En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Brésil et la France veulent fixer des financements précis à Copenhague notamment pour la forêt

Gouvernance  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Invité au sommet de l'Organisation du traité de coopération amazonienne (OTCA) qui se tenait à Manaus au Brésil, Nicolas Sarkozy a confirmé la position commune adoptée avec le président brésilien mi-novembre. Le président français a qualifié les dernières déclarations des présidents américains et chinois ''d'extrêmement encourageantes'' et a salué le ''courage'' du président Obama.

Nicolas Sarkozy a surtout rappelé que des chiffres de réduction d'émissions de CO2 n'étaient pas suffisants mais qu'il était nécessaire de fixer des montants précis d'aide aux pays pauvres lors de la conférence internationale sur le climat prévue début décembre à Copenhague : ces sommes ne doivent pas être seulement un objectif à moyen ou à long terme, il faut prévoir des crédits pour tout de suite.

Selon le président français, il faut envisager des crédits pour que les pays les plus pauvres puissent accéder aux énergies primaires et des crédits pour les pays forestiers. Quatre blocs forestiers mondiaux sont concernés : l'Amazonie, le bassin du Congo, l'Indonésie et la Sibérie. Les pays ont d'ailleurs été invités par la France les 14 et 16 décembre pour fixer une position commune. Nicolas Sarkozy propose déjà de consacrer 20% des aides à la protection de la forêt pour éviter la déforestation.

Le Président a précisé qu'il se rendra à Copenhague les 17 et 18 décembre et s'est félicité que les 27 chefs d'états de l'Union européenne aient décidé d'être présents.

Réactions1 réaction à cet article

 
DO BRAZIL

A l'évidence on peut douter que le Brésil soit tout à fait clair dans la mesure ou une grande partie de son parc fonctionne,hic et nunc!, au méthanol dont une partie relève sans doute des produits de distillation du bois,ou filière associée.compte tenu du commerce de bois précieux ou réputés tels aujourd'hui(wapa ou ipe...etc)et de la manne financière associée,il nous faudra renouveler régulièrement l'apport financier à leur octroyer,sinon de la forêt amazonienne basta!,nouvelle forme de racket international au nom de la sacro sainte politique verte indispensable demain afin proroger un mandat?.

squelette élégant | 27 novembre 2009 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…