En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Stockage d'énergie par batterie : une capacité de 14 GW d'ici 2020

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

La capacité totale du système de stockage d'énergie par batterie devrait passer au niveau mondial de 1,5 gigawatts (GW) en 2015 à plus de 14 GW d'ici 2020, selon le cabinet d'analyse GlobalData.

D'après ce dernier, un grand nombre de projets devrait être mis en service durant cette période du fait de l'augmentation des installations d'énergies renouvelables et la recherche de la stabilité du réseau. "En raison de l'intermittence de l'énergie solaire et éolienne, il est difficile pour les fournisseurs d'électricité de les intégrer dans le réseau d'électricité. Les systèmes de stockage par batterie en cours d'installation dans les réseaux d'électricité permettront une alimentation à partir de sources d'énergie renouvelables plus lisses et plus fiables", considère Swati Gupta une des analystes de GlobalData.
Le cabinet estime également que le prix de ces dispositifs devrait chuter de près de moitié de 2015 à 2020 grâce à l'innovation technologique, l'amélioration des procédés de fabrication et la compétitivité croissante.
"Les Etats-Unis disposent du plus grand marché, évalué à plus de 750 millions de dollars en 2015, estime GlobalData. Les Etats-Unis devraient continuer de dominer le marché au cours des cinq prochaines années, pour atteindre une valeur de marché d'environ 1,7 milliard de dollars d'ici 2020".
La France semble quant à elle un peu en retard dans la course. Selon GreenUnivers, pour l'instant en métropole, les technologies de stockage d'énergie restent encore au stade expérimental.

Réactions4 réactions à cet article

 

"devrait passer..." "devrait être mis en service", devraient continuer" " ,que d'hypothétiques ! Il faut attendre la dernière ligne pour lire que tout ceci reste du domaine de l'expérimentation, pour ne pas dire de l'utopie .

sirius | 24 août 2016 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@sirius
C'est un domaine émergent, mais son développement est bien réel. Il n'y a pas de contradiction entre le début de l'article qui envisage une forte croissance du stockage par batterie (on devrait plus parler de soutient fréquence et tension, dans la mesure où les solutions mises en œuvre ont rarement une autonomie de plus d'une heure), et la fin de celui ci qui constate sa faible utilisation en France.
Globalement, les Etats-Unis ont un réseau de très mauvaise qualité, ce qui le rend moins capable d'absorber les variations de l'éolien et du solaire dans les zones où ces technologies sont très développées.
En France nous disposons d'un bon réseau, adossé à un potentiel hydraulique mobilisable très rapidement et des interconnections importantes. Vu la faible capacité renouvelable éolienne et PV installée, ces systèmes ne sont pas très utiles chez nous et ne le deviendront que si on dépasse 50% de production intermittente (selon les experts de la gestion réseau). D'ici là cela restera de l'ordre de l'expérimentation ou du marché de niche (iles, territoires en bout de ligne...).

Seb | 24 août 2016 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le stockage par batteries est un stockage de très court terme (quelques heures) et ne permet en aucun cas de palier l'intermittence du solaire et de l'éolien. Tout juste, pour un particulier possédant un équipement électrique sommaire (pas d'électroménager, de cumulus électrique...) il peut être couplé à des panneaux solaires et permettre l'éclairage par LED et quelques utilisations peu énergivores comme une TV à écran plat. Jamais l'industrie et même des équipements de puissance chez les particuliers pourront être alimentés par des énergies intermittentes couplées à du stockage par batterie.

stud38 | 31 août 2016 à 20h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Seb
50% de production intermittente n'est pas envisageable dans notre pays, sauf évidemment rupture technologique sur le stockage massif d'électricité.
Tout au plus, et à grand renforts de moyens de stockage, on pourrait atteindre 30%, et peut-être 40% à condition d'avoir un réseau fortement interconnecté au niveau de l'UE (la fameuse "plaque de cuivre") mais on en est loin.
Donc ne rêvons pas.
NB : je me fonde sur l'étude la plus sérieuse disponible sur le sujet, réalisée par la R&D d'EDF.

stud38 | 01 septembre 2016 à 14h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager