En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sommet de la FAO : pas d'objectifs concrets pour lutter contre la faim

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Avec les dirigeants du G8 - à l'exception de Silvio Berlusconi – notamment absents du sommet sur la sécurité alimentaire de l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui s'achève ce 18 novembre à Rome, les chefs d'Etat présents n'ont pas pris d'engagements concrets pour lutter contre la faim dans la monde qui touche plus d'un milliard de personnes.

Si selon l'AFP, dans une déclaration finale adoptée le 16 novembre à l'ouverture du sommet, les chefs d'Etat ont confirmé les objectifs du millénaire de réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim d'ici à 2015 et entendent notamment renforcer des financements à l'agriculture, aucun chiffre sur les investissements nécessaires pour y parvenir et ni calendrier n'ont été avancés pour ''éradiquer la faim''.

Les 192 pays participants ne se sont pas engagés en faveur d'une enveloppe annuelle de 44 milliards de dollars pour l'agriculture jugés nécessaires par la FAO. ''Une somme'' pourtant ''modeste'' selon Jacques Diouf, directeur général de la FAO ''quand on sait que les subventions aux producteurs agricoles dans les pays de l'OCDE ont totalisé 365 milliards de dollars en 2007 et que les dépenses pour les armements dans le monde ont atteint 1 340 milliards de dollars la même année'', a-t-il déclaré lundi dans un communiqué.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a affirmé qu'''il ne peut y avoir de sécurité alimentaire sans sécurité climatique'', à trois semaines du sommet mondial sur le climat de Copenhague (Danemark). ''Si les glaciers de l'Himalaya fondent, cela affectera les moyens d'existence et la survie de 300 millions de personnes en Chine et jusqu'à un milliard de personnes à travers l'Asie. Les petits paysans africains, qui produisent la majeure partie des denrées alimentaires du Continent et qui dépendent principalement de la pluie, pourraient également voir leurs récoltes baisser de moitié d'ici à 2020''. ''Nous devons opérer des changements significatifs pour nous nourrir et, plus particulièrement, pour protéger les pauvres et les plus vulnérables'', a-t-il prévenu.

Les chefs d'Etat, réunis à Rome, entendent mobiliser 20 milliards de dollars sur trois ans contre la faim, et demandent que ''ces engagements soient honorés''. La déclaration a également entériné la création d'un '' partenariat mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire'', proposée lors du G8 à L'Aquila en juillet dernier mais le flou persiste encore quant aux objectifs fixés pour rendre ce partenariat concret, selon l'ONG Oxfam.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager