En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La chasse à la glu est suspendue pour cet automne

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Suite à un arbitrage du Président de la République, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé que la chasse à la glu ne sera pas autorisée cette année. Sous la menace de la Commission européenne, la France a donc choisi de faire un petit pas vers le respect du droit européen. En effet, la directive oiseaux interdit ce type de chasse mais la France y déroge depuis l'entrée en vigueur du texte en 2009, avec l'aval des institutions européennes, jusqu'à maintenant. Cette chasse dite traditionnelle est ainsi pratiquée dans plusieurs départements du sud de la France.

Pour l'instant l'interdiction ne porte que sur la saison 2020-2021. Une petite victoire pour la LPO qui attaque chaque année les arrêtés autorisant cette pratique. Avec cette suspension d'un an, la France semble jouer sur deux tableaux : satisfaire la Commission européenne qui la menace de porter l'affaire devant la Cour de justice européenne (CJUE), et attendre un dénouement juridique. Car la CJUE est déjà saisie sur ce sujet, par le Conseil d'Etat français.

Dans le cadre des recours de LPO sur les arrêtés précédents, le Conseil d'Etat a demandé à la CJUE de préciser si la dérogation française est légale ou non. Le Conseil d'État avait jusqu'à présent rejeté les demandes d'interdiction, car la CJUE avait validé le système français autorisant et encadrant la chasse à la glu. Cependant, le Conseil d'État estime que la CJUE a modifié son interprétation du droit européen, « compte tenu d'une récente décision de 2018 ». En juin 2018, la CJUE avait en effet condamné Malte pour avoir enfreint la directive « Oiseaux », après avoir adopté « un certain régime dérogatoire permettant la capture de sept espèces d'oiseaux sauvages ». Une fois que la CJUE aura statué sur ces questions, il reviendra au Conseil d'État de se prononcer, en fonction, sur les arrêtés ministériels attaqués. Ce qui donnera le LA au Gouvernement pour reprendre ou non la capture à la glu.

Réactions13 réactions à cet article

 

Pauvres nemrods, englués dans d'inextricables procédures juridiques...
Excellente nouvelle (certes hélas très temporaire) pour les oiseaux.

Pégase | 27 août 2020 à 21h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Peut faire mieux en supprimant la chasse, pratique d'un autre temps obsolète.

BJ50320 | 28 août 2020 à 08h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Belle illustration des soit disant grandes ambitions écolos des pouvoirs publics actuels qui, dans les fait, n'appliquent (dans le meilleur des cas) que dans leur interprétation la plus restrictive les règlementations communautaires qui, par définition, ne sont que des compromis médians entre 27 (hier 28) Etats....
Ou le "en même temps" qu'on pourrait traduire par une politique de ...."faux cul"!

adjtUAF | 28 août 2020 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les oiseaux sont insectivores, les sécheresses tuent massivement les insectes qui vivent dans les sols. un sol sec c'est un sol mort !
la base de toute la biodiversité se trouve dans les millions de micro organismes qui vivent dans les sols, on ne devrait jamais laisser sécher les sols, donc avoir une protection végétale permanente (en priorité l'été). les arbres sont autonomes en eau grâce à la profondeur du système racinaire mais pas les autres plantes ! En nouvelle aquitaine on a 1.1 millions d'hectares de prairies avec des arbres des haies sans labour et sans pesticide pourtant tous les étés ce sont de véritables cimetières de biodiversité !
notre devoir c'est d'entretenir le vivant et ça commence par une couverture végétale l'été sur les sols.
les villes commencent à comprendre l’intérêt de la végétalisation pour le climat mais on continue à couper l'eau dans les champs et à détruire les réserves d'eau ... une réserve d'eau c'est une réserve de vie ! toutes les grandes réserves ornithologiques sont des points d'eau !
interdire la chasse à la glu quand toute la biodiversité s'effondre à cause des sécheresses de plus en plus longues, c'est un pansement sur une jambe de bois ...

laurent | 28 août 2020 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Miracle !!! Une décision en faveur de la Nature !!! Va falloir marquer le calendrier à cette date avec une pierre blanche.
Sursis d'une année qui est toujours bon à prendre, mais il faut attendre la décision finale de l'UE.
La décision prise à l'encontre de Malte laisse apparaître un espoir. Mais tout va dépendre du contenu et de l'épaisseur des éléments de persuasion qui seront proposés par le lobbying pro-glu.

Seiyatlse | 28 août 2020 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'Europe n'aime que des zones découvertes sans haies avec des betteraves, des céréales sur des km2, on voit ça quand on monte vers la Suéde en partant des Pays de Loire, l'horreur commence à Chartres. Aucun risque d'engluer des trop jolis zoziaux: ils n'éxistent pas! et n'existeront jamais!
Je ne suis pas pour cette méthode, mais comme d'hab, avant de balayer chez les autres faut balayer chez soi!
En Sarthe ça n'éxiste pas, mais nos haies comme dans le midi grouille d'oiseaux et ça fait plaisir à entendre.

pemmore | 28 août 2020 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi la France a t-elle obtenu cette dérogation ? Et pourquoi y a t-il des dérogations à ce genre de loi ? Qui a touché et combien ?

gaïa94 | 28 août 2020 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Faut tout de même non plus dramatiser, il ne s'agit que de 3 ou 4 départements sur les 100 que comporte la France, quoique dans les dom-tom c'est pas rare, et ça ne concerne que les grives et les merles particulièrement encombrants quand il n'y a pas de cerises, c'est pas ce qui manque, l'espèce n'est pas prète de disparaître, et laisse peu de place aux petits oiseaux.

pemmore | 28 août 2020 à 20h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tous les oiseaux ne sont pas insectivores, laurent. Certains oui, et encore pour bien des espèces au seul stade d'élevage des jeunes. Beaucoup d'autres sont granivores ou frugivore à l'âge adulte et d'autres carnivores (presque tous les rapaces), certains charognards (des rapaces spécialisés dans ce rôle peu ragoûtant à nos yeux mais ô combien nécessaire pour l'hygiène de la nature) et d'autres piscivores. Il y a donc chez les oiseaux quasiment autant de régimes alimentaires différents que chez les mammifères.
Mais tous les oiseaux sont susceptibles de succomber à une violente et massive intoxication au plomb de 12 ou à d'autres "bienfaits" de l'humanité (pétrole, plastiques, pesticides, vitrage d'immeubles, parebrise de véhicules, chats domestiques, lignes électriques, etc.) !

Pégase | 29 août 2020 à 14h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On voit la paille dans l'oeil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien."
Vous devriez tous paniquer en voyant la sécheresse qui dure et les arbres qui sèchent ... quand les arbres ne tiennent plus c'est la désertification massive qui nous guette, ce n'est pas la biodiversité qui sauvera le climat mais c'est en sauvant le climat qu'on sauvera la biodiversité ! Vite notre maison brule et on regarde ailleurs !
préparez vous aussi à des inondations encore plus fortes que l'an dernier !

laurent | 08 septembre 2020 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais nous paniquons, laurent, nous paniquons! Le problème ce n'est pas nous mais ceux qui nous gouvernent...et les arbres que vous prônez, à juste titre, font partie de la biodiversité, c'est un tout.

gaïa94 | 10 septembre 2020 à 19h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@gaïa94 , chez moi les arbres sèchent fortement et c'est de pire en pire tous les ans ! on a eu les pieds dans l'eau tout l'hiver, mais les agences de l'eau se servent des crues pour évacuer les polluants des stations d'épurations donc on casse les barrages pour un bel effet chasse d'eau, un véritable scandale sanitaire et environnemental que tous les services de l'état passent sous silence ... si les villes étaient aux normes on ne parlerait jamais de sécheresse ! je fais de la permaculture sur sol vivant (donc jamais sec) et c'est formidable !

laurent | 11 septembre 2020 à 18h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Complètement laurent ! En ce moment je lutte très dur pour empêcher un invraisemblable projet d'artificialisation totale du centre- ville de L'Hay les Roses à rebours complet des préconisations du SAGE , de l'agenda 21 et du SRCE et qui va conduire à arracher tous les arbres et arbustes qui forment un ombrage bienvenu et protecteur, aussi bien pour la population que pour la célèbre Roseraie. Il y a des aménageurs secondés par les maires qui ne voient que le fric et rien d'autre.Pourtant avec la chaleur qu'il fait en ce moment, il faudrait planter et replanter partout où c'est possible et surtout ne pas arracher les marronniers et platanes centenaires de nos rues, et préserver les arbustes et les bandes enherbées en ville , seuls restes de nature qui empêchent les pluies diluviennes, désormais, de causer des catastrophes en inondant les maisons. MAis les bétonneurs ont le bras long...jusqu'aux tribunaux.

gaïa94 | 14 septembre 2020 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager