En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rapprochement Suez-Veolia : Suez contre-attaque en créant une fondation

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

« Le conseil d'administration a décidé qu'il convenait d'assurer juridiquement la pérennisation de Suez Eau France au sein du groupe Suez », a indiqué le groupe dans un communiqué. Cette annonce vient en réaction à l'offre formulée par Veolia de racheter le capital de Suez détenue par Engie. Si l'énergéticien a pour l'instant considéré « que l'offre n'était pas acceptable en l'état », il a toutefois ouvert la voie à des négociations.

Opposé à ce rachat, le conseil d'administration de Suez a donc trouvé une parade. « Pour les quatre années à venir et sauf décision contraire du conseil d'administration de Suez au cours de cette période, Suez Eau France, comme ses actifs, sera inaliénable à défaut d'accord préalable de ses actionnaires sous certaines conditions, y compris, en tout état de cause, celui de la fondation, explique-t-il. Par ailleurs, le conseil d'administration, ayant pu mesurer l'attachement des salariés de Suez à l'activité Eau France, entend étudier les conditions d'une ouverture du capital de Suez Eau France aux salariés de cette société ».

Le groupe souhaite ralentir le tempo pour trouver un débouché : en s'appuyant sur les propos de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie de prendre « le temps nécessaire », il demande à Engie d'établir un calendrier de discussions adapté. « Suez est parfaitement en mesure de co-construire avec Engie une solution qui sera satisfaisante pour Engie, et dans l'intérêt social de Suez, pointe-il. Cette solution respectera l'intérêt de tous les actionnaires, des salariés, des clients et de l'ensemble des parties prenantes. Une telle opération pourrait d'ailleurs être l'occasion de mettre en place un doublement du programme d'actionnariat salarié ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Je ne suis pas expert en économie ou gestion d'entreprise mais je doute fortement de la capacité de cette fusion de maintenir la somme des deux chiffres d'affaire de Suez et Véolia. Quant à l'hypothèse d'une augmentation sensible des parts de marché je n'y crois pas une seconde. Si quelqu'un dispose d'un contre-exemple d'une fusion de deux leaders mondiaux qui aurait marché , merci d'en faire part.
Par contre , ce qui est probable, est que cette fusion permette de générer des économies et donc d'augmenter les dividendes. Ce n'est pas l'intérêt de l'état français qui ne dois donc pas l'encourager via sa participation au capital d'ENGIE.

VD69 | 25 septembre 2020 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager