couloudou

noémie | 04 avril 2013 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est impensable de continuer à construire sur des terres agricoles (même si les agriculteurs les mettent facilement à disposition car n'arrivent plus à survivre) alors qu'autant d'appartements vides sont recensés en centres-villes ! Rien qu'à Cavaillon (20 000 hab,) il y en aurait + de 800 ! Trop de lois ont protégé les locataires indélicats au fil des décennies et les propriétaires d'immeubles préfèrent laisser à l'abandon plutôt qu'avoir des poursuites judicières à faire ! Il faut que les communes et CAF se substituent aux actuels propriétaires pour réhabiliter ces logements vacants qui feront redémarrer les commerces de centres-villes désertés au profit des grandes surfaces !

Max84300France | 04 avril 2013 à 22h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

COMBIEN DE COMMUNES N'ONT ENCORE A CE JOUR AUCUN DOCUMENT D'URBANISME et laissent construire suivant des critérres souvent obscurs n'importe quoi n'importe où ;; commencer par rendre le PLU obligatoire en attendant le PLU PLU modele communauté de communes qui s'annonce pour enlever toute raison d'être à nombre de nos 36000 communes souvent micro-commune ...Les taxes truc et machin soolution de facilité pour technocrate...

FIRMINOU | 08 avril 2013 à 14h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
C'est complètement crétin de vouloir taxer les terres agricoles contenues en U et AU en péri urbain car elles représentent notre pouvoir d'autonomie alimentaire, elles sont garantes de la bonne qualité des écosystèmes urbains et offrent des paysages au cadre de vie. Ce qu'il faut en revanche se presser de faire, c'est s'occuper de la revalorisation des entrées de ville qui représentent des gisements importants de foncier mal maîtrisé : imperméabilisation des sols, hangars "boîtes à chaussures", (passoires énergétiques), néfastent à l'agriculture, à l'environnement, au paysage. Ce potentiel pemettra la réalisation de nouvelles éco-polycentralités urbaines intégrant commerces, habitat, emplois, nature... et permettra l'implantation des réseaux intelligents (déchets, énergies, réseaux de chaleur...) de la périphérie jusqu'au coeur des villes, des transports propres ainsi que la réintégration de la nature (trames vertes et bleues) en milieu urbain.
Les citoyens recherchent une agriculture de proximité, qu'elle soit individuelle ou professionnelle de type maraîchage. Il faut cesser de massacrer les parcelles agricoles et de jardins sous prétexte de lutte contre l'étalement urbain alors que les sols à recycler représentent une aubaine formidable pour les acteurs du développement durable.

Saint-Fiacre Loire-Baratte | 06 mai 2013 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…