En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La luzerne sous le joug de la suspension des aides européennes

Déshydratée sous forme de granulé, la luzerne remplace avantageusement les tourteaux de soja pour l'alimentation du bétail. Or malgré le faible impact de la production de luzerne sur l'environnement, le maintien des aides européennes à ces cultures n'est pas assuré !

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

80 % des protéines destinées au bétail européen sont importées chaque année du Brésil, des États-Unis ou encore de Chine. Afin de réduire cette dépendance, l'UE a décidé dans les années 1980, de subventionner la production de fourrage déshydraté, à l'instar de la filière de la luzerne déshydratée.

Des aides aujourd'hui remises en cause dans le cadre de la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC). Pourtant, déshydratée et compactée sous forme de granulé, la luzerne, dont la culture n'a qu'un faible impact sur l'environnement, présente une qualité nutritionnelle et constitue donc un apport protéique aussi efficace que les tourteaux de soja, importés sans aucune garantie d'absence d'OGM.

Réactions8 réactions à cet article

 

Il serait tout bonnement honteux de supprimer les aides à la production de Luzerne. Ca irait contre tout bon sens. La luzerne a toujours été utilisée comme source protéique pour notre bétail, c’est en effet une production locale à faible impact et bon rendement protéique, c’est vers le développement de ca production qu’il faudrait bien évidement se diriger et en aucun cas son arrêt. Pourquoi voudrait-on augmenter encore un peu plus notre dépendance aux pays producteurs de soja ? Non sans rappeler que le soja, outre le fait qu’il soit de plus en plus GM, est aussi l’un des maux des pays producteurs : monoculture intensive et appauvrissement des terres, monopolisation des terres (e.g. les brésiliens ne se tapent pas du soja matin midi et soir), concurrence avec les forets tropicale, etc. Il faut reformer la PAC, reformer notre système de production agricole, mais avec bon sens que diable.

tacotac | 27 octobre 2010 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait plutôt s'attaquer à la source du problème: l'élevage intensif et industriel où le bétail est nourri de luzerne et autres dérivés de soja. Si les pays occidentaux réduisaient leur consommation de viande, cela induirait de moindres besoins en soja (et en maïs) pour l'élevage et les "surplus" ainsi dégagés pourraient servir directement les besoins alimentaires de la population mondiale croissante.

eko | 28 octobre 2010 à 14h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entièrement d'accord avec le message de tatotac.

Pour réformer la PAC, je serais favorable à très fortement recentrer les aides sur le bio.

ric | 29 octobre 2010 à 09h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le problème est : quel est moyen d'agir face à Bruxelles qui prend toutes les décisions au détriment de l'opinion publique ?

Exemple, je ne pense malheureusement pas que les pétitions en ligne suffisent. J'aurais même tendance à dire qu'elles ne servent qu'à canaliser le mécontetement des gens sans contre-poids réel.

Harvey | 31 octobre 2010 à 08h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

c'est INSENSE !
Comment pouvons nous agir pour en finir avec les absurdités alors qu'ils existent des procédés et réponses tellement évidentes, telle que l'information de cette luzerne déshydratée, véritable solution gagnant-gagnant entre les consommateurs et la planète...

Francine | 08 novembre 2010 à 21h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela relève du publi reportage pour la filière déshydratée...Si la culture a effectivement un faible impact sur l'environnement son mode de transformation (la déshydratation se fait à partir de charbon!!!), même si des efforts sont en cours (substitution du charbon par de la biomasse) est loin d'être négligeable en terme de GES. Hors ce sont bien les USINES qui touchaient les aides jursqu'à maintenant (ce n'était donc pas une aide à vocation environnementale mais industrielle). Les éleveurs peuvent cultiver eux même cette plante pour leur troupeau mais cela implique de remettre en cause la spécialisation des productions et l'élevage hors sol....

Quentin | 15 novembre 2010 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Revenons à la raison, lisez les ouvrages d'André POCHON, paysan Breton qui s'est engagé il y a plus de 30 ans dans une autre agriculture et qui proconise le fourrage à la place du maïs et du soja etc. très intéressant, (à trouver en tapant André Pochon sur un moteur de recherche.

COCO | 17 février 2011 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour sécher la luzerne cela pollue et coute des calories peut on ensiler la luzerne ? Y pas que la luzerne pour les protéines LES FAYOTS AUSSI ET EN FRANCE Y EN BEAUCOUP DES FAYOTS surtout le modele bipéde

FIRMINOU | 31 juillet 2013 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…