En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Éolien : les pros demandent un coup de pouce financier pour faire face à la crise

Réunis pendant trois jours à Marseille pour leur conférence européenne, les acteurs de l'éolien qui s'attendent à ce que 10 à 15% des projets de 2009 soit impactés par la crise, demandent des aides des gouvernements sous forme de garanties bancaires.

Energie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
   
Éolien :  les pros demandent un coup de pouce financier pour faire face à la crise
© Broker
   
Du 16 au 19 mars, quelque 6.000 participants se sont donné rendez-vous à Marseille pour la conférence européenne sur l'énergie éolienne 2009 (EWEC). Parallèlement, près de 400 exposants parmi lesquels les grands industriels de l'éolien, présentaient leurs activités sur un espace de plus de 9.000 m².

Les entreprises européennes détiennent les deux tiers du marché mondial des technologies de l'énergie éolienne qui s'élève à 35 milliards d'euros […] et il est urgent pour nous de la développer, de la promouvoir et de l'exporter du mieux que nous le pouvons, a commenté Arthouros Zervos, Président d'European Wind Energy Association (EWEA), lors de la séance d'ouverture de la Conférence organisée par EWEA.

Rappelons que selon le dernier baromètre d'EurObserv'ER, l'Union européenne possédait sur son territoire un parc éolien de 65 GW de puissance fin 2008 mais avec un marché en légère décroissance (-1,8% ; 8447 MW) par rapport à l'année précédente. L'accord concernant la Directive sur les énergies renouvelables signé en décembre 2008 et les objectifs que les États membres doivent atteindre d'ici 2020 en matière d'approvisionnement énergétique durable nous ont rendus plus optimistes pour l'avenir du secteur. Nous avons dès lors augmenté nos objectifs. Toutefois, ils ne seront atteints que si tous les États membres mettent en œuvre cette directive efficacement et dans les plus brefs délais, a estimé Arthouros Zervos. Ainsi, l'association européenne de l'énergie éolienne a révisé à la hausse son objectif pour 2020 en termes de capacité éolienne installée dans l'UE, en la portant de 180 à 230 GW, dont 40 GW pour l'éolien offshore.

Face à la crise, les professionnels se montrent confiants…

Le secteur reste donc confiant en dépit de la crise financière et économique qui s'aggrave. L'énergie éolienne est incontestablement devenue une force motrice de nos économies. La crise actuelle nous a enseigné qu'il ne faut plus attendre mais agir avant que les problèmes ne se présentent. C'est maintenant qu'il faut investir dans l'énergie éolienne, a commenté Mechtild Rothe, la vice-présidente du Parlement européen.
Pourtant selon une étude du cabinet d'études New Energy Finance (NEF), rendue publique à l'occasion de la conférence, 10 % à 15 % des projets éoliens financés cette année en Europe seront impactés par la crise financière. Les gouvernements européens ont injecté des centaines de milliards d'euros pour soutenir les établissements bancaires, mais la fraction dont l'économie réelle pourrait bénéficier sous la forme de financements de projets est limitée car les banques ne sont pas disposées à reprêter cet argent. Cette difficulté à court terme ne traduit pas exactement l'attractivité du secteur à moyen terme, a commenté Michael Liebreich, analyste du cabinet New Energy Finance.

Les banques investissant moins. Reste donc à trouver de nouvelles sources de capitaux. Et le secteur se veut rassurant : en effet, une part croissante des nouvelles installations est financée par des investisseurs institutionnels, des fonds d'infrastructures et des producteurs d'électricité. Selon une étude récente, 75 % des investisseurs institutionnels déclarent qu'ils investiront probablement davantage dans l'éolien d'ici 2012, a précisé Michael Liebreich.

…mais regrettent de ne pas être plus présents dans les plans de relances !

Toutefois, selon les professionnels, les gouvernements et la Banque européenne d'investissement devraient établir des garanties de prêts pour soulager la crise des liquidités bancaires et accélérer la reprise économique. Christian Kjaer, le directeur général de l'EWEA, appelle de ce fait les gouvernements de l'UE à prendre exemple sur le plan de reprise américain qui prévoit des garanties d'emprunt à hauteur de plusieurs milliards de dollars pour des projets liés aux énergies renouvelables. Sur un total de plans nationaux de relance de 90 milliards d'euros, seulement 1,2 % est consacré aux investissements verts, a regretté Christian Kjaer tout en ajoutant que la Banque européenne d'investissement consacrerait 8 à 10 milliards à l'industrie automobile et moins d'un milliard au renouvelable. Le plan de relance économique européen devrait prévoir plus de ressources financières pour les garanties d'emprunt, a quant à lui jugé Claude Turmes, membre du Parlement européen et rapporteur pour la Directive sur les énergies renouvelables. Ils devraient suivre les plans proposés par le Parlement européen visant à dédier une partie des montants du plan de relance économique pour garantir des prêts de la Banque d'investissement européenne ou d'autres banques à des projets en matière de renouvelables avec des fonds du budget de l'UE, a-t-il ajouté.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…