En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Naissance de Tarmac Aerosave, filière de déconstruction d'aéronefs

Déchets  |    |  Actu-Environnement.com
Le groupe de hautes technologies Safran a annoncé dans un communiqué le 22 juin la signature, au salon du Bourget, des statuts de la première filière industrielle structurée de déconstruction d'aéronefs en fin de vie. La société baptisée Tarmac Aerosave (Tarbes Advanced Recycling and Maintenance Aircraft Company) sera gérée par un partenariat de 6 industriels : Airbus (France) ; Sita France (filiale propreté de Suez Environnement) ; Snecma Services (filiale du groupe Safran dédiée à la maintenance des moteurs aéronautiques) ; Equip'Aéro (PME spécialisée dans la fabrication et la réparation d'équipements) ; Tasc aviation (filiale d'Airbus basée à Dubaï, pour le négoce de pièces) ; Aéroconseil (PME spécialisée en ingénierie aéronautique et systèmes).
La société prévoit de mettre en oeuvre, dans un premier temps, une plate-forme de déconstruction et de valorisation située sur l'aéroport de Tarbes, dont la première pierre devrait être posée au mois de septembre. Elle sera opérationnelle à la mi-2008. Tarmac Aerosave proposera, en complément de son activité de déconstruction, une gamme complète de services, allant du stockage à court terme des appareils jusqu'à l'étape de déconstruction, a précisé Safran. Ces services pourront être offerts à tous les possesseurs d'aéronefs (militaires ou civils de tous types). Le nombre d'avions civils arrivant en fin de vie au cours des 20 prochaines années est estimé à environ 6.200 (soit quelque 300 avions par an). Ce marché important sur lequel Tarmac Aerosave compte prendre une part de marché conséquente, a indiqué le Groupe.
Tarmac Aerosave fait suite au projet pilote PAMELA (Process for Advanced Management of End-of-life of Aircraft) qui avait permis de tester en 2006 des procédures de déconstruction et de valorisation de pièces ou des matériaux d'aéronefs en fin de vie. L'objectif était de démontrer que, d'ici à 2015, 85 % des éléments d'un avion pourraient être réutilisés, récupérés ou recyclés, en toute sécurité et dans des conditions respectueuses de l'environnement, a indiqué le communiqué.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…