En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien : la capacité mondiale en hausse de 31% en 2009

Les capacités de production d'électricité d'origine éoliennes ont atteint fin 2009 près de 158 GW au niveau mondial. Avec une hausse de 31% par rapport à 2008, le secteur reste très dynamique surtout en Chine qui a vu son parc doubler.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Eolien : la capacité mondiale en hausse de 31% en 2009
© Georges Blond
   
Selon les dernières statistiques publiées hier par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (Global Wind Energy Council, GWEC), la capacité éolienne mondiale s'est accrue de 31% en 2009 en passant de 120,7 GW à 157,9 GW. Le secteur a généré un marché de 45 milliards d'euros et emploie près de 500.000 personnes dans le monde.''La croissance rapide continue de l'énergie éolienne en dépit de la crise financière et du ralentissement de l'activité économique atteste de l'attraction inhérente de la technologie, qui est propre, fiable et rapide à installer'', a commenté Steve Sawyer, le secrétaire général du GWEC. Ce parc mondial a permis de produire 340 TWh d'électricité et aurait éviter les émissions de 204 millions de tonnes de CO2 sur l'année.

La Chine double son parc éolien

Un tiers de la croissance 2009 est dû au marché chinois. Le pays a en effet doublé son parc éolien en installant 13 GW en 2009. ''La Chine déploie de gros efforts pour développer la ressource du vent du pays. Etant donné les taux de croissance actuels, on peut prévoir que la cible officieuse de 150 GW sera atteinte avant 2020'', a déclaré Li Junfeng, secrétaire général de l'association chinoise des énergies renouvelables. L'Inde a ajouté 1,2 GW de capacités qui cumulés aux installations du Japon, de la Corée du Sud et de Taïwan font de l'Asie le plus grand marché pour l'énergie éolienne en 2009.

L'Amérique du Nord et l'Europe ont de leur côté installé environ 10 GW chacun. L'énergie éolienne compte désormais pour près de 2% de la production électrique totale américaine avec une puissance installée de plus de 35 GW contre 25,3 GW fin 2008, de quoi alimenter 9,7 millions de foyers.

L'Europe installe 10 GW en 2009

Selon les données détaillées de l'association européenne de l'éolien, European Wind Energy Association (EWEA), l'Europe disposait fin 2009 d'un parc de 74,7 GW grâce au 10,1 GW supplémentaires installés durant l'année dernière. 9,5 GW ont été installés sur le continent soit 21% de plus qu'en 2008 et 582 MW ont été installés en mer soit 56% de plus que l'année dernière. Le parc européen a donc produit 163 TWh d'électricité en 2009 soit 4,8% des besoins en électricité (estimation basée sur les 3.372 TWh consommés en 2007).

Les nouvelles capacités de production éolienne ont été principalement installées en Espagne (2.459 MW), suivie de l'Allemagne (1.917 MW), de l'Italie (1.114 MW), de la France (1.088 MW) et du Royaume-Uni (1.077 MW). À fin 2009, quelque 3.500 éoliennes étaient installées en France.

L'investissement dans ces nouveaux équipements a atteint 13 milliards d'euros dont 1,5 milliard pour l'éolien offshore. 2009 est ainsi la deuxième année au cours de laquelle la capacité d'énergie éolienne installée dépasse les autres modes de production d'électricité. C'est également la deuxième année que les énergies renouvelables sont à l'origine de la majorité de nouveaux investissements en matière énergétique en Europe. ''C'est un résultat remarquable en cette année difficile'', a déclaré Christian Kjaer le Président d'EWEA qui semble toutefois inquiet pour 2010 : ''je suis tout à fait optimiste au sujet des perspectives à moyen terme pour l'énergie éolienne en Europe, mais les finances des projets sont encore serrées''.

Réactions10 réactions à cet article

 
Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Que fait-on lorsqu'il n'y a pas de vent ?
Autrefois, on pouvait, surtout dans le monde rural, se passer d'électricité quelque heures en attendant que le vent revienne. D'ailleurs, des générations de meuniers avaient appris à faire avec. Aujourd'hui dans des pays de moins en moins ruraux peut-on encore se passer d'électricité quelque heures ?
J'entend bien des annonces du genre, "il n'y a plus de vent, le métro va s'arrêter, et on ne peut pas annoncer la reprise".
Comment fait-on lorsqu'il n'y a pas de vent ?

RobertVnt | 11 février 2010 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

La production d'électricité ne repose pas uniquement sur l'éolien. C'est tout l'intérêt de développer un mixe énergétique et de ne pas tout miser sur un seul mode de production.

YannC | 11 février 2010 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

La réponse laisse penser que le mix énergétique permet de se passer de l'éolien. L'argument consistant à dire : "il ne faut pas tout miser sur un seul mode de production" ne me semble pas très convainquant pour répondre au absences de vent. D'autant qu'il y a déjà le gaz, le charbon, le pétrole, l'hydraulique et le nucléaire. Alors pourquoi faire de l'éolien ?

RobertVnt | 11 février 2010 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

A mon avis, produire de l'"énergie de éolienne" ne veux pas dire utiliser l'énergie directement et uniquement lorsque les hélices tournent.
Une étude préalable peut permettre comprendre l'énergie récupérée par les hélices, et la régularité avec laquelle on récupère cette énergie. Ensuite on peut determiner un système qui ne transmet pas de l'énergie directement mais charge des batteries. On n'alloue alors que ce que l'on est capable de maintenir disponible à tout moment (ce qui est déterminé par l'étude préliminaire).
Donc pas de coupures intempestives, puisqu'on aura eu la bonne idée de garder une bonne marge d'erreur.
Cela me semble aller de soi qu'aucun n'installerait un système imprévisible et se accepterait d'avoir de l'énergie de manière "aléatoire".

ysa | 11 février 2010 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Sauf que l'on n'a toujours pas trouvé les batteries. Avec les éoliennes on n'a qu'une partie de la solution, l'autre partie reste à découvrir.

RobertVnt | 11 février 2010 à 17h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Et quand il n'y a pas de soleil, pas de photovoltaïque! Et quand il fait trop chaud l'été et que l'eau des rivières manque, on ne peut refroidir les centrales donc on les arrête! Et quand une conduite de gaz explose, la centrale au gaz est en panne, on ne peut pas produire de courant! Et en cas de canicule les rivières se vident et les turbines des barrages s’arrêtent !

Mais arrêtons immédiatement alors de produire de l'électricité!

ric | 12 février 2010 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Il y a une autre solution que les batteries elle est en construction sur l'ile d'El Hierro aux Canaries ( mise en service fin 2010 ) . Lorsqu'il n'y a pas de vent on turbine l'eau stockée dans un bassin amont participant à une STEP ( Station de Transfert d'énergie par pompage ) . Lorqu'il y a du vent on utilise l'électricité sur le réseau,celle en exces notament produite en heures creuses sert à remonter l'eau collectée dans un bassin aval vers le bassin amont avec un dénivellé de 780 mètres. On a ainsi stocké de l'énergie électrique instantanée en énergie potentielle utilisable suivant besoins avec un rendement d'environ 70%. Cinq éoliennes vont produire 11,5 Mw alimentant 10 000 habitants

sphinx colibri | 12 février 2010 à 20h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Quelle belle réponse techniquement bien argumentée. Je résumerais : "Et si ma tante en avait, on l'appellerait commode" Je parle de tiroir bien sur.

RobertVnt | 12 février 2010 à 22h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Mais cela existe en France depuis plus de 50 ans. Les turbine-pompes, lorsque la demande baisse renvoient l'eau dans le bassin amont et lorsqu'il y a une forte demande turbinent l'eau pour produire de l'électricité. Evidemment ces turbine-pompes fonctionnent sans se préoccuper de l'origine de l'électricité. On trouve des machine allant jusqu'à 400 MW (soit 80 éoliennes de 5 MW) fonctionnant sous un dénivelé allant jusqu'à 1 200 m. Enfin ce n'est pas tellement la situation en Beauce.

RobertVnt | 15 février 2010 à 23h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Que fait-on quand il n'y a pas de vent ?

Bien évidemment que ça existait pour étaler la surproduction notamment des centrales à forte inertie charbon ou nucléaire, il y a environ dans le monde plus de 40 STEP dépassant les 1000 MW, mais ce n'est pas la réponse à la question de l'alternative aux batteries, pour stocker de l'énergie instantanée d'éoliennes ou de champ photovoltaïque. Cependant même pour la Beauce on pourrait utiliser un système sur le même principe, mis au point aux USA, d'une Station de turbinage-pompage entre un réservoir en surface et une cavité souterraine de quelques milliers de m3 à 2000m de profondeur.

sphinx colibri | 20 février 2010 à 23h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager