En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Suez : « Notre raison d'être est centrée sur la préservation des éléments essentiels de notre environnement »

Le 12 mai dernier, Bertrand Camus, directeur général de Suez, a présenté aux actionnaires la raison d'être du groupe. Tiphaine Hecketsweiler détaille la démarche de Suez, qui renforce ses engagements en matière de développement durable d'ici à 2030.

Interview  |  Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
Suez : « Notre raison d'être est centrée sur la préservation des éléments essentiels de notre environnement »
Tiphaine Hecketsweiler
Directrice de l’engagement et des communications du Groupe Suez
   

Actu-Environnement : Le groupe Suez, spécialiste de la gestion de l'eau et des déchets, vient de présenter « sa raison d'être ». Une notion consacrée par la loi Pacte du 22 mai 2019. Comment Suez l'a-t-elle élaborée ?

Tiphaine Hecketsweiler : La raison d'être de Suez a été impulsée par Bertrand Camus dès sa prise de fonction, en mai 2019, en tant que directeur général du Groupe. Elle a été élaborée tout au long de l'année 2019, en même temps que le plan stratégique « Shaping Suez 2030 », présenté en octobre 2019. Avec le soutien du conseil d'administration, le Groupe a élaboré la raison d'être de façon co-construite, notamment grâce à la consultation des 90 000 collaborateurs et à l'analyse de leurs 20 000 réponses, ainsi que la contribution de nos autres parties prenantes, nos clients, nos actionnaires, nos fournisseurs. Neuf mois de mobilisation collective ont permis de définir la raison d'être de Suez, dans l'esprit de la loi Pacte, et ce, avec l'aide d'experts. Le 12 mai dernier, Bertrand Camus l'a présentée lors de l'assemblée générale annuelle aux actionnaires.

AE : Comment l'avez-vous définie ?

T. H : La raison d'être exprime l'utilité environnementale et sociale du Groupe. Elle est le reflet de notre vocation et oriente nos choix d'actions à long terme en réaffirmant nos engagements en matière de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et de développement durable à l'horizon 2030. Pour la définir, Suez a choisi de s'appuyer sur le savoir-faire historique du Groupe, depuis 160 ans, dans les métiers et les services de l'eau, de l'assainissement, de la collecte et de la valorisation des déchets. Suez s'appuie sur l'expertise développée depuis la fin du XIXe siècle, pour aider les femmes et les hommes à améliorer constamment leur qualité de vie, en préservant leur santé et en accompagnant le développement économique. Notre raison d'être est centrée sur la préservation des éléments essentiels de notre environnement : l'eau, la terre et l'air. Le développement des entreprises et des collectivités est associé aux missions du Groupe. Ainsi, les métiers de l'eau font partie des activités historiques de Suez, et la raison d'être rappelle que l'eau est un bien commun. L'eau doit être valorisée, traitée et gérée de manière durable. Le choix des plus de 200 mots utilisés dans notre définition a été pesé pour exprimer ce sur quoi Suez s'engage, avec les collectivités et les industriels partenaires. La raison d'être doit rester la boussole, le cap de nos engagements, qui seront pris à long terme.

AE : Quels sont les principaux engagements de Suez en matière de développement durable ?

 
Neuf mois de mobilisation collective ont permis de définir la raison d'être de Suez, dans l'esprit de la loi Pacte, et ce, avec l'aide d'experts.  
 
T. H : Notre raison d'être est en totale harmonie avec le plan stratégique du Groupe, avec l'ambition de faire de Suez le leader mondial des services à l'environnement d'ici 2030. Dans notre plan stratégique, nous avons relevé nos objectifs environnementaux. Suez soutient le Pledge du Global Compact des Nations unies, qui invite les entreprises à contribuer à la limitation du réchauffement climatique à moins de 1,5°C à la fin du siècle, avec l'objectif d'une neutralité carbone d'ici 2050. Nous souhaitons que 100 % de nos solutions soient durables en 2030, ce qui signifie qu'elles aient un impact positif sur le climat et / ou la biodiversité. Suez vise également la réduction de 45 % de ses émissions de CO2 et souhaite faire économiser à ses clients 20 millions de tonnes de CO2 par an d'ici à 2030.

AE : La crise sanitaire de la Covid-19 a-t-elle eu un impact sur l'ambition du Groupe ?

T. H : L'ambition de Suez est intacte. Cette crise sanitaire doit servir d'accélérateur vers la transition environnementale, et les solutions du Groupe s'inscrivent dans cette trajectoire. Les collaborateurs de Suez ont été très fortement mobilisés en France et à travers le monde, notamment en Chine ou en Espagne, pour assurer les services essentiels de gestion des réseaux d'eau et de collecte des déchets, durant la pandémie. Nous maintenons nos engagements et la crise a conforté la nécessité de nos missions.

AE : Suez a-t-il inscrit sa raison d'être dans ses statuts ?

T. H : Il n'est pas prévu, à ce stade, d'inscrire la raison d'être dans les statuts du Groupe, car c'est un sujet encore récent. Suez présentera ses engagements en assemblée générale, puis nous verrons dans les mois qui viennent la question statutaire. Nous prévoyons de consolider notre raison d'être à l'aide d'indicateurs qui mesurent nos engagements et leur atteinte.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager