Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Stocamine : déstocker l'ensemble des déchets pour mettre fin à un mensonge d'Etat

La mission d'information parlementaire sur le site alsacien de stockage souterrain de déchets dangereux préconise de déstocker l'ensemble des déchets. L'enjeu ? Eviter la pollution de la plus grande nappe phréatique d'Europe.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Stocamine : déstocker l'ensemble des déchets pour mettre fin à un mensonge d'Etat

"Un projet créateur d'emploi, mais aussi une « mine au service de l'environnement »". C'est en ces termes que le projet de stockage souterrain de déchets Stocamine a été présenté da...

Réactions4 réactions à cet article

 

Les enlever de cette mine dangereuse ,oui, mais pour les mettre où ?

sirius | 19 septembre 2018 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En Allemagne Sirius. On va dépenser 400 millions pour mettre en danger des ouvriers, déstocker pour restocker hors de notre vue des déchets sans danger pour la nappe...
"Si l'étude révèle l'absence d'impact significatif des déchets stockés sur la nappe phréatique, ce qui paraîtrait étonnant compte tenu de cette description,…" Donc on fait une étude pour la discréditer juste en disant que c'est étonnant ???? Ce qui est étonnant c'est qu'on préfère se fier à l’avis de parlementaires plutôt qu’à celui des scientifiques chargés d’études.
"... les députés préconisent le confinement du bloc." Le confinement a déjà été exigé par le précédent arrêté après extraction des déchets mercuriels. Il en est de même pour le suivi de l'ennoyage des galeries qui est déjà en cours. Ne faisons pas comme si rien n’avait été exigé et obtenu.

bIBU | 19 septembre 2018 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bIBU, vous savez comme moi que les chargés d'études sont tous payés par les méchants... Les scientifiques ont le défaut d'être compétents, mais aussi d'être payés sans doute aussi par des méchants...
Alors que les parlementaires, surtout plus ou moins convertis mélenchonno-bobo-écolos, sont de blanches colombes... Parfaitement incompétents mais payés aussi, par nous (les gentils).

Albatros | 20 septembre 2018 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tu as raison Albatros, il est tout a fait envisageable que les résultats des études soient orientés dans le sens du financeur à sa demande. Si on regarde donc les porteurs d'études on voit le BRGM (organisme public) et Artélia (entreprise reconnue et solide financièrement) qui ne sont pas les plus simples à corrompre. Et l'étude d'impact a été faîtes par l'ineris (organisme public encore). Pour moi, sachant que BRGM et Artélia en viennent à peu près à la même conclusion que si impact il y a, il sera mineur sur la qualité de la nappe d'alsace et que l'INERIS n'a pas de contrejugement, j'aurais tendance à leur faire confiance. Après si je me fie à ma logique, comme l'ont fait les députés, il est impossible que la saumure polluée remonte les 500 mètres de couches imperméable qui sépare le stockage de la nappe et même si cela se faisait, la saumure étant très salées sera dense au point de rester en fond de nappe, loin de toute exploitation puis se diluera dans le volume immense d'eau qui l'entoure.
Malgré ça, si les experts et mon intuition nous trompons, on peut alors se poser la question du gachis de finance public, des études inutiles à gogo, et de l'extraction des déchets tellement onéreux qu'une dépollution à postériori couterait moins cher.

bIBU | 24 septembre 2018 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager