Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Climat : Joe Biden se fixe 50 à 52 % de réduction des émissions d'ici à 2030

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Climat : Joe Biden se fixe 50 à 52 % de réduction des émissions d'ici à 2030

Ce jeudi 22 avril, le président américain Joe Biden a annoncé le nouvel objectif des États-Unis de réduction des émissions de gaz à effet de serre (NDC) d'ici 2030 au titre de l'Accord de Paris sur le climat. Il a fait cette annonce lors de son sommet virtuel réunissant 40 dirigeants mondiaux (France, Chine, Japon, Brésil, Canada, Australie, Russie, etc.) pour lutter contre le réchauffement climatique. Joe Biden prévoit de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 à 52 % d'ici à 2030 par rapport à 2005. Cet objectif double l'ancien engagement des États-Unis d'une diminution de 26 à 28 % des émissions d'ici 2025. Le président américain a exhorté les puissances mondiales à également « passer à l'action ».

Pour parvenir à cet objectif 2030, la Maison blanche réaffirme, dans un communiqué, l'ambition d'atteindre 100 % d'électricité décarbonée dès 2035. Ce qui permettra de « créer des millions d'emplois » pour développer « un réseau propre, moderne et résilient », « stopper » les fuites de méthane, construire des véhicules électriques « modernes et efficaces et l'infrastructure de recharges pour les soutenir », ou déployer des solutions de capture du carbone et de l'hydrogène vert « pour forger de l'acier et du ciment plus propres », liste la Maison blanche. De même, les agriculteurs utiliseront « des outils de pointe pour faire du sol américain la prochaine frontière de l'innovation carbone ».

L'objectif du président Biden est « de parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050 au plus tard et de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré celsius, comme le demande la science ».

Le président de la République Emmanuel Macron a salué l'annonce de la contribution américaine : « C'est un choix historique sur le chemin qui nous mène vers (le sommet sur le climat de) Glasgow », en novembre prochain. Emmanuel Macron a également appelé à « accélérer sur la mise en œuvre des engagements à l'horizon 2030 », tout en mettant en avant le plan climatique européen.

Pour Armelle Le Comte de l'ONG Oxfam France : « Le nouvel objectif climatique des États-Unis démontre que le président Biden et son administration sont résolus à lutter contre la crise climatique mais le plus dur reste à faire. Si ce nouvel engagement est un pas dans la bonne direction, il est urgent de prendre des mesures supplémentaires, pour éviter les impacts dévastateurs du changement climatique ».

Réactions9 réactions à cet article

 

Même s'il ne faut jamais trop se faire d'illusions avec les américains (le business n'est jamais loin), voilà une posture présidentielle qui nous change fort heureusement des quatre dernières années délirantes de mauvais sitcom de série Z.

Pégase | 22 avril 2021 à 18h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il faut lire entre les lignes : réduction de 50% des émissions de polluants atmosphériques en ville ... pour information toutes les sondes qui mesurent la qualité de l'air sont en zone urbaine ...
La sécheresse 2021 a déjà commencé et comme tous les ans depuis 20 elle sera pire que la précédente, il faut arrêter de polluer la planète mais pour rétablir le cycle des pluies il faut végétaliser !
Contrairement aux idées reçues les pluies continentales ne viennent pas exclusivement de la mer mais à 70% de l'évaporation (évapotranspiration) des sols, Autrement dit avec 0% d'évaporation on provoque 0% de chance d'avoir des pluies et on stocke la chaleur au lieu de l'évacuer comme dans les déserts ou il ne pleut pas.

laurent | 23 avril 2021 à 09h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ne nous lamentons pas de ce que les roses aient des épines, mais réjouissons-nous de ce que les buissons d'épines portent des roses."
En clair : oui, c'est encore insuffisant, mais soutenons sans réserve, car cela donne aux décideurs la légitimité pour aller plus loin. Et je crois que bien des décideurs ont compris que, de toute façon, ils n'ont pas le choix. L'un des axes principaux qu'il faut suivre, c'est la vision globale, qui consiste à internaliser, pour chaque secteur, les coûts externes qu'il induit. Par exemple si on faisait payer au transport routier ce qu'il oûte réellement en infrastructures et pollution, il n'y aurait pas beaucoup de poids lords sur les routes. Et si on fait payer à l'agriculture intensive ce qu'elle coûte en pollution et santé, on passe tout de suite au bio. Les coopératives agricoles et l'agrobusiness, qui vivent sur le dos des agriculteurs, en sont à menacer et harceler les gens qui dénoncent ces "Crésus du terroir-caisse".

petite bête | 23 avril 2021 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent, à moins que j'ai loupé un interligne il s'agit bien de 50-52% des émissions nets de gaz à effet de serre du pays.
je pense, j'espère qu'ils vont revégétaliser. L'état d'esprit US est à mon avis beaucoup plus propice aux puits de carbone qu'aux contraintes de réduction des émissions. Et en plus ils ne manquent pas d'espace.

bIBU | 23 avril 2021 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Justement Pégase, le business s'est clairement emparé du sujet. Tous sont devenus verts comme vous. Il faut donc vous réjouir au lieu de sempiternellement récriminer. Vous avez gagné ! Champagne !

Albatros | 23 avril 2021 à 17h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment "réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50 à 52% d'ici à 2030 par rapport à 2005" revient-il à "doubler l'effort" que représentait une "diminution de 26 à 28% des émissions d'ici 2025" ?
Vite, un décryptage... ou bien une calculette ?

Albatros | 23 avril 2021 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

26 x 2 = 52 (ne chipotons pas pour le 28 %), me semble-t-il.

Pégase | 23 avril 2021 à 20h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ petite bête : de qui est cette jolie citation ? Pour apprécier la confiture de cynorhodons faite maison, j'ai eu maintes fois l'occasion de me lamenter à la cueillette que les buissons d'églantiers soient aussi fournis en épines acérées...
@ biBU : si c'est pour revégétaliser avec des cultures d'arbres monospécifiques, souvent même issus du même clone soit-disant hyper performant... jusqu'à ce que les aléas naturel prouvent le contraire, ce sera échec garanti. De la diversité en toute chose donc, ne répétons plus les erreurs d'un modèle productiviste coûteux, fragile et au final bien peu performant.

Pégase | 23 avril 2021 à 20h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Pégase Et en plus ça favorise pas les champignons. A quoi bon planter des forêts si on ne peut y cueillir des champignons ?

bIBU | 26 avril 2021 à 14h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

LG NeON® H 360-365 Wc BIFACIAL, recto/verso qui exploite la réverbération LG Electronics France