En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La FAO s'alarme d'une consommation record de poissons et d'une surexploitation des stocks

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

La demande mondiale en poissons ne cesse d'augmenter. Alors qu'en 1950, l'offre apparente de poissons pêchés représentait moins de 3 kg par habitant et par an, elle représente, en 2009, 17,2 kg, révèle le rapport sur la situation mondiale de la pêche et de l'aquaculture 2010, publié par l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Ainsi, pour satisfaire cette demande, 145,1 millions de tonnes de poissons ont été pêchées dans le monde en 2009, contre 134,3 Mt en 2004. Au total, 117,8 Mt étaient destinées en 2009 à l'alimentation humaine, contre 104,4 Mt en 2004. En revanche, les utilisations non alimentaires sont en baisse : 27,3 Mt en 2009 contre 29,8 Mt en 2004. ''Les produits de la pêche continuent d'être les produits alimentaires de base les plus échangés à l'échelle mondiale, pour une valeur record de 102 milliards de dollars en 2008 (plus 9 pour cent par rapport à 2007)'', note le rapport.

Les pêches continentales représentent moins d'un tiers de la production (45,1 MT), les pêches marines constituent la majeure partie de la production (100 Mt). L'aquaculture (continentale et marine) constitue un tiers des volumes pêchés. La Chine est de loin le plus grand producteur de poissons avec un tiers des volumes pêchés en 2009.

Cette hausse de la production n'est pas sans conséquences sur les stocks halieutiques. Ainsi, la proportion de stocks de poissons de mer sous-exploités ou exploités modérément est passée de 40 % au milieu des années 70 à 15 % en 2008. Inversement, la proportion de stocks surexploités, épuisés ou en phase de reconstitution a augmenté, passant de 10 % en 1974 à 32 % en 2008. 3 % des stocks sont épuisés.

Le rapport estime ainsi que 53 % des stocks seraient pleinement exploités et que ''les captures actuelles seraient proches du niveau de production maximale équilibrée, sans aucune marge d'expansion''.

"Le fait que la situation des stocks ne s'est pas améliorée est source de grande préoccupation, a déclaré Richard Grainger, expert Pêches à la FAO. Le pourcentage de surexploitation doit régresser, même s'il semble que nous ayons atteint un plateau".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager