En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Venteea : multiplier les solutions intelligentes pour faciliter l'insertion des énergies renouvelables

Le projet Venteea a testé le stockage au pied de deux parcs éoliens et équipé le réseau de solutions intelligentes. L'objectif : piloter la production d'électricité pour faciliter son intégration sur le réseau et proposer des services système.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Venteea : multiplier les solutions intelligentes pour faciliter l'insertion des énergies renouvelables
Environnement & Technique N°364 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°364
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Lancé en 2012 par le gestionnaire du réseau de distribution Enedis (ex-ERDF) avec dix partenaires, le projet Venteea a livré ses premiers enseignements mi-2016. Il visait à faciliter l'intégration de la production éolienne au réseau de distribution et optimiser les coûts de raccordement.

Le réseau de distribution accueille en effet près de 95% des productions éoliennes et photovoltaïques. Or, la gestion dynamique de l'offre et de la demande apparaît comme une solution au renforcement des réseaux, opérations très onéreuses.

Une combinaison de solutions intelligentes

Deux containers de batteries de 1 MW ont été installés et raccordés au réseau de distribution aux pieds de deux fermes éoliennes de 12 et 6 MW. Situés en milieu rural (Vendeuvre-sur-Barse, Aube), ces parcs présentaient les caractéristiques idéales pour expérimenter l'équilibrage de l'offre et de la demande : production décentralisée, demande faible...

Des outils de gestion de réseau innovants ont également été testés : capteurs sur les lignes, estimateur d'état, numérisation du poste de distribution… L'objectif : "Développer des systèmes d'observation, de prévision et de régulation de la tension et du réactif, afin de minimiser les coûts d'investissement, de réduire les perturbations causées par le raccordement de sources d'énergie renouvelable, d'améliorer la qualité de la fourniture d'énergie et de réduire les pertes techniques", indique l'Ademe qui a soutenu ce projet dans le cadre des Investissements d'avenir et dresse un premier retour d'expérience.

Enfin, un système de communication direct entre les producteurs et le gestionnaire du réseau a été mis en place. Ce dispositif d'échange d'informations d'exploitations (e-DEIE) vise, à travers une interface logicielle commune, à "élargir techniquement les possibilités d'échange et envisager des solutions de pilotage / écrêtement de la production". Il améliore et accélère en effet les échanges entre les différents acteurs.

Le stockage offre de nombreux services système

Après trois ans et demi d'expérimentation, les résultats sont encourageants. "Le système de stockage, le plus important raccordé au réseau de distribution en France métropolitaine en moyenne tension (2 MW), peut rendre des services aux différents acteurs du système électrique (transporteur, distributeur et producteurs)", souligne l'Ademe.

En effet, outre le fait d'éviter des renforcements de réseau en reportant l'injection d'électricité aux moments où la demande est forte, le stockage peut rendre de nombreux services : réglage de tension et de fréquence, gestion des congestions, lissage des pointes de consommation, insertion des énergies renouvelables sur le marché… Cette diversification des services peut permettre de trouver un équilibre économique au stockage, peu rentable aujourd'hui.

Pendant un an, l'ensemble de ces services a été testé. En se basant sur des prévisions de production et de consommation à 24h, le meilleur usage du stockage par pas d'une demi-heure a été défini tout au long de la journée, de manière automatique, via un planificateur à distance. "Ce que l'on peut dire aujourd'hui, c'est que ces différentes possibilités fonctionnent sur le plan technique et que différents services peuvent être combinés au même moment, expliquait en avril dernier Didier Colin, responsable de Venteea. Il reste à définir un modèle économique entre les acteurs. Car finalement, c'est le marché qui arbitrera entre les différents services systèmes".

Des solutions validées et industrialisables

Les résultats de cette expérimentation vont désormais alimenter le démonstrateur européen IGREENGrid. Mais certaines solutions ont d'ores et déjà été validées et sont désormais industrialisables.

"Pour le producteur, l'e-DEIE testé dans Venteea est maintenant opérationnel et pourra être déployé à plus grande échelle", précise l'Ademe. Le mini poste de contrôle commande numérique (mini-PCCN) est également jugé "mature techniquement et en phase de finalisation avant un déploiement à plus large échelle selon les besoins d'évolution des postes sources". Enedis mènerait des études pour identifier où son installation serait pertinente.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager