Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Stratégie nationale biodiversité : les associations de protection de la nature pointent quatre lacunes

Le collectif CAP Nature et biodiversité publie une contribution destinée à renforcer la troisième stratégie nationale pour la biodiversité. Celle-ci doit être finalisée par le gouvernement à l'issue de la COP 15 à Montréal.

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson
Stratégie nationale biodiversité : les associations de protection de la nature pointent quatre lacunes

Sans cesse reportée depuis octobre 2020, la quinzième Conférence des parties (COP 15) à la Article publié le 22 août 2022

Réactions2 réactions à cet article

 

Obligation de moyens mais pas de résultats, un grand classique, dont on a vu l'excellence dans l'isolation de l'habitat...
Et quand on voit que le gouvernement s'apprête à sortir une loi sur les énergies dites renouvelables qui propose de dégrader ou contourner les règles de recours des populations et de protection des espèces ou zones marines protégées, on peut être plus que dubitatif quant aux intentions réelles de ce dit-gouvernement : comme vu pendant les 5 années précédentes, rien à faire de la protection de la nature, seuls les bénéfices faramineux de l'éolien rentrent dans l'équation !

dmg | 23 août 2022 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème de la disparition de la Biodiversité, à cause des projets qui ont été portés/acceptés par les autorités, est plus profond et demanderait à revoir comment les services instructeurs DDT, DREAL valident les projets, et comment dans les CDNPS les associations d' opposants peuvent parler de conflits d'intérêts qui ont prévalus d' abattages de bois 2 ans avant l'enquête publique, versement anticipé à un conseil municipal , d'une partie de convention, 2,5 ans avant l'enquête publique, que l'emprise du projet avait un PLU " faux ", car déjà transformé de Naturelle en N carrières (ce que nécessitait le projet, avec l'évaluation environnementale qu'exigeait la MRAe) pendant les 2 enquêtes publiques "projet et "PLU". , une pollution signalée en mairie, sur registres d'enquêtes, qui n'a retenu l'attention ni de la mairie, OFB, DREAL, DDT.. alors que les eaux "supposées polluées" traversent l'emprise du projet ! Et à part les 2 associations qui n'ont pas approuvé le projet, tous les autres membres ont validé le projet demandant autorisation de défrichages, 12,5 ha bois, suppression Zone Humide 1 ha, dérogation aux espèces protégées( 38 taxons protégées seraient théoriquement détruits), à savoir DDT, DREAL, membre conseil municipal, conseiller départemental, carriers, membre préfecture.. Selon l'étude d'impact, les camions 40 tonnes en charge peuvent rouler sur le chemin " limité 6 tonnes", sur le GR48, et les étangs tout autour de l'emprise ont été oubliés par GSM

J Cl M 44 | 25 août 2022 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

A lire aussi

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT
RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France