En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“Il est possible de stocker au moins 100 ans d'émissions de CO2”

Un projet européen, piloté par le BRGM, étudie les risques et l'acceptabilité sociale du stockage de CO2 après captage. Cette technologie, encore peu développée, est pourtant jugée essentielle pour respecter les objectifs climatiques internationaux.

Interview  |  Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 3.92.92.168
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
Environnement & Technique N°373 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°373
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]
   
“Il est possible de stocker au moins 100 ans d'émissions de CO2”
Marie Gastine
Coordinatrice du projet Enos pour le BRGM
   

Actu-Environnement.com : En quoi consiste le projet européen Enos (Enabling onshore CO2 storage in Europe), que le BRGM pilote ?

Marie Gastine : Le projet Enos est financé par la Commission européenne, dans le but d'étudier, pendant quatre ans, sur plusieurs sites de stockage terrestre du CO2, les risques sanitaires, environnementaux et financiers mais aussi d'accroître l'acceptabilité sociale de ces projets. Nous travaillons sur des sites de stockage déjà existants. A Hontomin en Espagne, du CO2 est injecté en petite quantité dans un réservoir rocheux peu perméable, à 1.500 m de profondeur. Il s'agit de tester différentes techniques d'injection et d'évaluer les risques de sismicité induite. En effet, l'injection crée de la microsismicité et donc, des événements peuvent être ressentis à la surface.

Nous allons également simuler des fuites sur deux sites en Italie et en Angleterre, un aquifère et une faille. Là, le CO2 est injecté à 200 mètres de profondeur afin d'analyser notre capacité à les détecter, à les contrôler et à prévoir leur comportement. Le principal risque est que le CO2 retourne dans l'atmosphère. Mais il peut également polluer l'eau en interagissant avec les...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 9? par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager